L’histoire nous montre qu’un retour d’Alonso chez McLaren est possible

Alonso Dennis McLaren 2007Flavio Briatore est un observateur de choix actuellement. Il est le conseiller de Fernando Alonso pour sa carrière. Sa phrase à propos de McLaren est révélatrice d’un changement de mentalité historique. « Tout le monde change » révèle en substance l’italien à propos d’un possible transfert du double champion du monde espagnol à Woking.

Woking théâtre du Spygate qui a fait basculer la Formule 1 dans une nouvelle ère. Alonso en avait été un acteur. Ron Dennis lui avait reproché cette implication. McLaren et Mercedes-Benz ont même effacé toutes traces du pilote dans leurs histoires. L’équipe anglaise a réhabilité l’espagnol la semaine dernière.

L’argument principal contre la réunion Alonso-McLaren dans un futur proche tiens dans l’histoire du SpyGate. Mais l’histoire a aussi montrée que des séparations houleuses pouvaient avoir une fin heureuse.

Lorsque Graham Hill quitte Lotus fin 1959, parce qu’il estime qu’il n’était pas assez payé. Il se fâche avec Colin Chapman durant de longues années. Hill reviendra pourtant en 1967 dans l’équipe et tiendra la barre du bateau Lotus à la dérive l’année suivante en apportant un titre de champion du monde de consolation, après la disparition de Jim Clark.

Jacques Laffite n’avait pas quitté Ligier (fin 1982) et même Williams en 1975 en bon terme. Guy Ligier, patron paternaliste traitait son pilote comme un fils, avec les reproches qui vont avec. Cela ne l’avait pas empêché le français de revenir dans l’équipe française en 1985 et l’anglaise en 1983.

Ronnie Peterson avait reproché à Colin Chapman en 1975 le manque de compétitivité des Lotus (un crime à l’époque). Le clash avait été violent entre les deux hommes. Pourtant en 1978, Peterson est revenu chez Lotus aux côtés d’Andretti pour piloter la Lotus 79. Un retour dramatique malheureusement.

Frank Williams et Nigel Mansell reste une histoire qui n’a jamais été un long fleuve tranquille. Un clash en 1988 et un retour en 1991, après que le pilote ait annoncé une première fois sa retraite. Le titre de 1992 réglera finalement l’histoire des deux hommes. Williams évincera publiquement son nouveau champion du monde, qui en larme annonce sa retraite. A regret. Williams le fera pourtant revenir deux années plus tard pour sauver l’histoire de l’équipe après la disparition d’Ayrton Senna.

Et Ron Dennis dans cette histoire ? La séparation avec Alain Prost en 1989 peut s’inspirer de l’épisode du SpyGate, mais interne. Prost reprochait à Honda de favoriser Senna et il reprochait à Ron Dennis de laisser faire. Les accusations ont été violentes et le faussé c’est creusé. Prost signe chez Ferrari l’année suivante. Pourtant de 1994 à 1996, Ron Dennis a tout fait pour que le quadruple champion du monde revienne derrière le volant d’une McLaren. En vain, malgré un contrat près à être signé pour 1996.

Luca di Montezemolo n’a-t-il pas évincé son dernier champion du monde, Kimi Raikkonen, pour le remplacer par Fernando Alonso  en 2010. Ce même Montezemolo a fait revenir le champion du monde finlandais en 2014. Malgré les désaccords de l’époque.

Même Alonso, après avoir quitter Renault en lui reprochant un manque de visibilité pour l’avenir et un manque d’implication a trahi Flavio Briatore pour signer avec McLaren en décembre 2005. Il reviendra chez Renault en 2008 pourtant.

L’histoire nous montre ainsi que des séparations violentes entre un pilote et son patron se traduit par une réconciliation avenir. Seul Niki Lauda n’est jamais revenu chez Ferrari après l’avoir quitté. C’est le seul fait de l’histoire. L’exception qui confirme la règle. Alors pourquoi un retour de Fernando Alonso chez McLaren serait impossible ?

