[FanaticF1] – Le marché des transferts dépendant des tops pilotes

2014 - Scuderia Ferrari

 » C’est ma quatorzième saison de Formule 1, donc j’ai vu de nombreux projets en Juillet et Août. En Août, tout le monde est très, très compétitif, en Novembre encore plus, puis en Janvier et Février l’on se rend compte que deux ou trois peuvent gagner seulement. Il faut une boule de cristal pour savoir ce qu’il va se passer pour l’année suivante «  analyse Fernando Alonso dans le quotidien sportif espagnol AS.

Une manière élégante de parler de sa situation actuelle, mais également une réflexion sur la manière dont les équipes procèdent pour séduire les pilotes sur le marché des transferts. Une manière un peu archaïque.

Lire la suite sur www.FanaticF1.com en cliquant ici

Publié dans Transferts, View | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

La scandaleuse offre de McLaren à Vettel

L’introduction du duo McLaren-Honda dans le jeu des transferts bouleverse l’entente entre les équipes sur le statuquo des salaires des tops pilotes. L’approche de Ron Dennis envers Sébastian Vettel en est un exemple.Sébastian Vettel GP Hongrie 2014
Si Lewis Hamilton cherche à prolonger avec Mercedes AMG F1, il n’en garde pas moins un œil sur son ancienne équipe. Un chiffre a été annoncé (nous ne le connaissons pas) et il sert de contre partie dans les négociations avec l’équipe de Brackley. A Maranello c’est l’inquiétude. Fernando Alonso n’a pas répondu à l’offre d’extension jusqu’en 2019. L’offre de McLaren est toujours là, dans l’attente. Les approches remontant ainsi depuis un an. Le constructeur japonais souhaite activement le double champion du monde espagnol et n’a pas envie d’attendre. Mais, si Alonso est la priorité, il faut toutefois pour Ron Dennis montrer que McLaren est redevenue une force majeure du plateau. Le contact avec Vettel trouve ainsi du sens.

« Il faut regarder toute les offres. » lance Sébastian Vettel à Bild, une nouveauté dans les éléments de langages du quadruple champion du monde. En secret le pilote allemand sait qu’il ne pourra éternellement repousser poliment les offres de Mercedes, Ferrari et McLaren, sous peine d’être oublié et de voir le train passer devant lui. D’autant que ses rivaux n’hésitent pas à signer des contrats de plusieurs années bloquant le marché. Du côté Autrichien, l’offre de McLaren pour le quadruple champion du monde a étonné. « Une offre scandaleusement élevé » explique Helmut Marko dans Sport Bild. On estime le chiffre à 45 millions d’euros par année…Le double du salaire de Vettel aujourd’hui.

Pourquoi cette agitation autour de Vettel ? La réponse est simple : son contrat dispose d’options qui lui permettent d’être libre à la fin de cette saison. Pour rappel, s’il ne termine pas dans le Top 3 pilotes et qu’il n’a pas signé minimum deux victoires chaque année, il est libre. Plus intéressant à partir de 2013 et jusqu’en 2017 une clause permet à Vettel de décider de son avenir si le résultat de RBR est médiocre. La menace Williams pour la 2ème place du championnat du monde des constructeurs est largement prise au sérieux à Milton-Keynes et le doute est important sur la compétitivité du moteur Renault pour 2015. De sérieux arguments.

La question que tout le monde se pose dans le paddock est de savoir si Red Bull acceptera de donner son bon de sortie à Vettel. Sachant que pour 2015 il faudra renégocier le contrat (car plus rien n’est automatique comme prévue dans l’accord entre les deux parties) et McLaren a déjà donner la valeur du pilote.

Publié dans Rumeurs, Transferts | Tagué , , , , | 1 commentaire

Début du jeu médiatique autour du contrat Hamilton-Mercedes

Nico Rosberg, Lewis Hamilton GP Allemagne 2014Maintenant que Nico Rosberg a sécurisé son avenir, Mercedes se tourne vers le second volant. Si Lewis Hamilton est naturellement favori à sa succession, deux autres pilotes sont en approche : Fernando Alonso et Sébastian Vettel.

Hier, le magazine Autosprint a indiqué que Fernando Alonso, via son agent Luis Garcia Abad,  a été sondé les responsables de Mercedes AMG F1 sur l’intérêt qu’ils pouvaient avoir pour le pilote espagnol. Nous ne savons pas quand cela est arrivé, mais cela est une preuve des rumeurs de Juin introduisant le double champion du monde dans les murs de Brackley. Le magazine italien source à Stuttgart, le siège de la marque allemande.

