Archives du tag : Gerhard Berger

Ferrari et son management

Luca di Montezemolo

La pression était trop forte. L’influence de Fernando Alonso et l’histoire bâtie autour de son prochain départ chez McLaren a eu raison de Stefano Domenicali. Luca di Montezemolo jusque là dans une position d’observation n’avait d’autres choix que d’intervenir brutalement et de provoquer un électrochoc. Accusant le poids de l’échec de sa stratégie managériale italienne par une nouvelle épousant le pragmatisme.

La nomination de Marco Mattiacci, président de Ferrari USA, à la tête de la Scuderia est perçue comme un intermédiaire avant que les choses sérieuses débutent réellement à Maranello. L’homme a pour unique mission de garder solidaire l’équipe sur une saison 2014 déjà considérée comme risible pour la course au titre. Une occasion manquée qui laissera un goût amer. La F14T est une machine ayant la bonne philosophie mais manquant de développements et d’idées. Paradoxe.

Le premier chantier sera de réformer le secteur technique de la Scuderia. Le 23 Juillet 2013, Ferrari annonçait l’arrivée comme directeur technique de James Allison, en direction de Lotus F1 Team à compté du 1er Septembre. Une maison qu’il connaissait bien pour avoir été dans l’ombre de Ross Brawn et Rory Bryne au début des années 2000. Pat Fry, auparavant à ce poste, est affecté comme directeur de l’ingénierie (nouveau poste), mais en rapport direct avec les principaux responsables. Un poste similaire à celui qu’occupait Pat Symonds chez Renault F1 Team de 2002 à 2009.

Avant toutefois de partir, Stefano Domenicali laisse un héritage. Il a réussi, selon plusieurs indications, à convaincre Bob Bell, directeur technique de Mercedes AMG F1 depuis 2011 de venir à Maranello. L’homme quittera ses fonctions à Brackley dès le mois de Mai pour un congé « jardinage  de 6 mois ». Il sera en poste dès Novembre en Italie. Bell n’ayant connu depuis dix ans que le poste de directeur technique d’une équipe, il n’est pas difficile d’imaginer son rôle chez Ferrari dans les prochaines années. Notons qu’il n’a pas l’expérience de gérer une équipe. Difficile d’entrevoir ce type de poste pour lui dans une usine comme Maranello. Toutefois il y a un MAIS. L’accord ayant été engagé par Domenicali sans signatures, qui n’est plus dans les murs de Maranello, Bob Bell pourrait être séduit par une autre offre, celle de McLaren. Mattiacci a un premier dossier à conclure d’ici l’été.

Bell – Allison serait une belle équipe de directeurs techniques de la Scuderia Ferrari à partir de 2015. Une situation qu’ils ont bien connue en 2005 chez Renault F1 Team alors championne du monde cette année là et la suivante. Ironie de l’histoire voulant qu’encore une fois l’usine d’Enstone qui fournira le duo technique à Ferrari. Près de 20 ans après le transfert de Ross Brawn et Rory Bryne passant de Benetton à Ferrari. L’histoire à une tendance à bégayer en Formule 1.

Le prochain chantier de Luca di Montezemolo sera la direction de la Scuderia. Les noms de Ross Brawn et Gerhard Berger ont été récemment cité.  Si le premier est séduisant sur le papier il disposerait de deux autres offres : Un poste de successeur à Ron Dennis chez McLaren F1, toutefois c’est une autre offre qui retient l’attention. Celle de Jean Todt comme technicien FIA. Voir même Directeur technique FIA. Le président de la FIA souhaite renforcer les organes techniques de la structure fédérale avec des personnalités de premier plan et ayant une grande expérience. Brawn pourrait être fortement tenté par cette nouvelle aventure selon toute vraisemblance. Reste le cas de Gerhard Berger. Discret l’autrichien connait bien la maison pour y avoir été pilote et dispose d’une grande expérience de management d’un constructeur (BMW) et d’une équipe (Scuderia Toro Rosso). Après Helmut Marko (RBR), Toto Wolff/Niki Lauda (Mercedes), le paddock aura un fort accent du Tyrol dans les prochaines années.

Publié dans Management | Tagué , , , , , , , | Commentaires fermés sur Ferrari et son management

F1 – Sauber n'est pas à vendre !

