Archives du tag : Bourse

McLaren : le projet avorté qui pourrait renaître de ses cendres

Mclaren LogoSeptembre 2007, Ron Dennis, la main gauche sur sa hanche, fixe Max Mosley devant son motor home pour une poignée de main de la honte. Le Spygate se concluait avec une amende de 50 millions de dollars, qui sera payée intégralement par Mercedes-Benz à l’époque. Le déficit d’image était telle que le titre de Lewis Hamilton l’année suivante, n’avait pas suffi à effacer l’humiliation. A Woking, sentant le vent tourner, une nouvelle stratégie c’est mise en place et sera l’objet d’une guerre qui aboutie aujourd’hui au retrait de Ron Dennis.

Lorsque l’établissement financier Bahrain Mumtalakat Holding Company entre à hauteur de 30% dans le capital de McLaren, l’anticipation du retrait de Mercedes-Benz perçait dans l’obscurité. Le constructeur allemand disposait de 40% et sa valeur estimée autour de 500 millions d’euros. Conclure avec un solide établissement financier était la seule solution. Bahrein avait accepté des actions vraisemblablement sans droits de votes, pour limiter le coût financier afin de préparer la partie suivante du scénario.  En 2010, Bahrein va prêter 125 millions à Mansour Ojjeh et Ron Dennis et acheter chacun 10% de capital supplémentaire, pour monter à 25%. McLaren à cette époque avait une valeur de 1,2 milliards d’euros.

L’argent prenant le pas sur l’aspect sportif, McLaren sous la direction de Martin Whitmarsh va doucement dériver, tandis que Ron Dennis, exclu pendant 5 ans des paddocks va construire McLaren Automotive et permettre une diversification heureuse du groupe TAG McLaren.

En coulisse deux plans se construisent. La répartition du capital est de 50% pour Mumtalakat , TAG et Ron Dennis héritant de 25% chacun. Mais en matière de droits de votes (donc de décision exécutive dans l’entreprise), c’est Ron Dennis qui dispose de 58% devant Mansour Ojjeh 28% et l’établissement de Bahrein avec 14%. Un jeu de dupe va se mettre en place.

Le premier projet inspiré par Mansour Ojjeh et Martin Whitmarsh s’inspire de l’avenir. L’ambition secrète était une introduction en bourse sur le modèle Williams. A l’époque on estimait McLaren à 2 milliards d’euros, ce qui permettait à TAG de rembourser l’emprunt auprès de Mumtalakat et d’augmenter la valeur de sa participation. L’introduction en bourse était d’autant plus tentant que les actionnaires entre McLaren Group Ltd et McLaren Automotive Ltd sont quasiment les mêmes, donc les possibilités sont importantes.

En coulisse, Whitmarsh tente de séduire dès 2011 le constructeur Honda pour un retour à l’horizon 2014. Toutefois, l’anglais va échouer dans sa tentative de prolonger Lewis Hamilton courant 2012. Idem concernant le sponsoring, la tentative d’un sponsoring avec le fond souverain de Libye contre 25 millions d’euros la première année et 40 millions, s’inspirait fortement du programme Williams/Baugur Group, et elle était la suite logique de l’évolution du groupe pour garantir son avenir. Était donc.

Cette idée n’aboutira jamais. Alors que Whitmarsh négociait avec Honda un moteur et une participation au budget de McLaren, Ron Dennis étudiait l’idée de construire son propre moteur 4cyl 1,6L turbo (projet initial de l’unité moteur d’aujourd’hui) à l’horizon 2013. Ses démarches allant jusqu’à trouver un partenaire équivalent à celui de TAG à l’époque du programme Porsche des années 80. Bahrain Mumtalakat Holding Company était la compagnie toute trouvée. Ce sera le début de la rupture et le début de la fin pour Ron Dennis, qui amorçait son retour aux affaires fin 2013, grâce à un pacte d’actionnaires dont il n’a pas respecté l’échéance.

Publié dans Entrepreneurs, F1 Leaders, Histoire F1, Management | Tagué , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur McLaren : le projet avorté qui pourrait renaître de ses cendres

Note du Mardi : la Formule 1 sortira de la crise en 2029 !