Publié dans Communication, F1 Leaders, Histoire F1 | Tagué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La comparaison des 5 premières saisons d’Alonso et Schumacher chez Ferrari

Alonso v Schumacher la comparaison

Le plus intéressant est aussi de comparer les performances de la concurrence durant la période 2010-2014 pour Fernando Alonso et 1996-2000 pour Michael Schumacher.

Concurrence 1996-2000 et 2010-2014 F1

  • Entre 2010 et 2014 un total de 6 constructeurs différents ont remporté une course.
  • Entre 1996 et 2000 le total était de 7 constructeurs différents ayant reporté une course.

Enfin, pour être complet, voici les chiffres de la période 2007-2009 de la Scuderia Ferrari

  • 18 victoires
  • 17 pôles
  • 1 titre pilote (Raikkonen) et 2 titres constructeurs
  • 52 GP total
  • 7 constructeurs différents ont remporté une course sur la période. 
Publié dans Datas, Histoire F1 | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Note du Mardi : L’évolution de la rumeur

La première réaction lorsqu’il y a une rumeur dans la presse est de prendre l’information au premier degré. C’est l’erreur à ne jamais commettre et qui est pourtant le problème principal du déficit d’image des médias F1 aujourd’hui. Le problème n’est pas la rumeur, mais le premier degré.

Un récent sondage indiquait que les internautes français ont plus confiance dans un écrit d’un journaliste personnifié que dans un écrit produit par une rédaction. Une bizarrerie française typique. Car, d’un côté les lecteurs de notre pays souhaitent qu’un journaliste soit impartial dans ses informations, alors que la lecture d’un écrit d’un journaliste sur son blog relève de l’avis personnel, le plus souvent. Paradoxal. Cela démontre surtout l’épaisseur du brouillard pour comprendre et se placer dans l’univers ambiant. La nature humaine est d’avoir un avis. La situation médiatique ne le permet pas, ainsi le journaliste se transforme non plus en intermédiaire de l’information, mais en intermédiaire d’opinion.

La rumeur est une information au second degré

Depuis plusieurs semaines les rumeurs autour de Fernando Alonso alimentent la presse européenne. Tout en étant rejeté par les lecteurs et fans. Pourquoi ? Simplement parce que la rumeur est perçue comme un élément faux, destinée à vendre du papier et non une information vérifiée. Désolé de l’écrire, mais depuis 2009, les fans doivent comprendre qu’il n’y a plus vraiment d’informations vérifiées dans la Formule 1 d’aujourd’hui. Certain médias, ayant perdu leurs sources utilisent le temps comme valeur ajoutée au bruit ambiant.  Leur sérieux tenant dans leur silence. Vous pouvez lire régulièrement le fameux : « si un tel ne l’a pas encore écrit c’est que ce n’est pas vrai. » Sans savoir que ces médias utilisent souvent la rumeur en OFF pour obtenir des informations. En somme, la rumeur a évoluée depuis quelques années. C’est une information au second degré.

Lorsqu’un lecteur lit dans un journal une rumeur, sa réaction première est de dire que c’est faux. Impossible et stupide. La colère l’emporte. Sauf qu’il faut analyser deux choses : D’où vient la rumeur ? et le contexte de la rumeur ? Dans le cas de l’échange Alonso-Vettel, le bruit venait de la SKY (donc un média sérieux) en Italie. Ensuite le contexte est que Maranello est en pleine révolution de palais depuis le départ de Luca di Montezemolo. Nous savons que cette rumeur provenait de l’usine Ferrari. Alors la question est pourquoi ? Ici, il faut comprendre de ce bruit est que Ferrari n’envisage pas l’avenir avec Alonso (tel quel). Au contraire de ce qu’indique depuis de longue semaine la communication corporate de l’équipe.