Sauber 2010

Non Peter Sauber ne vendra pas son équipe. Lors 7ème numéro de la Newsletter de Tomorrownewsf1.com (vous abonnez ici), il était indiqué d’un intérêt important de Gerhard Berger pour devenir un partenaire de l’équipe Suisse afin de l’aider dans le sponsoring.

Le patron suisse a démenti sur Auto Motor und Sport les propos : « Gerhard et moi n’avons aucun contact sur ce sujet. » idem pour l’ex pilote autrichien : « Si Peter Sauber a du mal à obtenir des sponsors, alors ce sera aussi dur pour moi. »

Sauber F1 n’est pas à vendre, son fondateur le répète à qui veut l’entendre. Il semblerait que l’équipe d’Hiwill ait des précontrats importants pour l’an prochain qui lui permettront d’être actif sur la grille de départ pendant quelques années encore.

Publié dans Actualités, Business News F1 | Tagué , | Commentaires fermés sur F1 – Sauber n'est pas à vendre !

F1 – Aucun lien entre Berger et Renault F1

Gerhard Berger dément les rumeurs de tout rapports avec Renault F1 pour 2010. L’autrichien indiquant qu’il n’a jamais été approché par la marque française ou par Gérard Lopez.

« (…) tout ce que je sais c’est que Lopez a repris Renault. (…) Je ne sais rien de cette offre (d’être patron de Renault F1). A l’heure actuelle, il n’y a eu aucune négociation pour cela. » Indique l’ex-patron de Toro Rosso au site Auto Motor und Sport.

Selon les informations qui me sont parvenus, Berger ne ment pas, il n’y a aucun lien entre l’autrichien et Renault F1 Team.

Publié dans Actualités, Rumeurs, Transferts | Tagué , | Commentaires fermés sur F1 – Aucun lien entre Berger et Renault F1

F1 – Alonso, Berger et l'indication sur l'avenir

Gerhard Berger est un homme libre depuis la vente, pour 25 millions d’euros environ, de ses parts (50%) de l’équipe Toro Rosso. Sa parole n’est pas à mettre en doute et l’indication qu’il donne sur l’état d’esprit de Fernando Alonso est révélatrice. Avec en plus de cela, une information importante.

 » Maintenant, je peux le dire : OUI. Quand j’avais encore l’année dernière Toro Rosso, j’ai intensément discuté avec Alonso pour 2009 en remplacement de Vettel, il était intéressé, mais à aussi fait comprendre qu’il ne resterait que pour une année (en 2009 donc) pour une année de transition pour être disponible en 2010 pour une autre équipe. Cela ne peut être que Ferrari «  a déclaré l’ancien pilote de la Scuderia.

Chacun interprétera à sa faon cette déclaration qui se révèle être la plus importante de ce début de saison envers Fernando Alonso.

Publié dans Actualités, Analyses | Tagué , , , | Commentaires fermés sur F1 – Alonso, Berger et l'indication sur l'avenir

Gerhard Berger et les pilotes Toro Rosso

L’ancien pilote de Formule 1 qui a également dirigé BMW Motosport (quand l’entreprise allemande fournissait ses moteurs à l’équipe Williams F1 Team) et l’écurie Toro Rosso en tant qu’actionnaire à hauteur de 50%, est revenu sur les pilotes qui ont participé à l’aventure F1 de la petite Scuderia de Faenza…

Il n’est pas toujours tendre mais son analyse reste intéressante car il a lui-même piloté les bolides que ses pilotes ont tenté de mener vers les sommets.

Lire la suite sur www.FanaticF1.com

En partenariat avec :

Publié dans Actualités | Tagué , , | Commentaires fermés sur Gerhard Berger et les pilotes Toro Rosso

Vettel, une bataille de gestion futur

Sébastian Vettel sera LE pilote le plus convoité de l’année 2009. Non pas du coté volant, car il dispose d’un contrat solide avec Red Bull Racing courant jusqu’en 2010. Mais du coté de son management personnel. Car le jeune allemand ne dispose pas d’agent. Source de spéculation forte de l’autre coté du Rhin.

