Archives du tag : Management

Note du Mardi – Aston Martin est les 4 étapes de construction d’un top team

notedumardi-900x6757165869066367047722.jpgL’équipe Aston Martin (ex Racing Point) est récemment passé de 400 à 500 personnes. L’ambition est d’atteindre 800 employés. Pour cela, l’argent n’est pas suffisant. Lawrence Stroll estime qu’il faut passer 4 étapes importantes.

Etape 1 : Les bons outils

L’équipe construit une usine et une soufflerie. La première nouvelle usine Formule 1 depuis près de 20 ans, pour un total de 18 600 m2 elle est deux fois plus grande que l’usine de Silverstone actuelle (qui était l’héritage de Jordan Grand Prix et datant de 1995). L’établissement permettra d’accueillir les 800 salariés estimés par le patron. Elle sera opérationnelle d’ici 20 à 22 mois.

Etape 2 : le bon personnel

L’équipe dispose d’un pilote de pointe, Sébastian Vettel et d’un pôle man, Lance Stroll. Comme souvent en Formule 1, ce duo sera celui qui de la rupture entre l’ancien monde et le nouveau monde. Il n’est pas véritablement garanti qu’il sera le duo qui récoltera les succès appelés des vœux du patron. Historiquement, il sera remplacé au bout de 2 ou 3 ans, avant de laisser la place à une nouvelle génération de pilotes.

En coulisse, l’équipe embauche chaque semaine de nouveaux profils afin de renforcer son effectif. Un soin particulier est apporté dans ces recrutements.

Etape 3 : Les bons processus

Inspiré par ses projets d’entreprises précédentes, les bons processus signifient, instauré de la discipline, une bonne gestion et une culture de la victoire.

Cette notion est la notion la plus secrète des équipes F1. Auparavant cela débutait par des objectifs clairs et buts communément définis. Puis une ouverture d’esprit et confrontation d’idées (ce que beaucoup d’équipe comprennent pour de l’agressivité). Ensuite le soutient et confiance entre les personnes du groupe. Viendra après, la coopération entre les membres, mais confrontation d’idées sans nuire à l’équilibre de l’ensemble. Ce qui impose des procédures saines, des dirigeants en phases avec les circonstances et une remise en cause régulière des performances (un facteur clé qui, s’il est inexistant, peut nuire à n’importe quel projet). Arrivera pour finir un bon sens du développement personnel et de la contribution apportée par chacun des membres et enfin des rapports efficaces avec les autres équipes.

Puis Toto Wolff en 2014 a fait évoluer le processus de base en ajoutant un agrément des conditions de travail en proposant au personnel, des professionnels extérieurs qui vont travailler sur différents aspects des membres de l’équipe. L’environnement de travail est analysé et trois axes sont privilégiés : la nutrition, le sommeil et le sport pratiqué.

A cela, Aston Martin souhaite apporter une image transformatrice, bien dans l’ère du temps, mais les résultats ne seront pas visibles avant 5 ou 6 ans.

Etape 4 : l’aspect financier

Ce grand ensemble nécessite beaucoup d’argent. Il est estimé qu’environ 500 millions d’euros seront investit sur la période de 5 ans minimum. Environ 150 millions ont déjà été injecté depuis le rachat de Racing Point, dans le plan à ce jour. Selon les estimations du Business Book GP 2021, le budget d’Aston Martin évolue autour de 170 millions d’euros.

Publié dans Management, Note du Mardi | Tagué , , | Commentaires fermés sur Note du Mardi – Aston Martin est les 4 étapes de construction d’un top team

Note du Mardi – Mercedes et son Groupe de Performance

notedumardi-900x6757165869066367047722.jpgLes essais privés 2021 de Mercedes AMG F1 ont soulevé des interrogations sur la fiabilité et compétitivité de la structure. L’occasion de remonter le temps. Au début de l’histoire.

