Archives du tag : Simon Fuller

Note du Mardi : Les possibles clauses du contrat Hamilton/Mercedes AMG F1

Note du mardiSelon des sources biens informées, Lewis Hamilton aurait déjà signé le renouvellement de son contrat jusqu’en 2018, posant la question suivante : Pourquoi ce dernier n’est pas annoncé ? La réponse est simplement que l’information semble incomplète et que la vision journalistique autour de Lewis Hamilton est trop simple. Nous ne sommes plus dans l’ancien monde.

Signer un accord avant l’accord 

Il est naturellement possible que le double champion du monde ait signé un précontrat résumant les grandes lignes de l’accord pour sécuriser les dirigeants de Daimler. Cette signature n’indique en rien que le contrat est signé, mais qu’il sera signé que durant la saison 2015. Cette pratique avait déjà été entrevue avec Kimi Raikkonen il y a une décennie maintenant, lorsque le pilote avait signé avec Renault un accord pour 2007, alors qu’il avait un accord similaire avec Ferrari pour la même année. En même temps.

Signer un précontrat signifie une négociation exclusive. Ce qui expliquerait pourquoi les rumeurs Ferrari ont rapidement été jetées aux oubliettes et que le pilote n’a qu’un seul et unique interlocuteur pour son avenir : Mercedes AMG F1.

Un salaire élevé, mais sous contrôle

L’autre vecteur pourrait concerner non pas le salaire, mais les revenus totaux du pilote. Il est entendu que Lewis Hamilton touchera ce qui est désormais la nouvelle norme : Un fixe et des primes de résultats gonflant de manière importante le salaire. La première offre du constructeur allemand était de 20 millions d’euros de salaire et d’une prime de 1 million d’euros par victoire. Notons que Sebastian Vettel chez Ferrari touche un salaire fixe bien plus bas que les chiffres annoncées dans la presse. Pourtant la combinaison victoire+titre du quadruple champion du monde allemand lui permettra de toucher 45 millions d’euros par année.  Dans le cas de Lewis Hamilton le chiffre de 70 millions d’euros par année est toujours d’actualité, mais pourrait être plus subtile que cela.

Le modèle R&B qui dépasse le modèle vieux de 30 ans maintenant

Le pilote négociant désormais seul, Hamilton pourra s’inspirer de ses amis du milieu du R&B qui ont révolutionné l’approche du marché de la musique en se transformant en investisseurs. Jay Z par exemple est un chanteur, investisseur, homme sandwich, agent de joueurs de NBA/NFL et producteur. Il a une fortune de plus de 300 millions d’euros. De la même manière que Jay Z a investi le marché du sport management avec Roc Nation Sport, Lewis Hamilton va investir le marché de la musique prochainement. Il n’est pas impossible que ses investissements soient aussi interdépendants  d’un univers qui dépasse le cadre du sport. Il sera prochainement acteur également.

L’approche avatar Michael Jordan n’existe plus désormais. Lorsqu’il avait signé avec la société de Simon Fuller en 2012, Hamilton espérait une approche plus révolutionnaire. On lui avait alors proposé d’être une copie de Tiger Woods avec une approche à la David Beckham. Ce n’était pas ce qu’il souhaitait. Comme Will I am ou Jay Z, Hamilton veut être un ambassadeur engagé pour des marques, probablement créer sa marque de vêtement ou signer avec Nike ou Under Armor un contrat que seul les rappeurs sont capable d’obtenir. Car aujourd’hui, seul un MVP en NBA peu espérer un contrat équipementier à plus de 10 millions de dollars, alors que les rappeurs peuvent obtenir 20 millions, via clips, apparition etc… un autre monde. Même la superstar du ballon rond, Cristiano Ronaldo s’inspire du modèle R&B pour son business désormais.

Les désirs d’avenirs

Un monde dont pourrait justement profiter Mercedes-Benz. Conscient de l’impact jeune et dynamique de son champion du monde. Les détails du contrat peuvent comporter les notions suivantes :

  • Un pourcentage dans le capital en 2018 de Mercedes AMG F1 en échange des primes du pilote.
  • Une rétrocommission des revenues de Lewis Hamilton pour sa carrière annexe en échange d’un important salaire.
  • Un contrôle de l’image de Lewis Hamilton à la manière de Red Bull avec Vettel au début de sa carrière. En somme, c’est le constructeur allemand et son armé qui géreront la carrière économique du pilote.
  • Une participation aux investissements futurs de Lewis Hamilton. Si ce dernier lance sa marque de vêtement, l’équipe deviendra partenaire par exemple.

