Note du Mardi – Sharknado et Rhianna doivent inspirer la Formule 1

Soyons clair, Skarknado 1 et 2 n’a aucun intérêt cinématographique. Nous pouvons imaginer aisément toute une équipe de créateurs juste avant la pose déjeuner disserter à haute voix d’un thème de film,  pour une commande d’une chaîne de télévision. Les idées fusent. Les zombies sont dans la place, et à ce moment là un rêve. Un des scénaristes se lève et explique son idée : une tempête au dessus d’un océan qui emporte des requins mangeur d’hommes (naturellement) et qui attaquent une ville américaine (Los Angeles et New York). Bingo. Rajouter un héro, sa femme et une panoplie de seconds rôles dont le seul but est de se faire manger le plus débilement possible et vous avez une (parodie) franchise prête à être filmée jusqu’à l’infinie et l’au-delà. Le rapport avec la Formule 1 ? Skarknado a révolutionné l’approche de la chaine payante américaine Syfy en matière de diffusion et promotion.

Suite à l’exceptionnel succès du premier numéro, la chaîne a rapidement annoncée une suite du film. La raison : 5000 tweets par minute et 387.000 interactions sociale (dont 97% via Twitter) sur la durée du programme. En 2013, Sharknado a été le programme le plus commenté sur les réseaux sociaux. Côté audience, 1,37 millions de téléspectateurs aux Etats-Unis. Un score moyen.  Mais toute une série de célébrité ont commenté le film en direct, ce qui a contribué à son succès et les rediffusions du programme ont eu une audience supérieure à la diffusion d’origine (2,1 millions pour la troisième redif).

Arrive ensuite le second volet il y a quelques semaines. L’audience progresse passant de 1,37 million à 3,9 millions pour la première diffusion.  Un record pour la chaine Syfy. Plus intéressant est un total de 1 milliard d’interactions sur Twitter (tweet, RT, favoris, réponses) à travers le monde, car le film a été diffusé en simultané dans de nombreux pays.  Un troisième volet est déjà en préparation.

Pour ce deuxième opus, la chaîne (détenue par NBC) a préparée son plan marketing avec minutie. Elle a monopolisée plusieurs dizaines de Hashtags sur Twitter, au point que 6 des tendances Twitter sur 10 lors du mercredi de la diffusion étaient liés au programme avec le hashtag officiel du film en première place.

Ce « nanar animalier » peut être l’avenir immédiat de la Formule 1, parce que ce sont les gens qui commentent le film et non les acteurs et la production qui fait du contenu. Les fans se sont imprégnés du produit pour se l’approprier. Mais le plus intéressant pour la chaîne payante est que les téléspectateurs ont regardé le film en direct, avec toute les publicités. Ce qui est positif pour la chaîne et à défaut augmente le temps d’attention. A l’heure ou la Formule 1 est diffusée essentiellement sur les réseaux payants cet aspect marketing est intéressant à comprendre.

Le spectacle n’a rien à voir avec cela. Sharknado est un film sans aucun intérêts, pourtant il a obtenu un succès d’audience grâce au bruit médiatique qu’il a généré. Involontairement ou pas.

Lors de la Coupe du Monde 2014 du Brésil la meilleure commentatrice de la compétition était la chanteuse Rhianna. Voilà quelque chose à exploiter lorsque l’on invite des personnalités dans le paddock. Les peoples apportent un autre regard et ouvrirons plus l’audience de la Formule 1.

Sharknado et Rhianna montrent une nouvelle voie pour la Formule 1 à l’heure ou elle se ferme derrière la télévision payante. Comment obtenir de l’audience pour mettre en valeur des sponsors alors que l’audience TV ne dépasse pas les 750.000 téléspectateurs à chaque course ? Les réseaux sociaux sont la clé. Twitter en tête. Mais les médias et les équipes doivent laisser faire les fans. Une bonne fois pour toute.

Publié dans Marketing, Medias, Note du Mardi | Tagué , , , | Laisser un commentaire

F1 – Le point sur les contrats pilotes

GP Drivers 2014 F1

Le moment est venu de faire le point sur la durée des contrats des pilotes actuellement dans le paddock. Nous ne prenons pas en compte les contrats des pilotes d’essais ou des aspirants, mais uniquement ceux ayant un volant officiel.

