[Sportune] Quel constructeur a dépensé le plus pour devenir champion du monde ?

Le constructeur Mercedes-Benz a investi 800 millions d'euros depuis 2010 pour décrocher le titre ultime de F1 en 2014. - @Facebook

Pour obtenir son titre de champion du monde 2014 de F1, Mercedes-Benz a investit au total 800 millions d’euros depuis 2010 dans son écurie. Ce n’est pas le plus grand investissement pour décrocher le Graal, mais ce n’est pas le plus petit non plus.

1 milliard d’euros, c’est en effet la somme qu’a dû dépenser Red Bull depuis 2005 pour permettre à son équipe de devenir championne du monde pour la première fois en 2010. C’est un record en la matière. A l’opposé, Renault a investi l’équivalent de 650 millions d’euros entre 2001 et 2005 pour décrocher son premier titre de champion du monde des constructeurs.

Je vous invite à découvrir la suite sur www.sportune.fr

Publié dans Economie | Tagué , , , , , , | Commentaires fermés

La prolongation de Jenson Button chez McLaren en 2015

Jenson Button McLaren 2015Mi-décembre, lorsque McLaren dévoila son line-up 2015, Jenson Button est un pilote soulagé. Au prise dans une guerre des nerfs avec Ron Dennis, ce dernier lui avait annoncé à Abu Dhabi qu’il était d’accord pour prolonger son contrat d’une seule année, avec une option pour 2016.

L’épilogue c’est toutefois transformé en compromis entre les deux parties. La proposition de Ron Dennis de revoir son offre pour Button, avec un salaire 6 millions d’euros de salaire et 10 millions d’euros de primes, en Septembre 2014 a été une douche froide pour Richard Goddard (l’agent du pilote) et le champion du monde 2009. Durant l’été, Ron Dennis avait proposé 12 millions d’euros de salaire et 4 millions sous forme de primes, avant de revoir à la baisse son offre. Goddard, afin de déterminer des alternatives de négociations, est allé voir chez Williams (qui n’a formulé aucune offre concrète), tandis que Lotus proposait 5 millions d’euros et un variable de 40.000 euros par points, soit la même rémunération que Kimi Raikkonen en 2013. Trop peu pour un pilote touchant 16 millions d’euros par saison (Source BusinessBookGP).

L’offre de septembre 2014 étant dans l’air et les alternatives peux nombreuses dans le paddock, Goddard ébauche l’idée d’accepter l’offre de Ron Dennis pour 2015, mais démarcha Toyota pour obtenir un complément de salaire. Le constructeur japonais proposait 2 millions d’euros de salaire et une prime d’un million en cas de victoire aux 24h du Mans de Button. Cette manœuvre de l’agent anglais était une provocation. Button ne pouvait pas piloter à la fois pour Honda et Toyota dans la même saison. La rivalité entre les deux entreprises étant ce qu’elle est au Japon, si Button remporte les 24h du Mans en 2015 et aucune victoire avec McLaren-Honda le contraste serait trop important.

Ainsi, Ron Dennis a indiqué à Jenson Button qu’il acceptait de le prolonger pour 2015, avec une option pour 2016, contre l’accord de principe d’être exclusivement concentré sur la Formule 1 et Honda.

Pour 2015, Jenson Button touchera 8 millions d’euros de salaire, 500.000 euros de primes pour chaque victoire (sans limitation) et une prime de 4 millions d’euros en cas de titre constructeur ou pilote.

Publié dans Exclusifs, Transferts | Tagué , , , , , , , , | Commentaires fermés

Dr Lotus et Mr Genii

Lotus F1 Team TruckLe 22 décembre 2014, la FIA a publiée la liste 2015 des équipes. Lotus F1 Team est indiqué « sous réserve de confirmation » non pas dans la colonne de l’entreprise (ce qui aurait signifié que Enstone n’avait pas payé son inscription 2015), mais dans la colonne du nom de l’équipe. Ce qui indique un changement de nomination. L’introduction d’un sponsor est la première spéculation. Des bruits indiquent que Total, PDVSA et même Microsoft pourraient s’ajouter au nom de Lotus cette saison. Mais il existe une autre hypothèse : et si le nom de Lotus disparaissait ?

En Septembre dernier, Matthew Carter, le directeur général de Lotus F1 Team avait indiqué que les dirigeants de l’équipe ont pris des dispositions dans le cas ou l’argent de la FOM devait disparaître. Ouvrant la boite de pandore d’un changement de nom avenir. Plus tard, Gérard Lopez avait précisé que pour lui l’équipe pouvait s’appeler Lotus, Genii, Gravity ou autre, cela ne changerait rien dans sa stratégie.