Aujourd’hui Sport Bild fait échos des propos de Jacques Villeneuve sur l’intérêt de Mercedes AMG F1  pour Sébastian Vettel. L’objectif étant de présenter une équipe 100% allemande.

Comme nous vous l’annoncions ce matin, Lewis Hamilton a mandaté son père Anthony pour les négociations de son nouveau contrat qui s’annonce féroce. L’agent anglais a déjà annoncé la couleur en épousant le souhait de la marque allemande de prolonger le pilote en 2016 et 2017 avec une option pour 2018, mais la contre partie d’une très importante augmentation salariale.

L’agitation débute ainsi autour du second baquet Mercedes ne font qu’amorcer sa montée en puissance. Mercedes ayant renouveler en premier le contrat de Rosberg, Hamilton avait proposé un comportement distant et parlait de Ferrari la semaine dernière. Aujourd’hui il faut noter que  les récentes divulgations d’Autosprint, Sport Bild et nos détails démontrent que l’ambiance n’est pas calme autour d’Hamilton.

Contre les exigences du clan Hamilton, il est opposé Alonso et Vettel comme contre-mesures. Notons au passage que le renouvellement de Rosberg a été nettement moins violent et plus discret. Traduisant une réelle envie de continuer l’aventure…

Publié dans Communication, Rumeurs, Transferts | Tagué , , , , , | 1 commentaire

Hamilton inverse les rôles chez Mercedes

Lewis Hamilton GP Allemagne 2014Dans les jours succédant l’annonce de la prolongation de Nico Rosberg, Toto Wolff et Niki Lauda ont débuté les discussions avec Lewis Hamilton pour une prolongation de contrat dans la même aspiration que ce qui avait été conclu avec le pilote allemand. Si Lauda a directement été démarché le pilote, suivant ses méthodes. Wolff cherchait un interlocuteur, il l’a désormais trouvé en la personne d’Anthony Hamilton.

Lorsque Simon Fuller a signé son contrat de management avec Lewis Hamilton en 2012, l’ambition de l’impresario était de reproduire à l’échelle de la Formule 1 le succès de David Beckham. Homme de marketing, il avait soufflé l’idée d’emmener Roscoe, le chien d’Hamilton dans le paddock et de transformer le pilote en personnage fun. Pour entretenir sa notoriété le pilote doit réaliser presque toute les semaines des voyages aux Etats-Unis, suivant le plan média. Des voyages fatiguant et sans résultats tangibles pour le moment. Hormis donner l’impression d’un pilote de talent s’éparpillant, l’image de champion du monde 2008 s’entrechoque avec celle de Nico Rosberg, concentré sur l’objectif du titre.

Courant Juin, voyant qu’il avait besoin de plus de rigueur si il voulait viser sérieusement le titre pilote, Hamilton a demandé à son père de revenir dans son entourage. C’est pourquoi Toto Wolff a débuté les discussions sur l’avenir du pilote, non pas avec Simon Fuller, mais avec Anthony Hamilton depuis une semaine. Un changement notoire pour l’avenir.

Dans l’aspiration du contrat actuel, Mercedes propose une extension pour 2016 et 2017 avec une nouvelle option pour 2018.  Nous entendons qu’Anthony Hamilton a déjà donné le ton en indiquant que le salaire de son fils devra être augmenté de 5 millions d’euros chaque année et que l’option 2018 sera validée à la condition qu’il devienne champion du monde sur la période 2015-2017!

Le contrat actuel garantissait 20 millions d’euros en 2013 et 2014 et une augmentation à 25 millions d’euros pour 2015. La prime de titre était fixée à 5 millions d’euros. Pour 2016 le salaire sera de 30 millions d’euros, 35 millions d’euros en 2017 et donc 40 millions d’euros en 2018 en option ! Soit le double de ce que touchera Nico Rosberg. Une manière d’affirmer le statut de premier pilote informellement à son équipier et dans l’équipe.

Publié dans Management, Transferts | Tagué , , , , , | 3 commentaires

Note du Mardi : l’ère des pilotes fournisseurs de services

Niki Lauda est une voix intéressante à plus d’un titre. Il a connu la Formule 1 des années 70, été employé de Bernie Ecclestone (et connait ses méthodes), il a connu la Formule 1 dessinée par Ecclestone et sa trajectoire rencontre régulièrement la discipline depuis 30 ans. Sa lecture sur le manque d’attractivité de la F1 provient selon lui d’un objet principal : les pilotes.