La rumeur prépare au changement

C’est la même chose pour le démenti d’une rumeur. Le premier degré n’est pas de lire ce qui est écrit, mais de se demander pourquoi le démenti est écrit. Très souvent (80% des cas), c’est sur la base d’une erreur d’estimation d’un montant ou d’un montage que les intéressés s’autorisent à démentir une rumeur. Mais le contexte reste le même. De nos jours, démentir une information c’est confirmer. La solution à la mode est d’ignorer. Car ignorer c’est savoir ou l’on va qu’elle que soit les difficultés. Montrer que l’on a un cap.

A la différence de la vie politico-médiatique ou les journalistes utilisent la rumeur pour s’inscrire dans un processus d’émotion afin de compenser le manque de précision de l’information. La rumeur en Formule 1 est une arme des équipes et des agents pour contrer la communication corporate des équipes, fortement verrouillée depuis plusieurs années. Une équipe qui est dans un jeu de transfert peut dévoiler une part du secret. Egalement une rumeur provenant en interne est un signe de problème de management. La rumeur prépare les esprits aux changements. Toujours psychologiquement difficile.

Ainsi la rumeur est un message indirect. Le Football et les autres sports business agissent de la même manière depuis longtemps. C’est le revers de la médaille des sports ultras médiatisés. C’est un jeu de valorisation. La rumeur a toujours été présente en Formule 1. Toujours. Une rumeur permet d’obtenir quelque chose (suivant le sujet) ou de consolider quelque chose ou encore de faire passer un message. Loin de la bêtise journalistique qu’une pensée unique souhaite véhiculer dans les réseaux sociaux.

Le monde change, la communication change. Les fans sont entre la communication officielle (qui valorise la marque) et la rumeur (qui est le vrai message). Depuis de nombreuses années, décrypter la seconde est plus intéressant que de lire la première. Plus instructive aussi. C’est une tendance.

Publié dans Communication, Note du Mardi, Rumeurs | Tagué , , , , | 1 commentaire

Caterham – Lotus : Destins croisés

Lotus Caterham Monza 2014

Le nouveau team principal de Caterham F1 Team, Manfredi Ravetto a indiqué dans les médias en fin de semaine qu’il comptait renouveler le contrat de Marcus Ericsson pour 2015. Si le pilote suédois n’a pas crevé l’écran, il dispose d’un atout de taille. Un budget pour l’an prochain compris entre 13 et 18 millions d’euros, selon nos estimations.

Curieux parallèle entre l’équipe Caterham F1 Team et Lotus F1 Team depuis 2010. Même destin croisée aussi.

  • Tony Fernandes a fait revenir le nom Lotus en Formule 1 en 2010. Genii Capital l’exploite depuis 2012.
  • Après avoir perdu le droit d’utiliser le nom de Lotus, l’équipe de Fernandes c’est nommée Caterham, du nom d’une équipe historiquement proche de la marque crée par Colin Chapman et utilisant la même philosophie.
  • Lorsque Genii Capital a crée en Juin 2010, Genii Capital Business Exchange, l’équipe rivale a lancée une plate-forme d’affaire interne avec la marque Visa en 2011.
  • Lotus F1 Team a voulu devenir un top team et à eu des difficultés économique pour payer le salaire de Kimi Raikkonen. Caterham entre 2010 et 2012 a eu des difficultés pour payer les salaires de Jarno Trulli et Heikki Kovalainen en utilisant des montages financiers.
  • Tony Fernandes a financé son équipe et Genii Capital en fait aussi de même depuis 2010.
  • Genii Capital a envisagé la reprise de Lotus Cars pour composer un projet industriel cohérant. Tony Fernandes a voulu faire la même chose via son projet Caterham/Renault qui a avorté en 2013.
  • Les sponsors sont des partenaires Business to Business destinés à favoriser les affaires des propriétaires.
  • Caterham à CNN en partenaire, Lotus CNBC.
  • Caterham F1 Team a changé de propriétaire, tandis que Lotus F1 Team est en proie au changement de propriétaire depuis quelque temps.
  • Pastor Maldonado grâce à son partenaire pétrolier PDVSA représente 50% du budget sponsoring de Lotus. Marcus Ericsson représentera la même part pour Caterham demain.
Publié dans Non classé | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

View – When Hamilton and Alonso claimed Senna

Senna Monaco 1993

Twenty years after his death, Ayrton Senna remains the model of two drivers Fernando Alonso and Lewis Hamilton. One and the other seeking three championships pilot world. A quest worthy of the absolute.