Mercedes AMG F1
Nico Rosberg : Son contrat actuel arrivant à expiration fin 2014, et disposait d’une option pour 2015. Il a été prolongé par un nouvel accord d’une durée de trois ans: 2015/2016 et 2017 en option.
Lewis Hamilton : Son contrat expire fin 2015. Il avait une durée de trois saisons et la troisième est une option. Discute actuellement pour une prolongation jusqu’en 2017/2018.

Red Bull Racing
Sébastian Vettel : Actuellement sous contrat officiel jusqu’en 2015. Disposant d’une série d’options lui permettant de sortir en cas de mauvais résultat de RBR et d’un accord préférentiel avec la marque autrichienne valable jusqu’en 2017.
Daniel Ricciardo : Disposant d’un contrat 2014 et 2015. Le pilote australien dispose de différentes options avec la marque autrichienne le liant sur le papier jusqu’en 2017 avec l’équipe RBR.

Williams
Valterri Bottas : Dispose d’un contrat de trois ans avec l’équipe Williams (2013/2014/2015).
Felipe Massa : A signé un contrat de deux ans (2014 et 2015) avec le concours de Petrobras, et dispose d’une option 2016 activée par l’équipe Williams en accord avec le pétrolier brésilien.

Ferrari
Fernando Alonso : Son contrat ferme expire en 2014 et se prolonge en fonction d’options de résultats pour 2015 et 2016.
Kimi Raikkonen : Disposant d’un contrat d’une base de deux saisons (2014/2015), la saison 2015 est activée sous forme d’options sur les résultats de Ferrari.

Force India
Sergio Perez : Le mexicain a signé un contrat de deux saisons (2014/2015) et dispose d’une option pour 2016 en commun accord avec Force India.
Nico Hulkenberg : L’allemand dispose d’un contrat de trois ans (2014/2015/2016), mais dispose d’une clause lui permettant de rejoindre un top team (Ferrari, McLaren, Mercedes) chaque saison.

McLaren
Jenson Button : Le champion du monde 2009 a un contrat expirant en 2014. Son option 2015 doit être validée par McLaren.
Kevin Magnussen : Disposant d’un contrat annuel sur une base de trois ans (2014/2015/2016), mais McLaren a une clause préférentiel de sortie à chaque saison.

Scuderia Toro Rosso
Jean Eric Vergne : Le français dispose d’un contrat annuel qui est renouvelé par Red Bull suivant un lot d’options de performances, travail d’équipe etc…
Danill Kvyat : Dispose d’un contrat avec STR de deux ans ferme (2014/2015).

Lotus F1 Team
Pastor Maldonado : Pilote disposant d’un contrat de deux ans (2014 et 2015 en option). Option 2015 qui a été validée par l’équipe.
Romain Grosjean : Le français dispose d’un contrat annuel renouvelé. Total a son mot à dire sur l’avenir du pilote.

Marussia F1 Team
Max Chilton : Le discret pilote anglais dispose d’un contrat de trois ans (2013/2014/2015), sous forme d’options annuels.
Jules Bianchi : Pilote Ferrari jusqu’en 2014, il est prêté par la Scuderia.

Sauber F1 Team
Adrian Sutil : L’allemand dispose d’un contrat de deux saisons (2014/2015) avec Sauber. La seconde année est une option en fonction des performances de chacun, principalement.
Esteban Gutiérrez : Le mexicain dispose d’un contrat de deux saisons (2013/2014).

Caterham F1 Team
Kamui Kobayashi : Un contrat d’une année pour le japonais, mais avec des clauses de performances en faveur de l’équipe dès la mi-saison.
Marcus Ericsson : La même chose que pour Kobayashi. Un contrat d’une année avec clauses de performances en faveur de l’équipe dès la mi-saison.

Publié dans Transferts | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Genii Capital et la Formule 1

Lotus E22 Genii Capital

Pour la première fois, le groupe Genii Capital, qui emploie 550 personnes, a publié son résultat consolidé, mais les chiffres portent seulement sur les exercices 2011 et 2012, avec toutefois certaines incursions vers des évènements intervenus après la clôture, notamment une augmentation de capital de 20 millions de livres sterling en 2014 de Lotus F1 Team Ltd, le vaisseau amiral dans le portefeuille du groupe.