Nous dépassons ainsi le cadre du pilote participant aux développements des voitures de routes (comme chez Ferrari), du pilote qui souhaite sa monoplace championne du monde ou encore du pilote qui veut signer des sponsors. En réalité le futur contrat entre Lewis Hamilton et Mercedes AMG F1 sera probablement une révolution, un nouveau modèle économique pour l’équipe et son avenir.

Publié dans Communication, Entrepreneurs, Management, Marketing, Note du Mardi | Tagué , , , , , , , | Commentaires fermés sur Note du Mardi : Les possibles clauses du contrat Hamilton/Mercedes AMG F1

Note du Mardi – Lewis Hamilton invente le pilote F1 du futur

Note du mardiAlors que les patrons de la Formule 1 déclarent à longueur d’interviews que le modèle de la discipline reine du sport automobile est obsolète, sous nos yeux un pilote est entrain de révolutionner sa corporation : Lewis Hamilton.

L’ère du pilote managé par un agent, communiquant uniquement en conférence de presse ou lors de trois interviews durant la saison, signant un sponsor casquette ou quelques accords avec un horloger ne sera plus demain. Adaptant sa communication aux réseaux sociaux et à la nouvelle évolution médiatique, Lewis Hamilton va révolutionner son environnement.

Etape 1 : Faire d’Hamilton le pilote le plus payé du plateau…virtuellement

Le premier fait majeur de la signature du double champion du monde avec l’agence de communication et marketing Purple a été cette indiscrétion dans la presse, la semaine dernière. Lewis Hamilton aurait demandé 70 millions d’euros environ de salaire par an et un contrat de trois années. Un chiffre très rapidement démenti par Toto Wolff dans la presse. Mais le coup est magistrale et le message double : Dans un premier temps, Hamilton indique à Mercedes-Benz qu’il souhaite être le pilote le plus payé du plateau et dans un second temps cet idée sera déjà répandu dans la tête des fans et donc bénéficiera à Mercedes-Benz qui confirme ainsi sa domination sur la Formule 1. Soit comment fabriquer un argument en sa faveur.

Naturellement, Lewis Hamilton ne touchera pas 70 millions d’euros. Mais depuis Juin 2014, la stratégie d’être le pilote le plus payé est en marche. L’offre initiale d’Anthony Hamilton à Toto Wolff (100 millions d’euros sur 3 ans) allait déjà dans ce sens.

Etape 2 : Devenir une pop star

L’époque de Michael Schumacher n’existera plus dans le futur. De la même manière que LeBron James n’est pas Michael Jordan, Lewis Hamilton est dans cette même évolution. Le pilote souhaite sortir un album musical d’ici la fin de l’année 2015. Non pas pour faire la même chose que Jacques Villeneuve il y a près d’une décennie, mais pour activer le deuxième axe de sa stratégie : les produits dérivés.

En effet, en devenant une pop star, Hamilton pourra créer une ligne de vêtement (comme Jay-Z ou P Diddy ou d’autre) et devenir une marque à part de la Formule 1. Il est intéressant d’entendre que le double champion du monde a contacté le label Rock Nation Music de Jay-Z. L’homme d’affaire américain a crée il y a 2 ans Rock Nation Sport, une agence de management de sportif, qui est entrain de faire une petite révolution dans le milieu. Son approche étant résolument différente du passé.

Le rapprochement Simon Fuller/Lewis Hamilton allait déjà dans le sens d’un développement de Lewis Hamilton au-delà de la F1. L’échec de cette relation ne détourne pas moins le double champion du monde de son objectif : devenir un leader. Ainsi, la Formule 1 est un prétexte (comme la musique pour un rappeur comme Jay-Z) pour faire des affaires et développer son image. Une évolution majeure qui ne sera probablement pas suivie par tous, comme David Beckham dans le Football, mais qui marquera d’une pierre blanche le volet « business » d’un pilote F1. Ainsi la page Ayrton Senna/Michael Schumacher devrait se tourner d’ici la fin de la décennie.