When, last year Sebastian Vettel won his fourth world title in a row, the temptation to see the German pilot target the championship record of Michael Schumacher (7 titles) has crossed their minds. The Red Bull driver has also not hidden his desire would be to match (not to exceed) Schumacher.

But for Lewis Hamilton, currently leading the drivers world championship in 2014, the goal is to get only three titles. On the TV channel Sky Sports F1, Hamilton admitted that his ambition would be to get as many titles as world champion Ayrton Senna, before the end of his career.

click here to see the column

Publié dans English, View | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Le projet de rémunération d’Alonso avec Ferrari

Alonso FernandoL’article de la Gazzetta dello Sport hier, sur les exigences de Fernando Alonso et ses négociations avec Ferrari tourne au bras de fer psychologique. Un détail est intéressant, la rémunération.

Actuellement payé 22 millions d’euros (selon le BusinessBookGP2014), Fernando Alonso est depuis quelques années le pilote le plus payé du plateau. Un titre qu’il ne souhaite visiblement plus revendiquer. A la fin de l’été, le double champion du monde avait beaucoup insisté sur le fait que l’argent n’était pas une motivation pour faire un choix. Réponse à peine voilée envers les prétentions de McLaren-Honda et l’extension appelée des vœux de Ferrari jusqu’en 2019.

Les récents événements à Maranello permettent à Fernando Alonso, logiquement, d’entrer en position de force dans ses négociations avec Ferrari. Ainsi, sous les conseils de Flavio Briatore, le double champion du monde demande un salaire aux résultats pour 2015/2016 et 2017,  selon le quotidien italien Gazzetta dello Sport. Cela signifie deux choses : 

La première est qu’Alonso sait qu’il n’a pas le choix que de continuer l’aventure avec Ferrari en 2015 et en 2016 (via option), en proposant un nouveau contrat, il tente de casser l’actuel accord pour en définir les contours d’un second plus souple.

La seconde est qu’Alonso a demandé d’avoir la possibilité de quitter au bout de 4 ou 6 courses la Scuderia en cas de manque de performance. Ce qui signifie qu’il y a un plan B pour l’espagnol ? McLaren ? Cela semblerait logique car personne ne sait réellement l’état de compétitivité de la monoplace de Woking avec le moteur Honda l’an prochain.  A Singapour, Jenson Button indiquait qu’il est confiant de prolonger avec McLaren l’an prochain, le cas de Magnussen pourrait donc être sacrifié. A moins d’un échange en cours de saison Button-Alonso avec de l’argent de McLaren à Ferrari en contre partie. A suivre, mais les solutions sont nombreuses.

Reste la rémunération. Alonso espère 30 millions d’euros par année environ.  Détail important car Ferrari ne souhaite visiblement plus lui donner autant désormais. Sachant que la proposition d’Alonso serait basée sur un fixe et un variable, la donne est désormais nouvelle, signe de bonnes volontés. Chez Lotus en 2012, Kimi Raikkonen touchait 3 millions d’euros de fixe et un variable de 40.000 euros par point. En 2013, le fixe avait bougé à 5 millions d’euros. Pour 2014, Lotus avait proposé 8 millions d’euros de fixe et un variable à 60.000 euros à Kimi Raikkonen. Notons que Michael Schumacher touchait 8 millions d’euros de fixe et 80.000 euros de variable avec une limite à 40 millions d’euros fixé par Mercedes-Benz entre 2010 et 2012.