Les chiffres sont disponibles depuis la semaine dernière au Registre de commerce et des sociétés (RCS). Le bilan de l’exercice 2013 n’est pas encore disponible au public.

Les bilans 2011 et 2012 montrent en tout cas que l’entretien d’une écurie de Formule 1 coûte très cher. L’emblématique dirigeant de Genii Capital, Gerard Lopez, n’en avait d’ailleurs jamais fait mystère. Personne toutefois n’en mesurait jusqu’à présent l’ampleur ni jusqu’à quel point le groupe était dans le rouge. La recherche d’investisseurs pour partager les frais liés à l’exploitation d’une écurie de course devient donc une question cruciale.

Je vous invite à lire la suite du long article de paperjam.lu en cliquant ici

Publié dans Economie | Tagué , , , , | Commentaires fermés

Quand Ecclestone s’inquiète du spéctacle

Bernie EcclestoneEn introduction de sa réunion en marge du GP de Hongrie avec certains directeurs d’équipes, Bernie Ecclestone a annoncé que l’audience de la course sera inférieure de 30% à celle de l’an dernier. Le temps est venu de relancer la machine et redonner de l’intérêt à la Formule 1.

Depuis un certain temps, Bernie Ecclestone pense qu’il faut changer des choses en Formule 1. Les courses sont intéressantes, mais l’intérêt baisse et l’avenir de la discipline est en danger.  Sa vision se matérialise aujourd’hui dans un groupe de travail composé de Mercedes, Ferrari, Red Bull Racing et Force India et présidé par Bernie Ecclestone et Flavio Briatore, dans un rôle encore flou, avec pour objectif de produire une analyse et des solutions. Rapidement. Toto Wolff dans Bild dévoile le fond de cette commission : « Bernie a voulu que nous dévoilons toutes nos pensés pour améliorer le spectacle en Formule 1 ». Ce groupe de travail devrait se réunir régulièrement et débutera dès ce jeudi ses réunions pour fournir rapidement des suggestions concrètes. Et les idées seront nombreuses et folles.

Nous savons que c’est lors de la précédente réunion que Christian Horner a proposé un retour du V8, en parité avec le moteur turbo comme dans les années 80. L’idée est d’augmenter la diversité technique, puis de réduire les coûts moteurs (8 millions contre 20 millions d’euros). Red Bull a rappelé l’accord de la FOTA sur la prolongation du moteur V8 pour 2014 et 2015 (voir ici pour souvenir).

L’autre idée est d’installer du lest sur les voitures. Le vainqueur d’une course A aura 20kg de lests supplémentaires pour la course B. Le second de la course aura 18kg, le troisième 16kg etc… Ridicule ? L’argument pour cette mesure est le suivant : Pour dépasser les pilotes ont le DRS qui est une aide artificielle pour augmenter le spectacle. Le poids changera la physionomie des courses. Naturellement la question fait débat.

Côté Ferrari, trois idées seront proposées comme le rapporte la BBC : Des règlements techniques moins strictes. Une plus grande liberté dans la recherche et relancer les essais privés (avec un modèle économique) pour permettre aux équipes de progresser plus rapidement durant la saison.

Bernie Ecclestone encourage aussi plusieurs pistes : moins de sanctions en course par les délégués FIA, pas de départ arrêté après une voiture de sécurité et une révision du principe d’économie de carburant.

Une réflexion est aussi venue du fait que le manque d’intérêt des courses dépend de l’endroit ou la course se déroule. Le GP d’Angleterre était un succès, au contraire de celui de Chine. Celui d’Allemagne a été un bide pour des circonstances encore troubles aujourd’hui, tandis qu’il n’y a personne à Bahreïn. Il y aura-t-il du monde à Sotchi  par rapport au GP du Brésil ou du Japon ?

Le journaliste suisse, Roger Benoit de Blick indique que Bernie Ecclestone a aussi l’intention d’attribuer 1pt au championnat du monde des pilotes à celui qui a été le plus rapide des deux sessions libres des GP.

En bref, toutes les pistes seront exploitées par cette commission. Attendons nous à découvrir des idées « révolutionnaires ». Affaire à suivre.