Mais il existe une autre lecture, remontant à deux ans : L’accord d’exploitation de la marque Lotus par le fond d’investissement Genii Capital.  Début Avril 2012, l’accord tombe, la société luxembourgeoise résilie l’accord avec Lotus Group, signé en septembre 2010. L’accord initial était un sponsoring entre 2011 et 2017 contre 30 millions d’euros et la possibilité pour Lotus Group de prendre 50% du capital de l’équipe à l’horizon 2012. Mais l’accord a été dénoncé. En substance, l’équipe d’Enstone prend le droit d’utiliser le nom de Lotus jusqu’en 2017, Lotus Cars peut utiliser l’image de l’équipe et touche une licence sur les produits dérivés, mais tout projet de rachat a été abandonné.

Toutefois, un mystérieux prêt a été contracté dans la foulée. Ce prêt accordé par Proton d’une valeur de 30 millions de £ en faveur de l’équipe Lotus F1 Team, était remboursable dans les trois ans (2012/2013/2014). Un détail important, car il conditionnait le consensus  autour de la marque crée par Colin Chapman, dans l’accord entre Proton/Lotus Cars/ Genii Capital. Maintenant que ce prêt n’est plus d’actualité, il n’y a plus vraiment de raison pour la société luxembourgeoise d’utiliser le nom de Lotus.

Publié dans Economie, Entrepreneurs, Marketing | Tagué , , , , , , | Commentaires fermés

PDVSA et le plan 2013-2019 du Venezuela à suivre

Lotus VenezuelaEn Mars 2014, face à la situation de quasi faillite le Président Nicolas Maduro avait tenté de rassurer la population, dans un pays ou la maxime est « plus l’essence est bas à la pompe, plus la côte de popularité du président est haute ». Sauf que la baisse constante du prix du baril depuis la rentrée provoque une hausse de la dette à Caracas. Une capitale qui s’accroche avec l’idée d’un pétrole bas prix à la pompe. Au point de provoquer un état d’urgence.

Décembre 2014, l’une des principales chaines de station essence du pays, Citgo Petroleum est annoncé à vendre. Un total de quatre sociétés sont intéressés par l’entreprise et propose 7 milliards de dollars. PDVSA, selon IBT, propose 10 milliards de dollars, via la banque Lazard. Une situation qui a elle seule symbolise la situation du pays. Le ministre des finances du Venezuela, Rodoflo Marco Torres a indiqué dans les médias du pays que Citgo n’était pas à vendre. Pour ne pas sombrer dans une décision alarmiste. Ainsi PDVSA sur-évalue le prix de Citgo pour empocher la mise.

Car, Citgo et PDVSA ont un lien: le premier verse des dividendes énormes au second. Mais, la société n’étant plus en mesure de payer à PDVSA elle se met en situation de vente. Ainsi nous avons une société payant le pétrole d’une société publique (ayant le monopole) pour le raffiner elle-même et le distribuer, qui se trouve dans l’incapacité de payer le pétrole de la société publique qui pour éviter le désaveux fait une importante proposition de rachat de l’entreprise cliente.

Lors de la dernière semaine de l’année 2014, une réunion d’urgence a été provoquée par le Président Maduro. Au cours de cette réunion, le principe de la guerre économique qui affecte le pays depuis 2013 a été au centre des discussions. 2015 devant être l’année des grands changements majeurs dans la structure de production et de transformation de l’économie nationale. Ainsi, le changement va débuter avec un nouveau conseil d’administration pour PDVSA qui aura pour mission de stimuler la production de pétrole en 2015 et d’atteindre les objectifs fixés par le Plan 2013-2019. Quoi qu’il arrive.

L’annonce qu’il existe un plan 2013-2019 est intéressant car, les rumeurs sur l’avenir de PDVSA comme sponsor en Formule 1 ont été nombreuses depuis deux ans.  Il a même été indiqué que 2015 serait la dernière année. Sans que cela soit confirmé. Les analystes  estiment qu’il faut que l’Etat réduisent ses dépenses et donc PDVSA devra réduire son investissement pour combler sa dette. D’ailleurs l’agence de notation Finch a dégradée la société début décembre. Sauf qu’à Caracas, l’objectif sera d’appliquer la politique Russe en matière de production. Ce qui va provoquer un souci avec ses partenaires de l’OPEP qui sont à la manœuvre en ce moment. Mais qui ne devrait pas provoquer une perte de l’investissement en Formule 1.

