Archives du tag : Management

F1 – Le retour du RDD en 2011

Renault Driver Development (RDD) de retour en 2011Renault va relancer le Renault Driver Development l’an prochain. Le nouveau programme sera mis en œuvre par Gravity Management, la société sœur appartenant à Genii Capital et  gérée par Eric Boullier, aussi patron de Renault F1 Team. Mais pour le moment aucun pilote n’est sous contrat RDD.

« Ce serait une façon de leur permettre de passer du temps avec l’équipe. Vous pouvez comprendre la complexité de la Formule 1 et comment cela fonctionne. Bien sur, ils devront aussi faire du GP2 ou du World Séries Renault « indique Eric Boulier sur Autosport.com

Le programme RDD a été mis en place en 2001/2002 par Flavio Briatore via sa société Formula Flavio Briatore Business et Flavio Briatore Management. Cette structure, était destinée à gérer les contrats des pilotes Renault F1, mais aussi détecter des jeunes pilotes pour les aider, suivant un programme de résultat très précis. Rappelons que Jarno Trulli, Fernando Alonso, Heikki Kovalainen, Robert Kubica, Romain Grosjean, Lucas di Grassi ont été des pilotes RDD.

Toutefois, le programme Gravity restera en place et sera autonome. « Le programme Gravity est autonome, vous pouvez donc négocier avec n’importe qu’elle équipe. Mais, il se pourrait bien que nous l’intégrons dans le programme de Renault. » conclu Boullier.

Reste à savoir par  qui et comment ce programme sera financé.

Publié dans Actualités, Business News F1 | Tagué , , | Commentaires fermés sur F1 – Le retour du RDD en 2011

Le principe d'une lettre d'intention

Lettre d'intentionLe principe de la lettre d’intention est souvent un terme utilisé dans les contrats en Formule 1. Il dispose de multiple facette intéressante.

La Lettre d’intention est une étape précédent le vrai contrat. Elle intervient en général assez tôt dans le processus de négociation. Elle devient utile lorsque le candidat potentiel se fait une idée assez claire, mais générale de son projet et qu’il doit approfondir son analyse pour préparer son offre. Cela permet d’obtenir un accord, tacite, sur certain point avant d’engager des frais d’études par exemple. Cette lettre indique les différentes étapes du projet, ainsi que les moyens mis en œuvre pour les réaliser. Généralement le prix est déjà défini dans la lettre d’intention.

Elle est rédigée en partie par le demandeur et ensuite par le client. Ce dernier précise sa volonté de faire transaction et d’aboutir à un accord. C’est un engagement moral entre deux parties.  Une lettre, même si elle n’est pas contre signée, n’est pas résiliable en l’état. Les deux parties sont liées et ne peuvent plus rompre les discussions sans juste motif.

Le risque juridique, rare il est vrai, est la rupture abusive des négociations. Si l’interlocuteur estime que vous n’avez pas négocié de bonne foi. Après la lettre d’intention, un protocole d’accord sera signé et l’accord sera conclu.

Signalons que cette lettre d’intention dispose toujours d’un délai de validité pour passer ensuite au protocole d’accord. Le délai est important car il est la principale source de rupture juridique entre deux parties.

Voir : Délai de 2 mois pour le GP de Rome

Publié dans Analyses | Tagué | Commentaires fermés sur Le principe d'une lettre d'intention

F1 – L'utilisation d'un nom pour séduire des partenaires

jordan-eddieKimi Raikkonen s’insurge contre l’utilisation de son nom pour des raisons marketings. Une plainte légitime pour le champion du monde 2007, mais qui reste une pratique vieille comme le monde en matière de négociation en Formule 1.

Annoncez un nom de pilotes dans les médias est une déclaration d’intention, mais ce n’est pas une négociation engagée. Cela sert, à  utiliser la réaction populaire afin de séduire un partenaire (technique ou financier). Eddie Jordan, par exemple a usé du principe à plusieurs reprises.

Eddie, Alesi, Villeneuve, Fisichella etc…

A la fin des années 90, l’équipe Jordan montait en puissance. Après le départ de Peugeot, Eddie Jordan devait impérativement séduire un nouveau motoriste. Mugen Honda sera sa cible. Mais pour obtenir toutes les chances de son coté, l’irlandais ira jusqu’à parler d’un duo Fisichella – Alesi à ses futurs partenaires nippons pour 1998. L’italien avait déjà signé chez Benetton et le français n’avait pas l’intention de rejoindre l’équipe à l’époque. Plus tard, en 2004, Jordan utilisera le nom de Jacques Villeneuve pour attirer un brasseur canadien, en vain.