Publié dans F1 Leaders, Politique | Tagué , , , , , , | 2 commentaires

Note du Mardi – L’avenir du journalisme F1

« Il est déprimant de rester ici et avoir constamment à répondre à ces mêmes questions, » lâche vendredi Christian Horner en conférence de presse après une question orientée d’un journaliste allemand sur les dictatures et l’argent, sans que véritablement il y ait eu d’échos importants dépassant quelques heures. Une réalité s’impose : Le conflit entre les teams et les journalistes c’est accentué.

Dans l’aspiration d’Horner, Eric Boullier a demandé que l’on retire l’accréditation du journaliste de Sport Bild. Ce qui a provoqué de vives réactions. En vérité les Team Managers estiment que les journalistes ne font pas correctement leur travail et qu’ils sont à la base de la spirale négative de l’intérêt de la Formule 1.

Pour information, l’enquête Presse Sportive Internationale de 2011 nous explique que 78%  de l’information sportive porte essentiellement sur les compétitions, les athlètes et leurs entraîneurs, 2,7% traitent des effets de la politique sur le sport et 3,1% de sa dimension économique.  Paradoxale dans le sport business du 21ème siècle.

La Formule 1 est dominée par l’événement en direct et le commentaire. La partie technique n’est qu’une niche de contenu par exemple. L’investigation n’a pas lieu d’être dans le sport business, qui ne tolère pas que l’on critique et que l’on cherche la petite bête. L’angoisse d’être black listé et privé d’accès au monde du paddock suffit à instaurer l’autocensure et une pesante langue de bois. En général les médias ne diffusent que 30% de l’information qui circule. Le reste dépend de la croyance du journaliste ou alors de monnaie d’échange.  Notons que Horner a soumis l’idée  de proposer plus de possibilités d’interview des pilotes (qui doit être au centre de la communication F1 à l’avenir) pour masquer les points négatifs et les mauvaises pensées. Moralité : il faut occuper les journalistes par de la communication dirigée par les teams.

Le principal problème de la Formule 1 est que l’histoire dérive toujours de la course. Une jolie fable qui omet plusieurs paramètres rationnels et irrationnels. Souvenez vous l’affaire d’espionnage de 2007 (je me souviens qu’en j’en ai parlé la première fois les remarques de certain qui insultait le blog à l’époque.)  Un brillant travail de journalisme au départ, et ne parlons pas du SingapourGates directement sorti de l’imagination des journalistes si je me souviens bien dans les commentaires que j’avais à l’époque… Les rumeurs ne naissent presque jamais de l’imaginaire mais d’un OFF, d’une remarque ou d’une communication d’une autre équipe ou de l’agent. Elle fait partie du jeu de la Formule 1 et ne dois pas être dénigrée car elle permet d’obtenir des pistes et des vérités. Rarement des faits réels servent de support pour obtenir la vérité. Par exemple, le fait de dévoiler les pertes économiques de l’équipe Lotus F1 Team a permis de comprendre le mode de financement du team d’Enstone par Genii Capital.

La Formule 1 souhaite évoluer comme le Football et devenir un gigantesque produit de communication axé sur le direct. Toutefois, le problème vient des deux parties. D’un côté les équipes veulent tout contrôler et de l’autre les journalistes sont devenus trop connivant et perdent en crédibilité avec le temps.  Il ne faut pas blâmer les hommes et les femmes qui mettent en contradiction les déclarations et prêchent le faux pour obtenir le vrai. Dans le monde d’aujourd’hui c’est désormais la nouvelle norme au milieu de l’hyper information.

Faut t’il changer l’approche du journalisme F1 ? Oui naturellement. C’est une réflexion à avoir à l’avenir. Un sujet passionnant.

Publié dans Medias, Note du Mardi | Tagué , , , , | 2 commentaires

Note du Mardi – Les deux façons dont la télévision a changée

Bernie Ecclestone a indiqué aux patrons des équipes lors de sa réunion surprise du GP de Hongrie que l’audience de la course allait baisser de 20 à 30% par rapport à l’année 2013. Avant que le monde de la Formule 1 étudie le principe de rendre plus attractif le spectacle des Grand Prix, il faut auparavant comprendre que le comportement devant la télévision à bien changer. Deux détails qui doivent être entendu pour l’avenir :

Twitter et les comptes équipes

Samedi je n’ai pas pu regarder les qualifications du GP de Hongrie. Je me suis ainsi connecté sur Twitter et l’application Live Timing de Formula1.com sur mon smartphone. Sans avoir l’image à la télévision j’ai vu l’abandon de Lewis Hamilton en instantané et j’étais dans l’ambiance. Les photos informatives ont remplacé l’image animée. Comme auparavant.