Dans le cas d’Alonso le fixe sera de 10 millions d’euros et le variable devrait lui apporter 20 millions d’euros par année (en se basant sur les saisons 2010 et 2012), soit 80.000 euros/point.  Soit 30 millions d’euros environ par année. Imposant ainsi à la Scuderia une rémunération minimum en cas de compétitivité de la monoplace.

Publié dans Transferts | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Sauber et Lotus : les cibles prioritaires de Stroll

Sauber Singapour GP 2014 LotusA Singapour la liste des équipes en difficulté d’avenir ajoutait Force India, malgré la communication de Vijay Mallya durant tout le week-end, à des noms tel que Caterham F1 Team, Marussia F1 Team, Sauber F1 Team et Lotus F1 Team. D’ailleurs les trois dernières sont la cible d’un vaste réseau d’influence. L’objectif étant de sauver ce qu’il reste de ces équipes.

Lawrence Stroll est un homme pressé. D’ici la fin du mois d’Octobre il a déjà prévenu que son projet de rachat d’une équipe de Formule 1 devra être conclu. Sur les trois annoncés dans la presse, il n’en reste deux. Sauber et Lotus.

La première cible était Sauber F1 Team. Un choix judicieux et inspiré par Gerhard Berger auprès de qui Stroll c’est tourné pour conseil. Une première approche a été formulée, informelle mais volontairement basse. Repoussée naturellement par Peter Sauber. Pour mieux valoriser son équipe.

Stroll a ensuite eu un entretien avec Bernie Ecclestone, qui lui a conseillé de rencontrer Flavio Briatore. Le conseil du duo anglo-italien à l’homme d’affaire est d’approcher les propriétaires de Lotus F1 Team, désormais ouvert à cette perspective et de formuler une offre.

La piste Marussia F1 Team n’a pas été au-delà de la rumeur médiatique. Le milliardaire canadien dispose désormais de deux cibles : Sauber et Lotus.

La première dispose de plusieurs avantages. Dans un premier temps elle dispose de liens étroits avec Ferrari. Le fils de Lawrence Stroll, Lance est sous contrat avec l’Académie de la Scuderia jusqu’en 2017.  Sauber n’a encore dévoilé aucun pilote pour 2015. Enfin l’avantage est que le rachat de Sauber serait la solution la moins coûteuse. L’inconvénient est que les salaires à Hinwill sont 30% supérieurs à ceux de l’Angleterre.

Côté Enstone, si l’accord avec Mercedes-Benz est toujours dans l’attente, le binôme Maldonado-PDVSA est toujours d’actualité en 2015. Le cas Romain Grosjean est en suspension. Le problème est double. Dans un premier temps le team dégraisse fortement son personne (470 à ce jour et moins à l’avenir) et sa dette est toujours importante et le flou entourant le financement de l’équipe laisse entendre que l’investissement sera plus important que celui de Sauber.

Le quotidien helvétique suisse, Blick indique que Peter Sauber a eu un entretien avec un homme d’affaire de Singapour et que le projet russe n’est plus qu’une agitation de papier, sans espoirs.

Publié dans Entrepreneurs | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

Note du Mardi – Les 6 étapes du retour gagnant pour McLaren

Le retour de Ron Dennis à la tête McLaren marque un tournant dans l’histoire de l’équipe. Au-delà de la restructuration technique, c’est aussi une restructuration d’image qui se construit sous nos yeux. Une image de come back.

Lorsque Ron Dennis a repris la destinée de l’équipe McLaren en 1980, un nouveau souffle c’est fait sentir autour de trois axes : un axe technique, un axe marketing et un axe sportif.

L’axe technique était constitué par la création du châssis carbone par John Barnard. Offrant une nouvelle image pour McLaren. L’axe marketing tournait autour de la marque de tabac Marlboro, ainsi que plusieurs sponsors haut de gamme. Enfin, l’axe sportif était simple :  Dès 1982, Ron Dennis a convaincu Niki Lauda de revenir et surtout de gagner. Complétant l’image de la nouvelle équipe McLaren.