Juste avant de vendre son équipe à Midland, Eddie Jordan avait annoncé dans la presse que son duo pour l’année 2005 était : Timo Glock et Robert Doornbos (avec la perspective de 30 millions de dollars de sponsoring).

Ce principe de communication est courant pour, surtout, faire parler de soi de manière positive dans les médias. Alors que la réalité est différente.

Publié dans Analyses | Tagué , , | Commentaires fermés sur F1 – L'utilisation d'un nom pour séduire des partenaires

Red Bull 2010, comme un air de McLaren 2007 ?

vettel et webberUne leçon de management ? Avec l’arrivée dans l’ombre de Mark Webber, de Flavio Briatore, l’ambiance chez Red Bull Racing se modifie radicalement. L’italien s’emporte même en donnant des conseils à Christian Horner dans la gestion de son line-up : » Red Bull n’a pas encore compris que, s’ils continuent comme ça, avec Webber et Vettel en concurrence, l’un contre l’autre, ils risquent de perdre le championnat. Par contre, si  vous ne voulez pas gagner le championnat c’est la bonne façon. Chez Ferrari, la situation est claire : Alonso même l’équipe et Massa suit le mouvement. » Radical mais clair.

Dans les faits, la citadelle Red Bull est assiégée. En interne et en externe. En interne,  par  le duo Webber-Briatore et ses déclarations. Externe avec McLaren et Mercedes poussant en mettant la pression pour déstabiliser un adversaire trop encombrant. Sortir de cette épreuve la tête haute permettra à RBR d’être considéré comme un top team légitime aux yeux des « autres. »

Mais finalement, Briatore a raison dans les faits. Au championnat Webber dispose de près d’une victoire d’avance sur son équipier. Mais observez la course de Sébastian Vettel lors du Grand Prix d’Italie. Le résultat final, avec une stratégie radicale, permet à l’allemand de devancer son équipier de deux places, alors qu’il était derrière une partie de la course. Intéressant pour le championnat…

Autrement plus intéressant, la déclaration d’après course dans le paddock de Mark Webber :  » Je ne vais pas demander de l’aide à Sébastian ». Avant d’ironiser plus loin :  » Une aide de Vettel ? Cela dépendra de l’équipe. Vous pouvez être sûr que je ne demande rien.  »

Retour sur 2007 et McLaren

La relation entre l’australien et l’allemand rappelle de plus en plus celle entre Fernando Alonso et Lewis Hamilton chez McLaren en 2007. Au fil de la saison, le double champion du monde (sous les conseils de Briatore) c’était isolé et rappelait à l’ordre l’équipe sur l’équité technique et sportive. Dimanche, Martin Whitmarsh a indiqué que  » 2010 n’a rien à voir avec 2007. Cette année là, il y avait une personne qui ne travaillait pas pour l’intérêt de l’équipe. » La même situation se reproduit chez Red Bull avec Mark Webber.

La contrainte du Numéro 1

La dernière phrase de Flavio Briatore est symbolique d’une logique qu’il a toujours encouragé : un pilote numéro 1 et un numéro 2. En poussant Red Bull Racing a désigné son pilote australien comme leader de la formation autrichienne, Briatore sait qu’il ridiculisera le système Red Bull. Mais, si RBR désigne Webber comme N°1, elle se retrouve en position de faiblesse envers Sébastian Vettel, dans ses négociations d’après 2012 en offrant un argument en sa défaveur. En effet, l’allemand pourrait comprendre qu’il n’est pas soutenu dans son effort par son équipe. Délicat donc.

Publié dans Analyses | Tagué , , , , , | Commentaires fermés sur Red Bull 2010, comme un air de McLaren 2007 ?

Mark Webber et l'idée de la retraite

Webber Red Bull

Ken Tyrrell avait dit un jour : « lorsqu’un pilote hésite dans sa vie ou commence à parler de retraite,  alors qu’il est encore actif, cela signifie que sa carrière est terminée. » Un principe qui pourrait être appliqué à Mark Webber.