Un constat toutefois, le fil Twitter des équipes est inutile. Trop de live tue le live et à force de donner l’impression d’être immergé dans une équipe cela provoque un sentiment artificiel. Les teams font le commentaire de leur course sous le regard du téléspectateur. Cela n’a aucun intérêt. Il faut laisser les fans parler ou jouer avec l’équipe. Je pense qu’il serait plus intéressant pour les équipes de lancer un hashtag que d’alimenter un fil d’information. Ne pas aller si loin que Lotus en 2012/2013 certes, mais regardons ce que les émissions de divertissement font. Le spectateur devant son écran de télé et son Smartphone (ou tablette) réagit et n’est plus passif (ce qu’impose les fils twitter des équipes aujourd’hui). Les émissions TV qui fonctionnent aujourd’hui ne commentent pas ce que tout le monde peu voir, mais ajoute du contenu qui donne de la profondeur et augmente le principe d’appartenance.

Devenir Netflix

De loueur à producteur, voilà l’histoire du service VOD Netflix. De la même manière la FOM est un loueur de droits et la production est assurée par les chaînes TV. Sauf que l’une à l’autre il y a des différences qui nuisent à l’image de la Formule 1. Il faut que la société détentrice des droits TV devienne définitivement productrice de son contenu et le diffuser sur le site Formula1.com. Les séries Netflix se retrouvent à la télévision sans problème. Juste la consommation change. Sur le même modèle que le site VOD américain, la F1 doit être consommée comme une série. Pourquoi ne peut t’on pas revoir dans 2 mois la course de Hongrie ? ou alors se faire un trip cet hiver en regardant en un week-end l’intégralité des courses F1 de la saison 2014. Aujourd’hui la Formule 1 est diffusée comme une série distillant un épisode tout les 15 jours (Canal + permet un replay des qualifs et la course), alors que le Football produit un spectacle toute les 72h d’Août à Mai chaque année (hors Coupe du Monde).

Il y a 10 ans, la question du GP le Dimanche en début d’après-midi a été posée et cela a permis d’avoir des courses de nuit, mais toujours à la même heure en Europe. Le football joue à 13h, 18h, 21h voir 23h. Il ne s’adapte pas à l’audience européenne, mais à l’audience asiatique ou américaine.

Simplement et même si ce qu’il se passe en piste est important, il ne faut oublier que la télévision est consommée de manière totalement différente aujourd’hui, et il faut s’y adapter ou la discipline perdra encore des spectateurs et deviendra un sport mondial de niche, aussi regardé que le Biathlon.

Publié dans Medias, Note du Mardi | Tagué , , , , | Commentaires fermés

Un accord Vettel-Alonso-Hamilton pour 2015 ?

Les rumeurs autour de Lewis Hamilton, Fernando Alonso et Sébastian Vettel ont été largement commentées la semaine dernière. Pour cause, selon nos informations, il existerait un accord de principe entre les trois pilotes pour le marché des transferts 2015. Je vous indique que c’est un sujet qui provoque de vives réactions  dans le paddock (beaucoup ne sont pas d’accord avec cela).

Vettel Alonso

La proposition de Ferrari de prolonger jusqu’en 2019, Fernando Alonso est toujours sur la table et n’a pas obtenue de réponse. Le pilote espagnol reste prudent pour son avenir. Ferrari ayant terminé 3ème du championnat du monde en cette fin juillet (condition contractuelle de prolongation commune) Alonso restera dans l’équipe l’an prochain. Activant ainsi son option 2015, mais reste ouvert pour 2016, prolongeant d’une saison le suspens de son futur. Car l’option 2016 est bâtie sur les mêmes bases que celle de 2015, à savoir : Terminer 3ème du championnat du monde des constructeurs au (31 Juillet).