La fin de saison 2012 a été catastrophique pour Mercedes F1, 6 pts lors des quatre dernières courses du championnat du monde. En comparaison Red Bull cumulait 93 pts, McLaren 94 pts, Ferrari 110 pts, Lotus 48 pts, Force India 20 pts, Williams 18 pts, Sauber 10 pts. C’est-à-dire que le constructeur allemand avait juste fait mieux que Toro Rosso, Caterham, Marussia et HRT en cette fin d’année 2012. Une réaction s’imposait. La signature de Lewis Hamilton pour 2013 permettait d’entrevoir un avenir positif du côté de Brackley. Assez rapidement, l’équipe technique met en place un Groupe de Performance. Toutefois, la saison ne débuta pas correctement. Après 4 courses, Red Bull dominait avec 109 pts, devant Lotus 93 pts, Ferrari cumulait 77 pts et Mercedes avait atteint péniblement 72 pts. C’était mieux que la fin de saison dernière, mais les effets du Groupe Performance vont se voir par la suite.

Lors des 4 courses suivantes, Red Bull cumula 110 pts, Ferrari 91 pts, Lotus 31 pts et Mercedes 101 pts. La saison était lancée.

Le groupe de performance

Un premier constat : les divers éléments de la voiture, soit les pneus, l’aérodynamique, le moteur, les suspensions étaient toujours en concurrence les uns avec les autres. Divers points ont été soulevés dans la poursuite de l’amélioration de certains domaines, tandis que l’image globale de la voiture était ignorée. Le Groupe de Performance, qui comprenait 5 membres clés de l’équipe, donnerait la priorité à la poursuite d’une direction. Si c’était juste, cela fonctionnait bien. Si c’était faux, c’était une leçon apprise. Toutefois la mise en place de cette culture a été difficile.

Première cible, la fiabilité. La fin de saison 2012 ayant démontré une faible compétitivité et des abandons, le contrôle de qualité a été visé. Finalement si les contrôles ont été amélioré, les problèmes provenant de la conception ou lors des interactions entre les ingénieurs. Le bureau d’étude était dans un dogme. Ils conçoivent les pièces et n’ont pas de responsabilité en cas de fiabilité. Ils sont les cerveaux. Sauf que chez Mercedes à Brackley le problème provenait de la conception et de la communication entre les services. Chacun construisait une pièce sans interactions avec un autre département. Par exemple, les radiateurs étaient conçus uniquement en lien avec le moteur, mais pas avec les autres éléments de la voiture (hydraulique et électrique par exemple).

Cette expérience du Groupe de Performance a permis de mettre en place la culture du zéro blâme ou chacun bénéficie du retour d’expérience de l’autre, ou les accusations se transforment en réunion positive pour résoudre des problèmes ensembles. La démarche est devenue holistique et finalement peu couteuse. Au fil des années son efficacité a été démontré. Il faut désormais 5 jours pour résoudre un problème. Il fallait environ 3 mois auparavant.

Publié dans Management, Note du Mardi | Tagué , , , , | Commentaires fermés sur Note du Mardi – Mercedes et son Groupe de Performance

Note du Mardi – Les erreurs du passée de Ferrari

notedumardi-900x6757165869066367047722.jpgEn Formule 1, comme dans d’autres sports, une décision prise il y a des années peut avoir des répercutions sur le présent. C’est le cas de la Scuderia Ferrari.

Dans une interview de Leo Turini, le journaliste italien dévoile les dessous des conséquences de décisions d’organisation et management à Maranello, datant de 2016.

Une organisation horizontale

Depuis une dizaine d’année, le management de la Scuderia Ferrari a toujours visé le court terme. Historiquement Maranello a toujours suivi les tendances et s’est inspiré de Mercedes AMG F1 au début de l’ère Hybride avec les embauches de James Allison et Bob Bell. Mais l’organisation était horizontale, était une simplification de celle de son concurrent Mercedes. « A partir de Juillet 2018, Vettel est en bonne position, il bat Mercedes. Mais le système est à l’agonie. A l’époque personne n’osait dire que le système imposé par Sergio Marchionne ne fonctionnait plus. Car lui seul pouvait interpréter ce système, l’inspirer. » indique Turini.