L’australien a annoncé durant le week end dernier à l’hebdomadaire Esporte Espetacular :  « je ne peux garantir que ma tête sera au même endroit en 2012. » sous entendu, si il gagne le titre de champion du monde avant 2012 il partira. Mais s’il ne gagne pas de titre ?

Surtout l’une des bases du comportement humain : « la peur de perdre est toujours supérieure à l’envie de réussir »

Actuellement bien placé au championnat, rien n’indique toutefois que Webber soit le favori cette année. Beaucoup pensent que Hamilton, Alonso voir Button lui passeront devant dans le sprint final. A 33 ans, il semble conscient que 2010 pourrait être l’année de sa vie. La réflexion de Webber n’est t’elle pas trop hâtive ? C’est tout le problème d’une idée justement.

Webber a dans son idée que si il devient champion du monde d’ici 2011, il pourra partir la tête haute. Dans ce schémas d’idée, l’australien joue un jeu dangereux car il estime qu’il n’aura pas le titre 2010 en visant au pire 2011. Cette psychologique de la défaite est déjà inscrit dans la tête du pilote Red Bull comme une justification.

Faire parler de lui et satisfaire Red Bull

Le fait d’indiquer sa reconversion auprès des jeunes pilotes n’est qu’un détail d’image. Sa situation chez Red Bull est intéressante et la déclaration pourrait aussi justifier l’état d’esprit. Mark Webber a fortement critiqué son équipe durant le début de l’été (l’affaire du N°2 de Silverstone), en annonçant sa prochaine retraite, il donne une indication à Red Bull Racing prou l’an prochain et va surtout crée un effet d’attente, pour que tout le monde ne parle que de cela dans les prochaines semaines.

L’image du champion

Autre analyse, le fait que Webber souhaite lancer l’image d’un pilote au top. La signature Briatore. En effet, tout le monde se souvient du fameux « McLaren sera ma dernière équipe » de Fernando Alonso durant l’hiver 2006/2007. Aujourd’hui, le passage du double champion du monde à Woking en 2007 reste sportivement positif (niveau palmarès). Annoncer une fin à l’avance c’est aussi réécrire l’histoire que l’on dessine.

Merci à Caroline pour ses éclaircissements

Publié dans Actualités | Tagué , , | Commentaires fermés sur Mark Webber et l'idée de la retraite

[Archive] – La Note du Mardi TWF1 N°3

Durant toute cette semaine, TomorrowNewsF1 vous fait découvrir certains textes de sa Newsletter payante TWF1.

Aujourd’hui, la rubrique de la Note du Mardi du numéro de Juin 2010, avec comme sujet : La gestion de crise exemplaire de Red Bull Racing. Demain, vous découvrirez Paddock Spy et les 10 jours de Michelin.

La Note du Mardi : La gestion de crise exemplaire de Red Bull Racing

Gérer une crise est très difficile. L’histoire nous démontre qu’une crise interne est plus facile à résoudre qu’une crise externe. Le cas Red Bull est intéressant car il représente une communication d’avenir en Formule 1.

41ème tour du Grand Prix de Turquie, Sébastian Vettel et Mark Webber, les deux pilotes Red Bull Racing,  provoquent un accident alors qu’ils étaient en tête de la course. La réaction du pilote allemand après être sortie de sa voiture fera le tour du monde. Quelques minutes plus tard, il délivre sa version des faits : A savoir qu’il était plus rapide et avait déjà passé son équipier. Après la course, l’australien estimera qu’il était dans son droit. Pendant ce temps, Christian Horner ne prend pas partie, il donne raison à l’un et puis l’autre. Le conseillé Helmut Marko s’emballe contre Webber. Provoquant un tsunami médiatique durant la semaine suivante.

48 h après la course,  une réunion de crise à l’usine de Milton Keynes est sombre. Toutefois, sur le fil Twitter officielle, les mots d’Horner : « Nous sommes une équipe, nous gagnons ensemble, nous perdons ensemble. Maintenant il est temps de rebondir. » Résonnent comme un élément positif. Le 2 Juin, une photo de Vettel et Webber et un communiqué fera le tour du monde. Elle présente les deux pilotes les paumes des mains en l’air et l’expression de visages d’enfants estimant que ce n’étaient pas de leurs fautes.  Pendant ce temps là, la machine de communication de Red Bull s’emballe pour balayer cet épisode des médias en quelques jours, sans jamais aborder les questions de fond et les véritables raisons (techniques ou pas) de l’incident.