Publié dans Communication, Management, Marketing, Note du Mardi | Tagué , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Note du Mardi – Lewis Hamilton invente le pilote F1 du futur

Hamilton inverse les rôles chez Mercedes

Lewis Hamilton GP Allemagne 2014Dans les jours succédant l’annonce de la prolongation de Nico Rosberg, Toto Wolff et Niki Lauda ont débuté les discussions avec Lewis Hamilton pour une prolongation de contrat dans la même aspiration que ce qui avait été conclu avec le pilote allemand. Si Lauda a directement été démarché le pilote, suivant ses méthodes. Wolff cherchait un interlocuteur, il l’a désormais trouvé en la personne d’Anthony Hamilton.

Lorsque Simon Fuller a signé son contrat de management avec Lewis Hamilton en 2012, l’ambition de l’impresario était de reproduire à l’échelle de la Formule 1 le succès de David Beckham. Homme de marketing, il avait soufflé l’idée d’emmener Roscoe, le chien d’Hamilton dans le paddock et de transformer le pilote en personnage fun. Pour entretenir sa notoriété le pilote doit réaliser presque toute les semaines des voyages aux Etats-Unis, suivant le plan média. Des voyages fatiguant et sans résultats tangibles pour le moment. Hormis donner l’impression d’un pilote de talent s’éparpillant, l’image de champion du monde 2008 s’entrechoque avec celle de Nico Rosberg, concentré sur l’objectif du titre.

Courant Juin, voyant qu’il avait besoin de plus de rigueur si il voulait viser sérieusement le titre pilote, Hamilton a demandé à son père de revenir dans son entourage. C’est pourquoi Toto Wolff a débuté les discussions sur l’avenir du pilote, non pas avec Simon Fuller, mais avec Anthony Hamilton depuis une semaine. Un changement notoire pour l’avenir.

Dans l’aspiration du contrat actuel, Mercedes propose une extension pour 2016 et 2017 avec une nouvelle option pour 2018.  Nous entendons qu’Anthony Hamilton a déjà donné le ton en indiquant que le salaire de son fils devra être augmenté de 5 millions d’euros chaque année et que l’option 2018 sera validée à la condition qu’il devienne champion du monde sur la période 2015-2017!

Le contrat actuel garantissait 20 millions d’euros en 2013 et 2014 et une augmentation à 25 millions d’euros pour 2015. La prime de titre était fixée à 5 millions d’euros. Pour 2016 le salaire sera de 30 millions d’euros, 35 millions d’euros en 2017 et donc 40 millions d’euros en 2018 en option ! Soit le double de ce que touchera Nico Rosberg. Une manière d’affirmer le statut de premier pilote informellement à son équipier et dans l’équipe.

Publié dans Management, Transferts | Tagué , , , , , | 3 commentaires

Hamilton débute sa stratégie d’avenir

Lewis Hamilton Mercedes W05Après la course d’Hockenheim, Jenson Button entre en discussion avec Lewis Hamilton. Les deux hommes s’expliquent sur l’incident durant le Grand Prix. Le bref entretien entre les deux hommes terminé, Hamilton glisse à des journalistes anglais assistant à cette discrète réunion : « Honnêtement je pensais qu’il allait m’ouvrir la porte pour me laisser passer. Il a été un peu comme ça dans le passé, j’ai mal jugé la situation ». Invité à réagir aux propos d’Hamilton, Button c’est exclamé : « Mais pourquoi devrions-nous le laisser passer ? Je suis là pour faire ma course. Il serait ennuyeux de le laisser passer quand il part de loin. » Pour conclure le pilote McLaren lance un énigmatique : « Lewis est étrange… »

En coulisse Toto Wolff et surtout Niki Lauda, dans l’aspiration du renouvellement de Nico Rosberg, ont estimé qu’il fallait s’occuper de Lewis Hamilton. Le champion du monde 2008 a été harcelé durant tout le week-end pour donner une conclusion au renouvellement de son équipier chez Mercedes et clarifier sa situation contractuelle. Le duo autrichien a débuté ses approches, mais à qui parler ? Il semble que Simon Fuller, l’agent de David Beckham, qui s’occupait jusqu’alors des intérêts d’Hamilton ne soit désormais relégué que sur des questions marketing et communication. Le retour fin juin d’Anthony Hamilton, le père du pilote, est un signe que le champion du monde 2008 ne prend pas à la légère son avenir dans l’équipe. Une situation compliquée ne facilite pas le dialogue entre les parties. Lauda, comme à son habitude, a directement discuté avec Hamilton de cette situation. Pour faciliter le dialogue.