Dans un système horizontal, le manager est un facilitateur, un accompagnateur et un inspirateur. Le départ du principal moteur de l’organisation fait basculer l’ensemble dans des travers. Toto Wolff en appliquant cette méthodologie sur la base du système d’organisation qu’avait mis en place dès 2012 Ross Brawn, est devenu un élément indispensable à l’organisation de l’usine de Brackley.

Le court terme

« L’approche de la course de Marchionne était brusque, hâtif et visant à obtenir des résultats immédiatement. En 2016, il a embauché James Allison comme Directeur Technique et il est aujourd’hui chez Mercedes. En 2017, il a destitué Lorenzo Sassi, responsable du projet groupe propulseur à Maranello. L’homme est aujourd’hui aussi chez Mercedes. » précise Turini.

Ferrari a toujours eu un problème avec les solutions rapides et les résultats immédiats. Il y a une dizaine d’année, Pat Fry, avait découvert à Maranello des outils technologiques dépassés et a mis trois saisons pour simplement faire avancer les choses. L’héritage de Jean Todt, Ross Brawn est simplifié. Le rappel de Rory Bryne (l’homme qui avait dessiné les Benetton championne du monde et les Ferrari de 1998 à 2004), comme consultant (comme cela avait déjà été le cas en 2006, puis 2010, puis encore 2015) démontre un grave déficit d’organisation et de recrutement.

Publié dans Management, Note du Mardi | Tagué , , , , , , | Commentaires fermés sur Note du Mardi – Les erreurs du passée de Ferrari

Note du Mardi – Toto Wolff et les managers qui parlaient trop

notedumardi-900x6757165869066367047722.jpgLa période de confinement à l’échelle de l’Europe et du monde a été un révélateur des réelles volontés des uns et des autres. En Formule 1, les longs épisodes sur l’avenir de la discipline, l’ajustement du championnat, la modification du budget plafond et l’ouverture du marché des transferts ont surpris Toto Wolff.

Le manager autrichien avait reconnu que le confinement a été une bonne chose, car il pouvait s’occuper de sa famille et des affaires courantes. Discrètement. Toutefois, l’autrichien a constaté que d’autres ont ressenti le besoin de parler et de faire parler par le biais des médias (Horner, Brown et Binotto peuvent être visé). De sa place, Wolff n’a pas besoin de s’agiter. Il dirige la meilleure équipe de la décennie, dispose du meilleur pilote (probablement) de l’histoire et l’ensemble du collectif qu’il a patiemment pensé et mis en place est dirigé vers les nouvelles réglementations techniques et obligations financières. Ainsi c’est surtout un aspect des déclarations de ses rivaux qui évoque un reproche profond de la part de Toto Wolff.

« Je suis dans ce sport depuis 2009 et je n’ai jamais vu autant d’opportunisme et de manipulation. Il y a des aspects du sport que je remets en question et parfois le sport lui-même n’est devenu que de la musique de fond et n’est plus l’acte principal. J’ai beaucoup appris sur diverses personnes et la seule chose qui en ressort est un environnement hautement politique où tout le monde essais de faire du profit. Ces six derniers mois ont été les moments les plus politiques depuis que je suis en Formule 1. »

Voltaire disait que « la politique est le moyen pour les hommes sans principes de diriger des hommes sans mémoire. » Par mémoire il faut entendre que chacun agit dans son intérêt.

La nature ayant peur du vide et encore plus de l’inconnu, les réactions des managers de la discipline ont été intéressant. Il y a eu les discrets (qui a entendu Fréderic Vasseur ?), ceux qui ont réagis aux évènements (Cyril Abiteboul) et ceux qui ont fait l’actualité par bénéficie.

« En fin de compte, vous savez, tout cela (les déclarations) est sans importance. Si nous aimons le sport, c’est parce que tout se résume à la performance. Une fois que le drapeau tombe, le blabla s’arrête. Et le blabla s’arrêtera bientôt, puis toutes ces choses les interviews et toutes ces opinions deviennent inutiles. » a conclu Toto Wolff dans les médias germaniques.