En effet, si PDVSA reste en F1, même avec un investissement moins important à l’avenir, mais équivalent à 15/20 millions d’euros par année, elle confirme que la société est en bonne santé, que le Venezuela est économiquement solide et que son président est un visionnaire. Remplissant plus que jamais son utilité d’image pour le pays. Dans le prolongement de la vision d’Hugo Chavez, l’instigateur du sponsoring F1 en 2011. PDVSA jusqu’en 2019 comme sponsor en Formule 1 ? ce n’est pas impossible.

Publié dans Communication, Economie | Tagué , , , | Commentaires fermés

Bonne année 2015 !

Bonne année 2015

Bonjour à tous !

En ces premiers moments de l’année le moment du bilan de l’année 2014 s’impose. Il sera rapide. J’ai été ravis de revenir en Février plus ou moins quotidiennement et vous retrouver sur les réseaux sociaux. Cela m’a été agréable et cette année le rythme sera similaire.

Un bémol pour 2015, j’ai fermé les commentaires. Par raison de commodité premièrement et ensuite parce que vous commentez plus sur Facebook voir Twitter que sur ce support.

Vous avez été en moyenne 10.000 visiteurs par jour à venir lire ce blog. L’évolution a été progressive et a réellement pris de l’ampleur durant l’été. Merci de votre confiance.

L’année 2015 sera sous le signe de l’écriture. En plus du BusinessBookGP2015 (sortie le 25 Avril 2015), je m’attache depuis plusieurs mois à l’écriture d’un roman que j’espère vous proposer à la lecture d’ici Juin 2015. Je vous en parlerais plus en temps voulu, je peux vous indiquer simplement que ce sera une trilogie et que le héro à un rapport avec la Formule 1. Naturellement.

Attendez vous à avoir un nouveau Guide F1 2015 avec FanaticF1.com avant le début de la saison. Une saison qui s’annonce intéressante à plus d’un titre. Nous y reviendrons d’ici là.

Je vous invite à me retrouver sur FanaticF1.com, OneStopStrategy.com et Sportune.fr durant l’année 2015.

Je vous souhaite à tous une excellente année 2015 !

Else on Tomorrow

Marc

 

Publié dans Blog Note | Tagué , , , , | Commentaires fermés

Le piège de l’accord du GP de Corée

Corea GP 2013 F1La situation du Grand Prix de Corée pour son retour en 2015 est expliqué de deux manières : la première étant de justifier l’introduction d’un 5ème moteur pour les équipes et la seconde de toucher une pénalité. Mais la réalité est un peu plus complexe.

Depuis avril 2012, le destin du circuit de Yeongham ne lui appartenait plus. Les pertes financières sur l’ensemble de la période 2010-2016  étant fixées à 248,5 millions d’euros par le Business Plan de son promoteur. Abyssal. Une redevance fixée à 30 millions d’euros annuels et une augmentation de 10% par année. Sauf que le GP de Corée, comme le GP du New Jersey et le GP d’Inde dispose d’une spécificité que Bernie Ecclestone accordait à l’époque, mais plus aujourd’hui, pour les nouveaux contrats promoteurs.

La tolérance du GP de Corée (et la récente possible réintroduction du GP d’Inde en 2016) n’a que les limites de la patience de Bernie Ecclestone, qui en même temps est pris au piège de son propre système de l’époque. L’argentier de la F1 a envisagé une course de remplacement à la Corée (Le GP d’Argentine) et sait également qu’il touchera une pénalité. Une pénalité variable selon les sources. Dans un premier temps, le chiffre de 60% de la redevance annuels fixe est annoncé (soit 18 millions d’euros pour la Corée jusqu’en 2016), de l’autre nous entendons que c’est l’équivalent des 10% d’augmentation qui est demandé, soit 4,4 millions d’euros en 2014, 4,8 millions en 2015 et 5,3 millions en 2016. Une somme réaliste en vertu du tarif demandé aux promoteurs, pour uniquement déposé un dossier pour un nouveau circuit : 5 millions de dollars (soit 4 millions d’euros). Par contre…

Par contre, les précédents accords indiquaient que si ces organisateurs versent à la FOM environ 20% de la redevance en avance sur la garantie prévue. Ecclestone, en vertu de ces contrats de l’époque, n’avait pas d’autre solution que de réintégrer la Corée du Sud dans le calendrier 2015. Avec l’espoir, sans certitude, de recevoir le complément dans les délais compatibles avec la publication du calendrier officiel, le 3 décembre 2014 (via la mention « à confirmer » de la FIA). La réaction d’Ecclestone dix jours plus tard, indique que l’implication de la Corée du Sud dans le calendrier n’est donc pas justifié à 100%  (financièrement) comme cela devait être prévu. La théorie de l’abandon est donc de rigueur.