Définissant sa pensée l’autrichien explique que l’attractivité de la discipline a toujours été du fait des pilotes, et pas la voiture. Pire, il estime que sans leur combinaison ils ne sont pas reconnaissables par des non-initiés du paddock. L’attribution à ce manque de charisme a un nom pour Lauda : les pilotes sont devenus des fournisseurs de service pur.

La faute au système actuelle de la Formule 1 qui supervise, réglemente, contrôle les moindres détails. Mais c’est également la faute au système de gestion des pilotes depuis 15 ans. Car tout à changer à partir du moment où Flavio Briatore est intervenu dans le jeu des agents. Opposant l’historique rapport « performance/prix » au « qualité/prix », transformant progressivement les pilotes en fournisseur de service pour les équipes et non plus comme une élite de génie du volant.

Les champions du monde actuellement en exercice ont tous répondu à cette logique. Fernando Alonso a été un pilote Briatore/Renault, devant répondre à la problématique du constructeur français qui n’avait pas les moyens d’avoir une star derrière le volant. Il a été ainsi fabriqué. Comme Kimi Raikkonen et Jenson Button ayant un lien avec la famille Robertson. Ils ont servi d’alternative au moment venu durant l’ensemble de leur carrière (Jenson en remplacement de Zanardi, puis comme alternative à Villeneuve chez BAR, puis comme alternative à Hamilton chez McLaren et Raikkonen était une alternative à Button pour Sauber, puis une alternative à Hakkinen pour McLaren et enfin une alternative à Schumacher chez Ferrari). Sébastian Vettel est un produit Red Bull, comme Lewis Hamilton est un produit McLaren depuis l’enfance. En bref, l’ensemble de ces pilotes ont répondu à une problématique de fourniture de service pilotage au profit unique des constructeurs qui ont financé leurs ascensions.

Et Nico Rosberg, l’actuel leader du championnat du monde est lui aussi un produit de cette logique. Il est arrivée à 21 ans chez Williams sur les mêmes bases que Jenson Button 6 ans avant lui. Enfin, Felipe Massa a été un produit Ferrari par pure imitation de Renault à l’époque.

Selon la logique de Niki Lauda, les derniers vrais champions du monde sont Mika Hakkinen, Michael Schumacher et Jacques Villeneuve. Mais c’était déjà l’âge du déclin.  En 1993, Flavio Briatore voulait limiter les salaires des meilleurs pilotes à 5 millions de dollars, car Benetton n’avait pas les moyens de Williams, McLaren et Ferrari de proposer le double ou le triple aux stars de l’époque. C’était le début de la fin…

Publié dans Communication, F1 Leaders, Note du Mardi | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Hamilton débute sa stratégie d’avenir

Lewis Hamilton Mercedes W05Après la course d’Hockenheim, Jenson Button entre en discussion avec Lewis Hamilton. Les deux hommes s’expliquent sur l’incident durant le Grand Prix. Le bref entretien entre les deux hommes terminé, Hamilton glisse à des journalistes anglais assistant à cette discrète réunion : « Honnêtement je pensais qu’il allait m’ouvrir la porte pour me laisser passer. Il a été un peu comme ça dans le passé, j’ai mal jugé la situation ». Invité à réagir aux propos d’Hamilton, Button c’est exclamé : « Mais pourquoi devrions-nous le laisser passer ? Je suis là pour faire ma course. Il serait ennuyeux de le laisser passer quand il part de loin. » Pour conclure le pilote McLaren lance un énigmatique : « Lewis est étrange… »

En coulisse Toto Wolff et surtout Niki Lauda, dans l’aspiration du renouvellement de Nico Rosberg, ont estimé qu’il fallait s’occuper de Lewis Hamilton. Le champion du monde 2008 a été harcelé durant tout le week-end pour donner une conclusion au renouvellement de son équipier chez Mercedes et clarifier sa situation contractuelle. Le duo autrichien a débuté ses approches, mais à qui parler ? Il semble que Simon Fuller, l’agent de David Beckham, qui s’occupait jusqu’alors des intérêts d’Hamilton ne soit désormais relégué que sur des questions marketing et communication. Le retour fin juin d’Anthony Hamilton, le père du pilote, est un signe que le champion du monde 2008 ne prend pas à la légère son avenir dans l’équipe. Une situation compliquée ne facilite pas le dialogue entre les parties. Lauda, comme à son habitude, a directement discuté avec Hamilton de cette situation. Pour faciliter le dialogue.