Publié dans Management, Note du Mardi | Tagué , , , , , | Commentaires fermés sur Note du Mardi – Toto Wolff et les managers qui parlaient trop

Note du Mardi – Les 3 cultures face à une crise

notedumardi-900x6757165869066367047722.jpgLa situation actuelle est du jamais vue dans l’histoire de la Formule 1 et du sport en générale. Toutefois, il sera intéressant de constater comment réagiront les équipes face à la difficulté dans le cas ou leur voiture 2020 n’est pas au niveau, au coeur d’un championnat tronqué. Historiquement il y a trois cultures.

La première représente la majorité, malheureusement. Une équipe composée de membre de talent mais en manque de confiance, avec des leaders déçus de l’évolution du team. L’ensemble manquant d’une direction claire et laissant s’installer la culture du « tout ça, c’est de sa faute ».

La seconde est devenue un standard avec le temps, inspiré par une doctrine de Ron Dennis depuis 35 ans. L’important est de raisonner comme en tout. Echanger sur les raisons pour lesquelles l’équipe dans son ensemble n’est pas compétitive et surtout décider de ne plus jamais revenir sur le sujet. L’objectif étant de regarder de l’avant et retrouver de la motivation.

Enfin la troisième devient de plus en plus rare dans le paddock. Cela consiste de ne réagir que sous pression, de n’agir non pas par anticipation mais uniquement lorsque l’équipe est dans le creux de la vague et d’envisager l’avenir. Cette culture permet une certaine résilience et une révolution personnelle, mais uniquement en réaction et non en anticipation.

Les crises provoquées, subit et choc de cultures

Cette dernière a eu deux grands ambassadeurs dans la Formule 1 : Frank Williams et Flavio Briatore. Williams n’a jamais vraiment anticipé les événements, il faut qu’il soit devant le fait accomplie pour qu’il réagisse violement Il n’avait pas anticipé le départ de Honda, ni même le partage du moteur Renault. Flavio Briatore, de son côté est dans la même veine, mais avec une évolution : il agissait sur le constat. Cela ne fonctionne pas ? il virait, ne donnait jamais une deuxième chance et agissait sur un sentiment de simili vengeance (piquer Alési et Berger, perdre Cascoyne, perdre Alonso etc…)

La première culture intervient naturellement lorsqu’une équipe n’atteint pas ses objectifs. Statistiquement, cela intervient trois saisons après avoir été bon et ne pas comprendre pourquoi on ne l’est plus. Haas est actuellement dans cette phrase et doit se relancer. Par le passée Honda a été dans ce cas-là, en 2007/2008.

La seconde est un héritage. Toto Wolff, Christian Horner en sont les principaux ambassadeurs. Toutefois elle impose aussi quelques difficultés d’adaptation. Les équipes Williams et Renault ont de grandes difficultés en appliquant cette culture, alors qu’elles sont culturellement proche de la troisième de par leur patron iconique passée.

Publié dans Management, Note du Mardi | Tagué , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Note du Mardi – Les 3 cultures face à une crise

Note du Mardi – La capacité de résilience de Williams, Haas et Vettel

notedumardi-900x6757165869066367047722.jpg« Dans la sphère économique, un acte, une habitude, une institution et une loi n’engendrent pas seulement un effet, mais une série d’effets. De ces effets, le premier seul est immédiat ; il se manifeste simultanément avec sa cause, on le voit. Les autres ne se déroulent que successivement, on ne les voit pas ; heureux si on les prévoit ». C’est ce qu’écrivait en 1850, l’économiste Fréderic Bastiat, dans son pamphlet « Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas ». Il n’a jamais été si actuel pour trois sujets en Formule 1 : Le cas Williams, le cas Haas et le cas Vettel.

Le cas Williams

Le résultat fait mal avec un seul point lors de la campagne 2019. Un lent déclin qui s’est accéléré depuis 2017. L’équipe de Grove s’inscrit dangereusement dans l’histoire des équipes Tyrrell et Lotus, monument de la discipline ayant disparue respectivement en 1998 et 1994. EN 2019, la FW42 est arrivée avec 2 jours ½ de retard sur le planning et le premier semestre a été compliqué. Pire, pensant qu’un seul package aéro introduit durant l’été pouvait suffire à remonter vers le milieu de tableau, l’équipe a déchanté, d’autant que la qualité des pièces n’était pas digne des standards actuels de la discipline. Dans les faits, l’usine de Grove a réalisé qu’elle avait 3 ans de retard sur ses concurrents.