21 Octobre 2014. Le gouvernement de Séoul a annoncé son soutien pour des compétitions de Tuning, devenu très populaire dans le pays. Un marché en expansion selon le ministère des transports (380 millions d’euros en 2012 et près d’un milliard d’ici 2017, soit plus qu’aux USA et même au Japon). Les courses se déroulant sur le circuit de Yeongham. Peu de temps après, l’annonce de ce soutien, le retour au calendrier 2015 du GP de Corée a été annoncé. Pourquoi les promoteurs ont versé l’équivalent d’environ 6 millions d’euros pour obtenir un retour au calendrier ? Pour deux raisons,  en Mars 2012, Bernie Ecclestone a signé une extension de contrat jusqu’en 2021 avec les promoteurs et le gouvernement de Seoul (via un accord public-privé). Cet accord s’accompagnant de forte réduction de la redevance (près de 50%), mais également d’un soutien de l’industrie du pays. L’implication d’une économique du tuning est un prétexte nouveau. Enfin, l’idée étant de profiter des largesses gouvernementales, qui est devenu clémente avec l’automobile depuis cette année 2014. La dette du circuit est assumée par Séoul (depuis 2012), qui dès le 5 décembre avait exprimé son étonnement: « On ne nous a pas donné de préavis. La FIA vient d’annoncer la course, même si nous avons déjà exprimé notre position sur les difficultés d’accueillir une course l’année prochaine. » a déclaré un responsable du bureau sportif du gouvernement à l’AFP. Dans un partenariat public-privée, le privée organise et le public paie la facture.

Publié dans Economie, Entrepreneurs, Grand Prix | Tagué , , , | Commentaires fermés

[Sportune] – 2 milliards le plan de conquête de Mercedes-Benz

Pour devenir champion du monde de F1 2014, le constructeur allemand Mercedes-Benz a consenti des sommes impressionnantes. Sportune vous plonge dans un plan de conquête à plus de 2 milliards d’euros.

A lire aussi :
Découvrez la prime de Lewis Hamilton pour titre de champion du monde 2014

En septembre 2009 Norbert Haug, directeur de Mercedes-Benz Sport, paraphe le contrat de rachat de l’équipe championne du monde BrawnGP pour la modique somme de 162 millions d’euros. A l’époque, dans un contexte de réduction budgétaire. Pour faire passer ce coûteux rachat auprès des syndicats et des membres du directoire de la marque à l’étoile, l’investissement a été bloqué à 50 millions d’euros par an jusqu’en 2014. Un vœu pieux qui n’aura toutefois durée que deux saisons.

L’impossibilité des constructeurs de s’entendre autour d’un budget plafonné, puis sur d’importantes réductions des coûts a perturbé le business model de Mercedes AMG F1. Initialement, l’équipe devait s’auto-financer via le sponsoring et les droits TV des nouveaux Accords Concordes 2013-2020. Mais Red Bull investissant 160 millions d’euros par année dans son équipe, il était clair que pour remporter un titre de champion du monde, l’investissement devait être important. Mercedes-Benz accorda donc un budget 2012 de 200 millions d’euros. Signant le début de son expansion.

Je vous invite à lire la suite en cliquant ici

Publié dans Economie, Marketing | Tagué , , , | Commentaires fermés

Line-up 2015 (Update 3)

Avec l’annonce du line-up officiel de McLaren (Fernando Alonso et Jenson Button), le dessin de la saison 2015 devient de plus en plus intéressant.

Les pilotes dont les noms sont entre parenthèse ne sont pas encore confirmés ou sur le départ.

Mercedes AMG F1
Lewis Hamilton – Nico Rosberg

Red Bull Racing
Daniel Ricciardo – Daniil Kvyat

Williams
Valterri Bottas – Felipe Massa

Ferrari
Sébastian Vettel – Kimi Raikkone

Force India
Nico Hulkenberg –  Sergio Perez

McLaren
Fernando Alonso – Jenson Button

Scuderia Toro Rosso
Max Verstappen – Carlos Sainz Jr

Lotus F1 Team
Pastor Maldonado – Romain Grosjean

Sauber F1 Team
Marcus Ericsson – Felipe Nasr

Caterham F1 Team
(avenir incertain – des pilotes responsables avec de l’argent si possible)

Publié dans Transferts | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 commentaires