2014 est une autre ère. Notre monde de communication aujourd’hui est plus complexe que par le passé. Ainsi, pour construire un come back vainqueur, voici les 6 clés.

1 – Devenir une nouvelle équipe

On ne revient pas sur un sentiment de revanche. Cela a été le cas au début du retour de Ron Dennis, évincé de la Formule 1 suite à une guerre interne Ecclestone-Mosley en 2008. Après quelques mois flou, l’ambition est désormais de construire une réputation d’équipe neuve.

McLaren a l’image d’une équipe expérimentée et compétente. Une équipe qui devenait agressive lorsqu’elle gagnait, brouillant l’ensemble. Elle manquait de proximité nécessaire pour donner envie de la suivre. Auparavant, l’image de McLaren reposait sur l’image de ses pilotes.

2 – Constituer une nouvelle équipe

L’arrivée d’Eric Boullier est la marque d’une équipe qui ne souhaite pas rester sur son passé. Entre 2009 et 2013, McLaren était dirigé dans la continuité par Martin Whitmarch. Sans rien apporter et perdant progressivement en crédibilité.

Techniquement le retour de Peter Prodromou s’inscrit dans la lignée du renouvellement que souhaite montrer McLaren.

3 – Comprendre son époque

McLaren c’est retrouvé éloignés de la lutte au championnat dans une période de changement majeur dans la Formule 1. Martin Whitmarch était partisan d’une forte réduction des coûts. Une autre époque. Ron Dennis a récemment indiqué que la Formule 1 devait changer et s’adapter à son époque. S’inscrivant dans l’esprit de compréhension du monde qui entoure la discipline.

Lors d’une récente réunion des chefs d’équipe, Ron Dennis n’a pas été accepté par Bernie Ecclestone. Forçant ce dernier à dire dans la presse que la Formule 1 n’aura pas « ses lumières et son expérience. » C’est dans la presse que Ron Dennis et McLaren doivent communiqués et non dans les réunions stériles.

L’équipe McLaren peut se transformer en arbitre ou générateur d’idées nouvelles et Ron Dennis son porte parole.

4 – Parfaire sa stature de top team

Historiquement McLaren est un top team et considéré comme tel. Mais son crédit a été entamé depuis plusieurs saisons. Le choix de Honda Motors de s’associer exclusivement (le temps d’une saison) avec l’équipe de Woking est la première étape.

La seconde étape est de séduire un sponsor principal et/ou un pilote de pointe. Les rumeurs autour de Vettel/Alonso/Hamilton/Button etc.. si détestable qu’elles soient pour les fans, participent à la construction de cette nouvelle image. McLaren est au centre désormais. Elle redevient un top team.

5 – Pousser la concurrence à la faute

L’un des grands principes de Ron Dennis et inscrit dans la doctrine McLaren est « d’affaiblir l’adversaire. » Cela consiste souvent à faire augmenter le salaire d’un pilote ou d’un ingénieur, en y prêtant un intérêt appuyé. C’est aujourd’hui le cas avec Fernando Alonso, Sébastian Vettel et même Lewis Hamilton.

Lorsque la proposition d’extension de contrat (2017-2019) a été proposée par Ferrari à Fernando Alonso, la presse allemande et italienne parlait de 35 millions d’euros par année de salaire pour le champion espagnol. Luca di Montezemolo avait indiqué que le salaire indiqué ne correspondait pas aux réalités du marché. McLaren propose 40 à 45 millions d’euros de salaire à ces pilotes là. Provoquant un certain mouvement dans le paddock aujourd’hui.

La prochaine étape tournera autour des ingénieurs star. En 1997, Ron Dennis n’avait pas hésité à payer 3 millions de dollars par année Adrian Newey, pour en faire son élément technique central. Provoquant une inflation sans précédent dans l’histoire des ingénieurs F1.

En imposant une nouvelle norme de salaires des pilotes champions du monde, McLaren forcera les autres équipes à majorer les salaires. Le Dr Helmut Marko a déjà indiqué que Sébastian Vettel avec 22 millions d’euros par année est l’athlète le plus cher de Red Bull. Un signe.