L’arrivée de Paddy Lowe devait permettre de combler un retard. L’ingénieur anglais a apporté un savoir-faire qui ne pouvait pas avoir d’effet avec les outils utilisés par l’équipe jusqu’à présent. Ainsi, depuis 14 mois, l’équipe Williams est en profonde réforme interne. L’étalonnage de la soufflerie a été mis à jour. En réalité, les données sur la piste ne présentaient pas les mêmes gains qu’en soufflerie depuis deux saisons. De même, l’aspect de la planification de la saison, partant par les premiers tests privés a été révisé, pour devenir plus rigoureux, avec de nouveaux outils d’évaluations. La future FW43 sera une forte évolution du modèle précédent, bénéficiant des expérimentations de la seconde partie de saison 2019.

Le cas Haas

Gunther Steiner a avoué tardivement l’un des principaux défauts de la saison 2019 de Haas F1 Team : la gestion des pneus. La réaction première des ingénieurs a été de vouloir faire fonctionner par les réglages et accuser le pilotage de ses pilotes au lieu de regarder si le problème ne venait pas de l’aérodynamique. En réalité, la voiture était bonne sur des runs cours.

L’un des principaux problèmes réside ici dans le management général de l’équipe. Après une bonne saison 2018, l’équipe technique a considéré qu’elle avait atteint le socle de compétence pour établir une base compétitive pour l’avenir. Ne voulant pas se remettre en cause pendant un semestre. Pendant ce temps, les pilotes ont surpiloté pour compenser l’inconstance de leur monoplace, provoquant des sorties de pistes et même une rivalité interne qui a détourné l’attention. Dans les faits, les pilotes n’ont pas été écouté dans leur réaction. Le pouvoir était aux ingénieurs. Devant le désarroi et l’absence de solution la tension est montée et l’ambiance s’est dégradée. Lors du GP d’Espagne les premiers signes ont été entrevue, mais le résultat (7eme en qualification) a été un épais brouillard de confiance alors que les données et les retours des pilotes ont été ignoré. L’équipe a fait confiance à ce qui était facile et agréable à croire (le résultat) et non à la réalité et aucune réunion n’a été mis en place pendant une longue période.

Le cas Vettel

Ce que nous avons vu est la rivalité avec son équipier Charles Leclerc, qui assez rapidement a montré l’étendue de son talent par plusieurs pôles positions et deux victoires en Belgique et Italie. De l’autre côté du miroir, Sébastian Vettel présentait un visage sombre, ayant perdu la course du Canada et commettant plusieurs erreurs en course et en qualification le faisant décrocher. La presse italienne et la Scuderia absorbé par la nouvelle dynamique de Leclerc a progressivement délaissée le pilote allemand.

Le quadruple champion du monde a admit qu’il n’avait pas toujours eu l’impression d’avoir fait ce qu’il pouvait et qu’il aurait largement pu faire mieux. Admettant que ce n’est pas sa façon de piloter qui doit changer. Confirmant qu’en 10 ans il avait évolué sur ce point, mais peut-être pas aussi positivement qu’il le pense. L’autre point d’auto-critique étant son approche avec les ingénieurs. Passant la première partie de l’année à essayer de comprendre ou pouvait provenir le manque de performance et de trouver des réponses précises, des risques ont été commis et de l’énergie dépensée sur le long terme. Vettel a admis qu’il aurait été préférable de se concentrer davantage sur la performance du jour. Chose que Leclerc, a réalisé, par manque d’expérience finalement.

Publié dans Analyses, Management, Note du Mardi | Tagué , , , , , | Commentaires fermés sur Note du Mardi – La capacité de résilience de Williams, Haas et Vettel

F1 – Le retour du RDD en 2011

Renault Driver Development (RDD) de retour en 2011Renault va relancer le Renault Driver Development l’an prochain. Le nouveau programme sera mis en œuvre par Gravity Management, la société sœur appartenant à Genii Capital et  gérée par Eric Boullier, aussi patron de Renault F1 Team. Mais pour le moment aucun pilote n’est sous contrat RDD.