Pour l’avenir si la promesse d’un retour chez McLaren se dessine, Hamilton a lancé dans Welt am Sonntag qu’il a pensé également à Ferrari, tout en confirmant qu’il est très bien chez Mercedes. Une communication qui signifie que le pilote est entré dans une position de négociation avec le constructeur allemand qui sera tendue et à son avantage…

Publié dans Communication, Management, Transferts | Tagué , , , , , , | Commentaires fermés sur Hamilton débute sa stratégie d’avenir

Contruire l’image de pilote à celui d’une pop star

La marque de fabrique de Simon Fuller, le manager de Lewis Hamilton et de David Beckham entre autre, et de savoir fabriquer une marque, une pop star avec ses clients. C’est ce qu’il commence à réaliser avec le champion du monde 2007. Hamilton va enregistrer un album et entrer un peu plus dans l’univers Entertainment.

Pour comprendre comment Lewis Hamilton va évoluer à l’avenir il faut regarder ce que Fuller à fait avec Beckham depuis 10 ans. En une décennie, le footballeur anglais a cultivé une double identité marketing qui marche : celle d’un homme lisse, so british et de l’autre une sorte de Bad Boy couvert de tatouage. Cette double identité a contribuée à faire de lui l’icône des métrosexuels, ces urbains soucieux de la mode et détachés de toute volonté d’afficher leur préférence sexuelle. Beckham a été le premier à le faire dans son sport et à même posé nu en 2002 dans un magazine gay. The Times analysait que le joueur « était la réponse de la pop culture à la libéralisation des mœurs. » Bref vous l’aurez compris, l’anglais est la seule véritable star de son sport, loin devant Messi et C. Ronaldo, encore en recherche d’image.

Ainsi Fuller travaille l’image d’Hamilton. Les contrats avec Pepsi et Reebok n’ont pas été renouvelé. Place à une nouvelle stratégie et un plan de 10 ans capable de faire du pilote le plus populaire et le plus riche de son sport. Mélanger Michael Schumacher avec Ayrton Senna.

Hamilton a toujours aimé la musique et son album, bien ou pas, est une étape vers une autre dimension. Son idylle avec la chanteuse Nicole Scherzinger est désormais optimisé. La chanteuse, en perte de vitesse dans le milieu, n’est pas encore impliquée dans le sport de son compagnon, mais va prochainement unir ses forces, un peu comme Victoria avec David. Tout est progressivement en place pour faire de Lewis Hamilton le futur David Beckham, avec les mêmes recettes.  Mais il ne faut pas oublier le sport et les résultats non plus. La signature avec Mercedes AMG F1 est une première étape, similaire dans l’aspect à celui de Michael Schumacher avec Ferrari en 1996. Même si l’impact médiatique n’a pas été mesuré à sa juste valeur l’an dernier. L’objectif est de gagner un titre et de viser un troisième dans la foulée afin d’égaler le niveau du mythique Ayrton Senna, idole absolue d’Hamilton. Pas une chasse des records, mais un entretien d’image.

La suite ? Presque tout le monde la connait ou presque. Hamilton va rester durant la durée de son contrat avec Mercedes AMG F1, puis si l’aventure n’aboutie pas à des résultats probants, il y aura l’idée d’avoir sa propre équipe. L’idée était venue d’Anthony Hamilton fin 2009, lorsqu’il avait postulé pour racheter Renault  F1 Team. Une déclaration d’intention, mais ce sera la prochaine étape vers une autre nouvelle dimension pour le pilote.

Publié dans Marketing, Note du Mardi | Tagué , , , | 1 commentaire