Pour l’avenir si la promesse d’un retour chez McLaren se dessine, Hamilton a lancé dans Welt am Sonntag qu’il a pensé également à Ferrari, tout en confirmant qu’il est très bien chez Mercedes. Une communication qui signifie que le pilote est entré dans une position de négociation avec le constructeur allemand qui sera tendue et à son avantage…

Publié dans Communication, Management, Transferts | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Lotus prépare l’avenir avec Maldonado

Le renouvellement de Pastor Maldonado chez Lotus F1 Team, en plus d’avoir été brut en termes de communication, n’a étonné personne. Un détail intéressant est que le pilote vénézuélien a signé un nouveau contrat et non une prolongation.

Le contrat actuel de Maldonado était sur une base de deux saisons. En réalité une saison ferme (2014) et une saison en option en faveur de Lotus pour 2015. Malgré la mauvaise saison du pilote le renouvellement est établi sur le principe d’un contrat de trois saisons (2015/2016/2017) et une base salariale de 3 millions d’euros. Lotus n’étant pas dans le contexte de jouer le jeu de la négociation cette saison.

Dans le paddock d’Hockenheim Gérard Lopez restait vague sur son line-up Lotus 2015. Car si le renouvellement de Maldonado a été sommairement accueilli il a surtout renvoyé à la condition de Romain Grosjean. Eclipsant ainsi l’effet d’annonce. L’homme d’affaire luxembourgeois c’est ainsi vu obliger de préciser que le franco-genevois dispose de clause de performance qui empêche aujourd’hui un renouvellement automatique avec Lotus. Grosjean est donc libre de voir ailleurs. Une communication bizarre.

Cette prolongation de Maldonado est à mettre en parallèle avec le contrat actuel du pétrolier PDVSA/Lotus qui expire fin 2015.  Les récents voyages au Venezuela de Gérard Lopez pourraient avoir un lien afin de séduire et prolonger l’aventure de cinq saisons supplémentaires. Le pétrolier apporte environ 40 millions d’euros dans le budget Lotus F1 Team et cet apport est indispensable pour l’avenir de l’équipe à moyen terme.

Avec la prolongation de Maldonado chez Lotus, l’équipe d’Enstone assure son avenir. Un avenir qui s’annonce meilleur que cette piètre saison 2014. Mais un avenir qui interroge Romain Grosjean. Représente t’il le futur de l’équipe ?

Publié dans F1 Leaders, Management, Transferts | Tagué , , , , | 1 commentaire

GP Allemagne 2014 – Paddock Confidences

Red Bull RB10 GP Allemagne 2014

 

Alcool au volant…
Plusieurs associations non gouvernementales fustigent ouvertement la FIA et Jean Todt afin d’obtenir l’interdiction de la publicité des marques alcools en Formule 1. L’argumentation est simple : la FIA produit une campagne de sécurité routière qui est contraire à la publicité ouverte de sa discipline reine dont elle a la tutelle. Le président de la FIA envisage une riposte.

Alonso vise 2018 avec Ferrari
Un initié italien promène son regard dans le paddock d’Hockenheim et glisse à ses confrères : « Alonso vise un contrat jusqu’en 2018 avec Ferrari et souhaite signer avant les vacances. »

Sauber avec Ferrari en 2015
L’équipe suisse a confirmée qu’elle disposera « certainement » de l’unité moteur Ferrari pour 2015. En réalité ce que demande Peter Sauber à Luca di Montezemolo est d’avoir le même traitement que Williams avec Mercedes-Benz. A savoir le même moteur que l’équipe italienne. Augurant que si cela avait été le cas cette saison la Scuderia Ferrari aurait gommée plus rapidement ses erreurs.

Pneus 18, 19 ou 20 pouces
Pirelli, finalement conquit par les essais des pneus 18 pouces avec la Lotus E22 à Silverstone la semaine dernière annonce étudier aussi la possibilité d’augmenter le diamètre à 19 ou 20 pouces et introduire finalement ces gommes pour 2016 au plus-tard. Beaucoup d’observateurs estiment que ceci est de l’intox pour ne pas se retrouver en concurrence avec Michelin à l’horizon 2017.