« Ce serait une façon de leur permettre de passer du temps avec l’équipe. Vous pouvez comprendre la complexité de la Formule 1 et comment cela fonctionne. Bien sur, ils devront aussi faire du GP2 ou du World Séries Renault « indique Eric Boulier sur Autosport.com

Le programme RDD a été mis en place en 2001/2002 par Flavio Briatore via sa société Formula Flavio Briatore Business et Flavio Briatore Management. Cette structure, était destinée à gérer les contrats des pilotes Renault F1, mais aussi détecter des jeunes pilotes pour les aider, suivant un programme de résultat très précis. Rappelons que Jarno Trulli, Fernando Alonso, Heikki Kovalainen, Robert Kubica, Romain Grosjean, Lucas di Grassi ont été des pilotes RDD.

Toutefois, le programme Gravity restera en place et sera autonome. « Le programme Gravity est autonome, vous pouvez donc négocier avec n’importe qu’elle équipe. Mais, il se pourrait bien que nous l’intégrons dans le programme de Renault. » conclu Boullier.

Reste à savoir par  qui et comment ce programme sera financé.

Publié dans Actualités, Business News F1 | Tagué , , | Commentaires fermés sur F1 – Le retour du RDD en 2011

Le principe d'une lettre d'intention

Lettre d'intentionLe principe de la lettre d’intention est souvent un terme utilisé dans les contrats en Formule 1. Il dispose de multiple facette intéressante.

La Lettre d’intention est une étape précédent le vrai contrat. Elle intervient en général assez tôt dans le processus de négociation. Elle devient utile lorsque le candidat potentiel se fait une idée assez claire, mais générale de son projet et qu’il doit approfondir son analyse pour préparer son offre. Cela permet d’obtenir un accord, tacite, sur certain point avant d’engager des frais d’études par exemple. Cette lettre indique les différentes étapes du projet, ainsi que les moyens mis en œuvre pour les réaliser. Généralement le prix est déjà défini dans la lettre d’intention.

Elle est rédigée en partie par le demandeur et ensuite par le client. Ce dernier précise sa volonté de faire transaction et d’aboutir à un accord. C’est un engagement moral entre deux parties.  Une lettre, même si elle n’est pas contre signée, n’est pas résiliable en l’état. Les deux parties sont liées et ne peuvent plus rompre les discussions sans juste motif.

Le risque juridique, rare il est vrai, est la rupture abusive des négociations. Si l’interlocuteur estime que vous n’avez pas négocié de bonne foi. Après la lettre d’intention, un protocole d’accord sera signé et l’accord sera conclu.

Signalons que cette lettre d’intention dispose toujours d’un délai de validité pour passer ensuite au protocole d’accord. Le délai est important car il est la principale source de rupture juridique entre deux parties.

Voir : Délai de 2 mois pour le GP de Rome

Publié dans Analyses | Tagué | Commentaires fermés sur Le principe d'une lettre d'intention

F1 – L'utilisation d'un nom pour séduire des partenaires

jordan-eddieKimi Raikkonen s’insurge contre l’utilisation de son nom pour des raisons marketings. Une plainte légitime pour le champion du monde 2007, mais qui reste une pratique vieille comme le monde en matière de négociation en Formule 1.

Annoncez un nom de pilotes dans les médias est une déclaration d’intention, mais ce n’est pas une négociation engagée. Cela sert, à  utiliser la réaction populaire afin de séduire un partenaire (technique ou financier). Eddie Jordan, par exemple a usé du principe à plusieurs reprises.