6 – Se réconcilier avec les médias

Revenant à l’attitude de Ron Dennis lors de la réunion du GP d’Italie, il est désormais essentiel pour le patron de McLaren de devenir une star médiatique et d’occuper l’espace. Il fait cet effort depuis le début de l’Eté. McLaren est une équipe classiquement médiatiquement. Son implication dans les réseaux sociaux est encore hésitante et ne participe pas réellement au changement d’image de l’équipe.

L’image médiatique est devenue la norme désormais. Un prolongement de soi. Dans un monde ou la diffusion de la Formule 1 se déroule derrière des murs payants la seule solution est d’occuper l’espace médiatique gratuit et social. Afin d’en profiter pour construire une nouvelle image, réactualisant un fier passé dans un premier temps, mais construisant une nouvelle époque. Une nouvelle ère. Pour cela, l’impact médiatique est indispensable.

Publié dans Communication, F1 Leaders, Management, Marketing, Note du Mardi | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Note du Mardi – L’émotion dans le management et la communication F1

Progressivement les équipes évoluent en matière de communication. Autrefois « corporate  et rigide » les teams se sont ouvert avec le temps et la démocratisation des réseaux sociaux. L’évolution arrive désormais à son point de rupture : La communication par l’émotion que tente Mercedes AMG F1.

« Les émotions sont une partie intégrante de notre succès qui permet à nos gars de montrer plus d’engagement, de travail autour du temps et passent le week-end à l’usine. Ce n’est pas possible lorsque l’on n’est pas émotionnellement attaché à l’entreprise. C’est gratuit est cela montre de la motivation, vous avez des émotions, ainsi nous traitons cela de façon très intensive. » indiquait dernièrement Toto Wolff à propos du succès de son équipe.

En marge, Toto Wolff fait la comparaison avec les politiciens, estimant que ces derniers cachaient leurs émotions. Une vision très archaïque de la situation. Une vision dangereuse aussi.

Mercedes AMG F1 dispose d’un management agissant sur l’émotion. Le principe n’est pas nouveau (20 ans en réalité), car l’être humain a besoin des émotions pour décider, surtout dès que son futur est en jeu et quand il est incertain. L’expression et le partage des émotions peuvent constituer un formidable levier de management.  Wolff, formé à l’école allemande du management , ajoute l’émotion pour souder son équipe à sa palette déjà riche, allant de l’écoute, oser la confrontation avec mesure et définir un point de bascule pour la prise de décision.

Lorsqu’il est bien maîtrisé le management par l’émotion est efficace, mais il subit un revers qui est inévitable chez l’être humain: L’angoisse. Ainsi, le principe de réagir à chaud, sur-réagir en misant sur la vengeance plutôt que la justice des mots, les manifestations d’indignation, l’impatience devant la méconnaissance des faits est inévitable. Toto Wolff, cette saison n’a pas fait exception à ces sentiments négatifs.

Si le management de Brackley est émotionnel, la communication de l’équipe touche aussi ce levier. Démocratiquement, Mercedes AMG F1 demande sur Twitter à ses fans leurs avis sur son management Hamilton-Rosberg et dernièrement sur la limitation des messages radios. Une bonne idée destinée à montrer à Bernie Ecclestone que la démocratie est une bonne chose dans le sport, et qu’il faut impliquer les fans différemment. Sauf que dans le fond cette tactique rapporte peu.

Une étude de l’Université de Baihang de Pekin, confirmé par le MIT Technology Review,  a conclu que la colère se propage mieux sur Internet que la joie. De plus, le changement est une notion répulsive chez l’être humain. Nous n’aimons pas le changement, donc les sondages face à un changement offre systématiquement comme résultat la négative. Pas de quoi avancer correctement.