Première étape, dès le 3 Juin, Autosport.com annonce que l’équipe autrichienne cherche à prolonger Sébastian Vettel jusqu’en 2015. Le lendemain, Horner parle de la prochaine motorisation de son team pour 2011 en mettant la pression sur Renault Sport. Ensuite David Coulthard estime que cela fait de la publicité pour Red Bull. Samedi, Gerhard Berger pense que la faute est sur Webber. Enfin, Lundi 7 Juin, l’annonce de la prolongation de Mark Webber pour 2011 conclu habillement le débat.

En parallèle, Helmut Marko indique aux médias que l’affaire est réglée et que toute l’équipe et la marque est désormais tournée vers la suite du championnat et 2011. Précisant en plus que les deux pilotes de l’équipe auront les mêmes droits techniques et sportifs. La boucle est donc bouclée et la gestion de la crise médiatique et sportive exemplaire.

Lire les prochaines Note du Mardi  dans le nouveau numéro de la Newsletter TWF1 en vous abonnant ici pour 20€/an  ou 3€ par mois

Publié dans Note du Mardi | Tagué , , | Commentaires fermés sur [Archive] – La Note du Mardi TWF1 N°3

Le contrat CDI de Bruno Senna

Bruno SennaLe contrat de Bruno Senna avec Hispania Racing Team regorge de surprises toujours plus étonnantes. En plus d’apporter un budget de 3,5 millions d’euros, les sponsors du pilote brésilien lui offrent 150.000 euros pour ses frais de déplacement, locations, préparation physique. HRT n’offre pas de prime de résultat annoncé. Le pilote bénévole est né, mais avec un autre détail : la durée de son contrat.

Chris Goodwin, l’agent du pilote brésilien, lors de la crise de Silverstone, avait fait valoir que le contrat de Bruno Senna est incassable. Or, aucun contrat n’est vraiment incassable, surtout lorsqu’on apporte un budget à une équipe. Sachant que l’apport de sponsoring est aléatoire. Mais le pilote a indiqué aux médias présents en Hongrie qu’il disposait d’un contrat illimité avec HRT : « Mon contrat est illimité. Je ne peux pas vous dire exactement ce qu’il y a dedans. J’ai un contrat, mais il n’y a pas de définition précise. »

Après le pilote bénévole, Bruno Senna dispose d’un Contrat à Durée Indéterminée (CDI) avec une équipe F1. Une révélation étonnante et démontrant le manque de sérieux des contrats de l’équipe Hispania Racing Team ? Une indication permettant de comprendre que Bruno Senna peut quitter l’équipe espagnole, sous conditions simples : se faire racheter son contrat ou racheter lui-même son contrat. Ce qui permet aussi de comprendre le modèle économique du team : Bruno Senna a de la valeur pour l’équipe espagnole (peut être 3 ou 4 millions d’euros)

Le modèle Jordan

Lorsque Rubens Barrichello a signé son contrat durant l’hiver 1992 avec Jordan Grand Prix, il apportait 4 millions de dollars de budget, mais disposait d’un contrat quasiment illimité avec le team irlandais (avec 3 ans ferme de contrat tout de même). Toutefois une clause de rachat par tiers fixée à 5 millions de dollars était indiquée si un transfert avant les 3 ans était envisageable. Ron Dennis avait trouvé la somme très élevé à l’époque, pour remplacer Ayrton Senna en1994.

Le même contrat a été signé avec Eddie Irvine (qui n’apportait aucun budget), mais Ferrari a accepté de fournir les 5 millions de dollars demandés. En 1998, le même Jordan a autorisé pour 3 millions de dollars,  le transfert de Ralf Schumacher chez Williams, sur le même principe.

Publié dans Analyses, Transferts | Tagué , , | Commentaires fermés sur Le contrat CDI de Bruno Senna

N. Todt: Bilan sur Bianchi, Massa et ART

nicolas-todtNicolas Todt est un homme occupé. Entre le management de Felipe Massa, son équipe ART et la carrière de Jules Bianchi, le français ne parle pas beaucoup. Toutefois le fils du président de la FIA parle de l’avenir.