Eddie, Alesi, Villeneuve, Fisichella etc…

A la fin des années 90, l’équipe Jordan montait en puissance. Après le départ de Peugeot, Eddie Jordan devait impérativement séduire un nouveau motoriste. Mugen Honda sera sa cible. Mais pour obtenir toutes les chances de son coté, l’irlandais ira jusqu’à parler d’un duo Fisichella – Alesi à ses futurs partenaires nippons pour 1998. L’italien avait déjà signé chez Benetton et le français n’avait pas l’intention de rejoindre l’équipe à l’époque. Plus tard, en 2004, Jordan utilisera le nom de Jacques Villeneuve pour attirer un brasseur canadien, en vain.

Juste avant de vendre son équipe à Midland, Eddie Jordan avait annoncé dans la presse que son duo pour l’année 2005 était : Timo Glock et Robert Doornbos (avec la perspective de 30 millions de dollars de sponsoring).

Ce principe de communication est courant pour, surtout, faire parler de soi de manière positive dans les médias. Alors que la réalité est différente.

Publié dans Analyses | Tagué , , | Commentaires fermés sur F1 – L'utilisation d'un nom pour séduire des partenaires

Red Bull 2010, comme un air de McLaren 2007 ?

vettel et webberUne leçon de management ? Avec l’arrivée dans l’ombre de Mark Webber, de Flavio Briatore, l’ambiance chez Red Bull Racing se modifie radicalement. L’italien s’emporte même en donnant des conseils à Christian Horner dans la gestion de son line-up : » Red Bull n’a pas encore compris que, s’ils continuent comme ça, avec Webber et Vettel en concurrence, l’un contre l’autre, ils risquent de perdre le championnat. Par contre, si  vous ne voulez pas gagner le championnat c’est la bonne façon. Chez Ferrari, la situation est claire : Alonso même l’équipe et Massa suit le mouvement. » Radical mais clair.

Dans les faits, la citadelle Red Bull est assiégée. En interne et en externe. En interne,  par  le duo Webber-Briatore et ses déclarations. Externe avec McLaren et Mercedes poussant en mettant la pression pour déstabiliser un adversaire trop encombrant. Sortir de cette épreuve la tête haute permettra à RBR d’être considéré comme un top team légitime aux yeux des « autres. »

Mais finalement, Briatore a raison dans les faits. Au championnat Webber dispose de près d’une victoire d’avance sur son équipier. Mais observez la course de Sébastian Vettel lors du Grand Prix d’Italie. Le résultat final, avec une stratégie radicale, permet à l’allemand de devancer son équipier de deux places, alors qu’il était derrière une partie de la course. Intéressant pour le championnat…

Autrement plus intéressant, la déclaration d’après course dans le paddock de Mark Webber :  » Je ne vais pas demander de l’aide à Sébastian ». Avant d’ironiser plus loin :  » Une aide de Vettel ? Cela dépendra de l’équipe. Vous pouvez être sûr que je ne demande rien.  »

Retour sur 2007 et McLaren

La relation entre l’australien et l’allemand rappelle de plus en plus celle entre Fernando Alonso et Lewis Hamilton chez McLaren en 2007. Au fil de la saison, le double champion du monde (sous les conseils de Briatore) c’était isolé et rappelait à l’ordre l’équipe sur l’équité technique et sportive. Dimanche, Martin Whitmarsh a indiqué que  » 2010 n’a rien à voir avec 2007. Cette année là, il y avait une personne qui ne travaillait pas pour l’intérêt de l’équipe. » La même situation se reproduit chez Red Bull avec Mark Webber.

La contrainte du Numéro 1

La dernière phrase de Flavio Briatore est symbolique d’une logique qu’il a toujours encouragé : un pilote numéro 1 et un numéro 2. En poussant Red Bull Racing a désigné son pilote australien comme leader de la formation autrichienne, Briatore sait qu’il ridiculisera le système Red Bull. Mais, si RBR désigne Webber comme N°1, elle se retrouve en position de faiblesse envers Sébastian Vettel, dans ses négociations d’après 2012 en offrant un argument en sa défaveur. En effet, l’allemand pourrait comprendre qu’il n’est pas soutenu dans son effort par son équipe. Délicat donc.

Publié dans Analyses | Tagué , , , , , | Commentaires fermés sur Red Bull 2010, comme un air de McLaren 2007 ?