Le problème majeur du management et de la communication par l’émotion est qu’il impose une relecture des événements. Il est intéressant de remarquer que cette relecture impose des changements majeurs. La mise en avant des héros laisse place à la souffrance et la victime devient héros avec un bon sentiment ambiant qui brouille le discours. Il n’y a même plus de rappel historique et lorsque cela arrive, le fan n’y croit pas estimant que c’est une fiction.

En vérité le management et la communication par l’émotion participe au brouillard de l’histoire. L’histoire dans tout les sens du terme. Le dynamisme futur de la Formule 1 ne fonctionnera pas à l’émotion, mais trouvera ses ressources dans des fans éclairée à l’aune de la raison, en s’appuyant sur l’héritage précieux de ceux qui fait l’histoire de la discipline. Ce n’est pas le cas aujourd’hui.

Publié dans Communication, Management, Note du Mardi | Tagué , | Laisser un commentaire

Les deux sombres options d’avenir Alonso-Ferrari

A Singapour la tension était visible dans le garage Ferrari. Fernando Alonso et Marco Mattiacci n’ont presque pas échangé de mots. Loin de l’accolade émouvante de Luca di Montezemolo à Monza. La ronde des sentiments vire à la froide séparation.

Alonso Ferrari F14T Singapour

Dès son arrivée à Singapour le pilote espagnol vilipendait la rumeur de son échange avec Vettel, diffusée dans la presse transalpine. Alonso argumentant le fait qu’il tentait de donner une bonne ambiance dans l’équipe, que les rumeurs venaient d’Italie et que si il se mettait lui aussi à parler cela ferait mal. Dont acte. En OFF, le double champion du monde reprochait à Mattiacci de ne pas maitriser assez la communication. Car la source de la rumeur provenait directement de l’usine de Maranello. Un signe.

Un signe de divorce entre un nouveau projet Ferrari et un pilote qui après cinq saisons ne souhaite plus attendre. Mattiacci à Singapour a déplacé le curseur Alonso de manière à ne plus en faire réellement le centre de gravité de la Scuderia. « Alonso pour le moment restera avec nous. Il y a un débat en cours sur la façon de définir notre relation. »

Ferrari dispose d’un contrat avec Fernando Alonso valable jusqu’en 2016. En réalité l’année 2015 a été validée récemment et 2016 le sera de la même manière. Deux scénarios s’imposent désormais.

Le premier est que Ferrari ne fasse pas courir Alonso en 2015 et valide la saison 2016 par effet domino, tout en le payant. De la même manière que ce qui avait été réalisé en 2010 avec Kimi Raikkonen. Une démarche qui permettrait de garder l’espagnol sous une autre relation.

La seconde est que Ferrari cherche à vendre le contrat de Fernando Alonso au prix fort. Les récentes annonces de discussion entre Ferrari et le double champion du monde pour 2015, annoncé par Sergio Marchionne laisse entendre que rien n’est encore joué pour la saison prochaine. Alors que le pilote est annoncé « Pilote Ferrari en 2015″ depuis deux mois. Ceci n’a donc de valeur que médiatique aujourd’hui. Si un départ il y a, un préjudice devra être payé par McLaren-Honda envers la Scuderia. A Singapour, cette éventualité a pris beaucoup d’ampleur au point que Ron Dennis a refusé de faire des commentaires sur le sujet.

McLaren a proposé 50 millions de dollars par année durant trois ans (environ 40 millions d’euros). Il était entendu durant l’été que 10 millions d’euros avaient été proposé en avance à Alonso. Qui l’a refusé. L’opération de rachat du contrat Ferrari-Alonso devrait coûter environ 30 millions d’euros à Honda.

PS : le journal Marca a indiqué que Fernando Alonso a été approché par Mercedes AMG F1 afin de faire un échange avec Hamilton, seulement si ce dernier est champion du monde 2014. Selon le quotidien ibérique, le blocage Alonso-Ferrari trouverait sa raison dans l’attente de savoir qui de Rosberg ou Hamilton sera champion du monde….

Publié dans Transferts | Tagué , , , , | 2 commentaires