Pour le compte du site 422race.com, Nicolas Todt a indiqué qu’il préparait l’avenir de Jules Bianchi et que cet avenir passait aussi par la F1 : « Jules est encore jeune et n’a connu que deux années en sport auto, ce qui est très peu, mais il a un grand talent et vous si vous avez la change de passer en Formule 1 l’an prochain, il faut la prendre. Le but est d’être en Formule 1 dès que possible. »

Concernant le cas de Felipe Massa, l’année 2010 semble être très difficile : « Ce n’est pas une saison facile jusqu’à présent pour lui. Comme vous le savez, la voiture n’était pas la meilleure mais l’équipe a poussé fort pour progresser…Felipe n’a pas fait un très bon début de saison, mais il est encore en mesure d’obtenir de bon résultat. »

Enfin le cas ART GP et sa candidature en Formule 1.  Le projet était un grand espoir de voir un retour d’une équipe tricolore dans la discipline reine, mais finalement cela tourna en un échec très discret : « J’ai toujours dis que je voulais entrer en Formule 1, mais seulement si de bonnes conditions sont remplis. Nous n’avons pas réussis. Nous n’avons voulu obtenir des garanties long terme sur notre présence en Formule 1, et nous avons eu des partenaires techniques et financiers, des investisseurs, mais pas assez pour donner deux ou trois saisons de visibilité. »

Publié dans Actualités | Tagué , , , , | Commentaires fermés sur N. Todt: Bilan sur Bianchi, Massa et ART

Red Bull Racing, l'ombre de Flavio Briatore

Flavio BriatoreFlavio Briatore, n’a plus le droit d’exercer une activité direct dans l’environnement de la Formule 1, jusqu’en 2013. Sa présence lors du Grand Prix de Monaco, puis de Valencia, et dernièrement à Silverstone laisse planer le doute sur ses intentions.

Les rumeurs les plus folles entourent l’italien. Le soutien de Bernie Ecclestone renforce les idées. D’ailleurs, Briatore avait un pass VIP à Silverstone, comme à Valencia. Un sésame que seul l’argentier de la Formule 1 distille au compte goutte dans le paddock. Mais l’idée la plus folle est que l’ancien patron de Renault F1 Team serait derrière Mark Webber dans la campagne de se dernier contre Red Bull Racing…

Même si l’italien n’a plus le droit d’avoir une activité directe, il a néanmoins été prévoyant. Exit sa société de management, Massima Management et son satellite Formula Flavio Briatore Business, vendu l’an dernier aux frères Michel. L’italien semble toujours avoir un rôle de consultant auprès de son ancienne structure. Un rôle qu’il utilise avec Mark Webber, encore sous contrat avec l’agence.

Briatore souhaite que Mark Webber soit champion du monde 2010 avec Red Bull. La perspective est autant sportive, que financière. La prolongation de contrat pour 2011, a été très avantageuse pour le pilote australien, en position de force coté résultat brut depuis le début de l’année. Une augmentation significative (on parle du double de 2009), mais avec un titre de champion du monde, la valeur risque de passablement augmentée.

Le journal populaire BILD indique qu’à Valencia, la course suivant la Turquie, Briatore a parlé avec Christian Horner, dans une ambiance assez tendue. Le businessman italien connait bien toute les ficelles pour obtenir ce qu’il souhaite, et les intentions semble clair : objectif Mark Webber champion du monde 2010.

L’ombre de Flavio Briatore n’a pas finie de planée au dessus de Red Bull Racing…

Publié dans Analyses, Rumeurs | Tagué , , , | Commentaires fermés sur Red Bull Racing, l'ombre de Flavio Briatore

F1 – Red Bull positive à l'usine

Red bull RB6

Ce matin l’ambiance dans l’usine de Milton Keynes était sombre. Lors du débriefing tendu d’après Grand Prix, Christian Horner a déclaré à ses troupes les mots suivants.

« Nous sommes une équipe, nous gagnons ensemble, nous perdons ensemble. Maintenant il est temps de rebondir. »

Sur le fil officiel Twitter de l’équipe Red Bull Racing ses simples mots doivent remettre en selle une équipe traumatisée par la suspicion depuis 48h. Les phrases d’Horner son simple et évident. N’oublions pas que le fil d’information Twitter de l’équipe est destiné à rester positif dans la tempête. Mais rien que de décrire l’ambiance sombre de ce débriefing est révélateur…

Publié dans Actualités, Analyses | Tagué , | Commentaires fermés sur F1 – Red Bull positive à l'usine