La dernière rumeur, entend que Gerhard Berger, récemment libre de tout engagement depuis le rachat à 100% de Toro Rosso par Red Bull, pourrait devenir l’agent de Sébastien Vettel. Selon le journal munichois TZ, le duo austro-allemand a fait merveille durant la saison 2008 et une réelle complicité c’est installée entre les deux hommes. De son coté, Vettel insiste sur le fait qu’il n’a pas besoins d’un agent, tout en esquivent la question :  » Si une personne se présente, je ne dirais pas non. »

La course est lancée. Mais au contraire d’une épreuve de type sprint, c’est un marathon que provoquera la gestion de la carrière du jeune Vettel. Dès après sa victoire à Monza, le célèbre agent de Michael Schumacher, Willi Weber, qui avait promis de quitter la F1 après le départ de Ralf Schumacher, indique qu’il est intéressé pour gérer la carrière du prodige. Estimant même sa valeur à 70 millions d’euros dans un prochain avenir. De quoi faire tourner la tête.

Jusqu’à présent, le jeune pilote germanique négociait avec Red Bull suivant une logique entendue. Initialement, le salaire des jeunes pouces du taureau rouge, étaient de 350.000/500.000 dollars par saison. Cela a été le cas de Klein, Speed, Liuzzi. Mais les performances dans la dernière partie de la saison 2006 comme troisième pilote, puis le point inscrit lors du GP des USA en 2007 chez BMW Sauber, ont élevés le jeune allemand au rang de rookie premium chez Red Bull. Une signature rapide pour Toro Rosso lui rapporte 300.000 euros en 2007 pour quelques GP, soit autant que Speed, qu’il remplace, pour une saison, et, surtout 900.000 euros pour l’année 2008. Un record pour la marque. Mais, ayant signé son contrat avec RBR juste avant le Grand Prix d’Angleterre, Vettel n’a pas bénéficié de l’effet de sa victoire pour négocier à la hausse son prochain salaire. Il touchera finalement 1,5 millions d’euros par an durant deux ans.

Mais au-delà de 2010, son salaire risque de décuplé, à la manière de celui de Lewis Hamilton. Toutefois la bataille Weber – Berger pour obtenir les faveurs du jeune homme est lancée.

Publié dans Actualités, Analyses | Tagué , , | Commentaires fermés sur Vettel, une bataille de gestion futur

Fernando Alonso, trafic d'influence

Il est clair qu’en temps de guerre, tout est permis, même les coups bas et les petites phrases de désintox. Actuellement, Nick Fry y est allé de celle ci, tandis que Gerhard Berger  est une vaste manipulation médiatique.

« Fernando trouvait que McLaren était rigide, mais BMW est bien pire. » a déclaré Nick Fry hier. S’appuyant sur le comportement passé de l’équipe allemande envers ses pilotes et surtout envers Robert Kubica, pourtant vainqueur en Grand Prix. En effet le pilote polonais se plaint que l’équipe BMW ne se focalise pas plus sur lui pour la lutte du titre de champion du monde. De plus, Fry par cette déclaration , rappel que Heidfeld sera viré manu militari par Mario Theissen, alors qu’il avait été adoubé l’année dernière. Et surtout rappelant que même un champion du monde, comme Jacques Villeneuve, n’est pas un problème dans la gestion chez BMW. Le rapport est sec.

Honda pense que BMW offre plus de perspectives de victoires immédiates, mais elle sait aussi que Alonso apprécie un environnement de type famille dans une équipe pour parvenir à ses fins et surtout une équipe entièrement derrière lui.  Comme Michael Schumacher chez Benetton et chez Ferrari par le passée. Un souvenir que Ross Brawn connais trop bien. Mais cet amour entre Honda et Alonso pourrait devenir platonique, c’est donc pourquoi Fry reviens à la charge.

Concernant Gerhard Berger, l’annonce du journal l’Equipe, le presque seul journal sportif français, largement en retard sur la Formule 1, a fait une annonce à sensation et sortie de son contexte : Le quotidien révèle que Toro Rosso aurait fait une offre à Fernando Alonso pour que le double champion du monde rejoigne l’écurie de Faenza dès la saison prochaine. Désinformation pure car à la presse autrichienne début septembre, le patron de l’équipe Toro Rosso avait déclaré : « Alonso et Vettel », à la question suivante : quelle line up idéal seriez vous prêt à signer pour 2009 ?

Publié dans Analyses | Tagué , , , | Commentaires fermés sur Fernando Alonso, trafic d'influence