Sauber cherche solution pour l’avenir
Après avoir reconnu son erreur d’avoir privilégié la saison 2013 au détriment de la préparation de la saison 2014 (sous estimé), l’équipe Sauber est entrée dans le dilemme économique suivant : vendre des parts de l’équipe ou renouveler en cours de saison les deux pilotes et préparer 2015 ?

 Grosjean et l’avenir
Le pilote français a eu plusieurs réunions techniques avec les ingénieurs Lotus sur la voiture 2015 à Enstone. Reste que Grosjean annonce en OFF qu’il est sur le marché et souhaite plus de garanties de Lotus. Une certitude : il n’ira pas chez McLaren Honda la saison prochaine.

Lotus et 2015
Gerard Lopez compare la saison 2014 à celle de 2011. Un concept novateur qui n’a rien donné sur la piste. Toutefois la voiture de 2011 a été une base utile à la E20 de 2012 et la E21 de 2013 qui ont gagné des courses. A Enstone l’espoir est permis de penser que la E23 de 2015 sera l’héritière de la E20…

Les nouvelles ambitions de Williams
L’équipe de Grove vise ouvertement la 2ème place du championnat du monde des constructeurs (actuellement occupée par Red Bull Racing). En interne l’équipe est très heureuse d’avoir une année d’avance sur le planning de performance présentée aux sponsors (surtout Martini). Au point d’envisager l’avenir avec gourmandise. Une victoire est l’objectif pour la fin de saison dans les coulisses de l’usine.

Publié dans Paddock Confidences | Tagué , , , , , , , , | 3 commentaires

La mise en veille de la FOTA

FOTA28 Février 2014, Olivier Weingarten, secrétaire général de la Formula One Team Association annonce que l’organisation, crée le 29 Juillet 2009 sous l’impulsion de Luca di Montezemolo, est dissoute suite à un manque de fond et un manque de consensus entre toutes les équipes. La dissolution est inscrite dans le temps.

Le ticket d’entrée a bien été révisé à la baisse, passant de 100.000 euros par ans et par membre à 70.000 euros. En vain. Aucun regain d’intérêt et la FOTA a annoncée la fin de son activité. Toutefois le journal économique suisse Le Temps indique la semaine dernière que l’organisation est encore enregistrée au registre du commerce, mais que plus personne n’y travaille. La dizaine d’employés a été licenciée et son secrétaire général reparti à Londres.

Walter Stapfer, l’associé genevois de la fiduciaire Finova, qui était chargée d’administrer et de contrôler les comptes de l’association indique « l’association devrait être officiellement dissoute mais pour cela il faudrait qu’une assemblée générale se prononce. » Difficile puisqu’aucun membre ne le souhaite pour l’heure.

Ainsi la FOTA est à ce jour une entité en veille, pouvant être réactivée le moment venu.

Publié dans Politique | Tagué , | Laisser un commentaire

L’autre guerre autour de la Formule 1

Tank jumpL’avenir de la Formule 1 se dessine en ce moment même. Non pas autour de l’avenir de Bernie Ecclestone, mais dans la concentration de deux groupes médias.

Rupert Murdoch, magnat australien ayant eu des visés de rachat de la Formule 1 en 2011, a fait une offre de rachat de 80 milliards de dollars à Time Warner le mois dernier, qui l’a rejetée. Pour l’heure. L’offre comprends certes que 40% de cash et 60% en échange d’action. Si cette éventualité se présente cela fera du groupe Murdoch le plus important groupe média du monde et le plus puissant.

En parallèle, Sky (qui appartient au groupe Murdoch), va céder les 7,2% qu’elle détient dans le groupe privé télévisuel anglais ITV à Liberty Medias. Confirmant ainsi la volonté d’expansion du groupe anglo-saxon de l’autre côté de la manche et son patron John Malone se pose en rival désigné de Rupert Murdoch.

La première victoire de la SKY (faisant partie du plan initiale) était d’obtenir les droits de diffusion de la Formule 1 en Angleterre. Mais avec 5 millions d’abonnés, Virgin Media (propriété de Liberty) sera en mesure de faire une surenchère que redoutent les dirigeants de SKY. La deuxième phase de la fusée est le rachat d’une part de l’entreprise F1. Les projets de Liberty pourraient faire revenir l’intérêt de News Corp pour la discipline reine du sport automobile. Pour le plus grand bénéfice de sa valeur ou alors pour le plus grand bénéfice de Bernie Ecclestone en personne…

Publié dans Communication, Economie, Entrepreneurs, Medias | Tagué , , , , | Laisser un commentaire