Vettel est très soucieux des performances du moteur Renault pour 2015. La saison prochaine le constructeur français pourra modifier son unité moteur dans une certaine proportion (50 à 75%), mais le retard est là. Plus inquiétant, RBR n’aura plus le soutien à terme d’Adrian Newey. Deux événements qui pourraient bien provoquer une envie d’ailleurs, surtout si Daniel Riccardo s’impose dans l’équipe et commence à éclipser le quadruple champion du monde, redevenu normal.

Pour Hamilton la situation est devenue complexe. Niki Lauda est son principal soutien à Brackley, tandis que Toto Wolff reste neutre en apparence mais représente les intérêts du constructeur allemand . Une situation qui n’est pas pour arranger le champion du monde 2008 qui sent que la tendance va en faveur de son équipier. Son contrat valide une saison 2015 et la volonté de prolonger l’aventure n’est pas pressante. Les rumeurs à Stuttgart, reprise par les médias allemands, estiment que Mercedes-Benz n’a pas envie de renouveler le contrat d’Hamilton. Interprétant le soudain ralentissement d’Hamilton sur son contrat comme un message de démotivation.

La situation des trois pilotes peut se résumer à la phrase de Fernando Alonso lancée en marge du GP d’Angleterre, en début du mois de Juillet : «  j’ai vu de nombreux projets en Juillet et Août. En Août, tout le monde est très, très compétitif, en Novembre encore plus, puis en Janvier et Février l’on se rend compte que deux ou trois peuvent gagner seulement. Il faut une boule de cristal pour savoir ce qu’il va se passer pour l’année suivante. »  L’avenir pourrait se dessiner donc en Février 2015.

Publié dans Rumeurs, Transferts | Tagué , , , | 1 commentaire

L’avenir de Jenson Button

Jenson Button 2014 GP HongrieLa situation du renouvellement de contrat de Jenson Button est l’exact opposé de la prolongation conclue l’année précédente.

La stratégie de Richard Goddard, l’agent de Button, était subtil. En opposition à la stratégie Simon Fuller-Lewis Hamilton en 2012, l’avocat anglais avait compris que l’ambition de McLaren était au statu-quo. La reconstruction de l’équipe d’une part et le manque de perspective pour le champion du monde 2009 provoquant cette situation.

18 mois plus tard la situation n’a malheureusement pas progressé. Pourtant le temps presse. En Juin, Jenson Button avait estimé que ce n’était pas encore le moment d’entrer en discussion avec l’équipe de Woking. Une erreur tactique ? Pas vraiment, l’objectif est surtout de jouer la montre.

Ron Dennis doit gérer les inquiétudes de Honda concernant le marché des transferts. Le constructeur débute ainsi sa communication d’avenir, affirmant que l’objectif est de gagner dès 2015. Un message pour dissiper le doute, mais Fernando Alonso (priorité de l’équipe), Sébastian Vettel et Lewis Hamilton n’ont qu’une écoute polie. Les inconnues sont trop nombreuses à Woking pour ce lancer.

Côté Button, après une approche auprès de Ferrari, profitant du flou Raikkonen et observant la situation de Lotus. Richard Goddard c’est dirigé du côté de Williams pour monter un plan de retour du pilote anglais dans l’équipe qui l’a fait débuter en 2000. Le salaire exigé étant trop important pour Frank Williams, l’idée en est restée là. Pour le moment. En parallèle, Goddard a demandé une prolongation de deux ans (2015 et 2016) à McLaren qui ne souhaiterait qu’une seule année (2015) pour se donner de nouvelles perspectives.

le danger de Button est qu’il existe une autre alternative à Woking : Acheter un contrat d’une des deux révélations de l’année 2014. Valteri Bottas et Daniel Ricciardo sont dans le viseur, tout comme Daniil Kvyat. A défaut d’obtenir une recrue de choix, Ron Dennis peut parfaitement refaire l’histoire. L’achat du contrat de Kimi Raikkonen à Sauber en septembre 2001 avait fait beaucoup de bruits à l’époque. Cette solution alternative est sérieusement étudiée dans les bureaux de Woking.

Pour Button l’avenir se dessine par la suivante : prolonger chez McLaren avec un salaire à la baisse et une saison ferme. Ou alors viser la place de Bottas chez Williams. Dans tout les cas le dénominateur commun est que ses prétentions salariales seront fortement réduite pour 2015.

Publié dans Management, Rumeurs, Transferts | Tagué , , , , | 1 commentaire

GP Hongrie 2014 – Paddock Confidences

Hongrie GP

Le retour du V8 
Lors d’une réunion d’urgence en marge du GP d’Allemagne, Christian Horner a soumis le désir de revenir rapidement au V8 ou alors de forcer d’instaurer dès 2015 le principe de double réglementation (turbo-atmo) comme dans les années 80.

Echange Sutil-Kobayashi
Agitation autour de Caterham F1 Team. Si Ericsson devrait être remplacé par Carlos Sainz Jr pour le GP de Belgique, on parle d’un échange entre Adrian Sutil et Kamui Kobayashi entre Sauber et Caterham. Sutil n’a pas démenti être en contacte avec l’équipe anglaise.

McLaren vise Kvyat
Un bruit indique que McLaren a des intérêts pour acheter le contrat de Daniil Kvyat, actuellement chez Toro Rosso. Chez Red Bull le pilote russe pourrait remplacer Vettel chez RBR si ce dernier décide d’aller ailleurs en 2015.

La démission de Monisha
Après un bref espoir, le discours de Monisha Kaltenborn a changé sur un retour au championnat de Sauber, sur le modèle de l’an dernier. C’est « peu probable ». Le mal est identifié sur la monoplace et il faudra faire avec. Toutefois, si l’équipe n’inscrit pas de points en 2014, la démission de Kaltenborn est dans l’air.  

Petit tacle entre amis
Vendredi en conférence de presse, Marco Mattiacci a été invité à réagir aux déclarations de Niki Lauda sur la F14T. L’italien a avoué « avoir été mal à l’aise » avec cette déclaration, avant de prendre de l’assurance est dire : « Je suis heureux qu’il est le temps d’avoir un avis sur notre voiture, alors que je n’ai pas assez de temps pour réfléchir sur d’autres choses. Niki est un symbole de mon enfance est un grand ami de Ferrari. »

Communication par Ferrari
Fernando Alonso a indiqué aux médias de son pays que Ferrari allait se concentrer sur la prochaine monoplace 2015 et abandonner la F14T. Du côté de Ferrari, Marco Mattiacci a confirmé que James Allison travaillait à la fois sur la monoplace 2014 et celle de l’an prochain. En vérité, Alonso a lâcher une vérité que ne souhaite pas accepter le staff de la Scuderia pour l’instant.Ambiance…

Psychose en Hongrie
Les journalistes anglais sont préoccupés depuis le GP d’Allemagne. Le bruit court que Mercedes favorise Rosberg au détriment d’Hamilton. En réalité, la marque allemand est surprise par la vitesse et l’intelligence de course du pilote allemand. Elle compose avec cela maladroitement. Côté espagnol, les critiques se font sentir sur la volonté de Ferrari d’apporter une bonne monoplace à Fernando Alonso. Tandis que les italiens estiment que l’espagnol ne s’implique pas assez sportivement, mais trop politiquement.

L’accord de trêve
Une rumeur indique que Sébastian Vettel, Fernando Alonso et Lewis Hamilton se sont entendu sur le principe de ne pas bouger sur le marché des transferts 2015. Par défaut et attendant comment McLaren évolue en début de saison prochaine, ainsi que les améliorations promises par Red Bull et Ferrari.

Publié dans Grand Prix, Paddock Confidences | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

[FanaticF1] – Le marché des transferts dépendant des tops pilotes

2014 - Scuderia Ferrari

 » C’est ma quatorzième saison de Formule 1, donc j’ai vu de nombreux projets en Juillet et Août. En Août, tout le monde est très, très compétitif, en Novembre encore plus, puis en Janvier et Février l’on se rend compte que deux ou trois peuvent gagner seulement. Il faut une boule de cristal pour savoir ce qu’il va se passer pour l’année suivante «  analyse Fernando Alonso dans le quotidien sportif espagnol AS.

Une manière élégante de parler de sa situation actuelle, mais également une réflexion sur la manière dont les équipes procèdent pour séduire les pilotes sur le marché des transferts. Une manière un peu archaïque.

Lire la suite sur www.FanaticF1.com en cliquant ici

Publié dans Transferts, View | Tagué , , , , , , | Commentaires fermés