Note du mardiLa Formule 1 est une discipline en crise. Une crise qui n’en finie pas de s’étendre et qui va encore durer une dizaine d’année, selon le concept économique du cycle Kondratiev.

Ce cycle économique « en temps long » s’étend sur une durée de 50 ans et comprend trois phases distinctives. La première est une phase de croissance d’une durée d’environ 20 ans, la seconde est une phase stagnante de 10 ans et la troisième est une phase de dépression de 20 ans. Nous sommes aujourd’hui dans la phase de dépression.

Phase 1 : la croissance folle

La phase de croissance en Formule 1 a débutée en 1973 au moment ou le Brésil, l’Argentine et l’Afrique du Sud entrèrent dans le calendrier du championnat du monde en payant le double des autres courses. C’est le début d’un modèle qui va durer jusqu’en 1996. Soit 23 ans de croissance folle.  Cette époque est celle de la popularisation de la discipline par la télévision et celle des sponsors tabacs. Durant cette période le budget des équipes s’est multiplié par 100 !

L’équipe Williams en 1973 avait un budget 235.000 dollars. A l’époque l’équipe de Sir Frank Williams était une petite équipe. L’équivalent de Tyrrell vingt trois ans plus tard. Cette dernière avait un budget 1996 de 22 millions de dollars. Soit une multiplication par 90 ! Côté salaire pilote, Jackie Stewart touchait 250.000 dollars de salaire en 1973 et il était le plus payé du paddock. En 1996, Michael Schumacher touchait de Ferrari 25 millions de dollars.

Traduit en valeur d’aujourd’hui, le budget de Williams 1973 est égal de 1,4 millions de dollars 2015, celui de Tyrrell 1996 de 32 millions de dollars 2015. Le salaire de Stewart était de 1,3 millions de dollars 2015 et celui de Schumacher en 1996 de 36.5 millions de dollars 2015.

Phase 2 : le plateau ou la stagnation illusoire

A partir de 1997 une période de dix années, dite plateau, c’est distingué par une optimisation des acquis économiques  jusqu’en 2007. Durant cette période, le principal objectif des équipes étaient de redéfinir les Accords Concorde pour obtenir plus d’argents et même menacer de lancer une série concurrence (via le GPWC en 2003). C’est aussi la période du projet d’introduction en Bourse de la Formule 1 et de sa vente par tranche à partir de 1999/2000, puis 2002 (via Kirch Media) avant une nouvelle session en 2005 (l’ère CVC CApital que nous connaissons aujourd’hui). Sur cette période, les constructeurs sont devenus propriétaires des équipes ou largement partenaire. Les budgets ont augmenté artificiellement grâce à l’apport des marques automobiles. L’arrêt du sponsoring tabac fin 2006 a été comblé par des marques de consommation, utilisant la Formule 1 comme vecteur de communication pour définir leur image mondiale. Mais ces accords financièrement important étaient de moyen terme, voir court.

En 1997, Ferrari avait un budget de 200 millions de dollars. Pour 2007 c’était le double. Pour une petite équipe, en 1997 le budget de Jordan GP était de 33 millions de dollars, en 2007 le budget d’une équipe comme Toro Rosso était de 125 millions de dollars. Une multiplication par 4. Côté salaire, le pilote le plus payé en 1997 était Michael Schumacher chez Ferrari avec un salaire de 20 millions de dollars. En 2007 c’est Kimi Raikkonen chez Ferrari qui touchera 25 millions de dollars (salaire réel).

Traduit en valeur d’aujourd’hui, le budget de Ferrari en 1997 est égal à 283 millions de dollars 2015, le budget de 2007 est de 444 millions de dollars 2015. Le salaire de Michael Schumacher en 1997 est l’équivalent de 28 millions de dollars 2015 et celui de Kimi Raikkonen de 28.5 millions de dollars 2015.

Phase 3 : La dépression et les artifices

Depuis 2008, nous entrons dans le troisième cycle Kondratiev : Celui de la dépression. Du déclin. Depuis cette date les constructeurs ont vendu ou fermés leurs équipes F1, les investissements sponsoring ont  baissé. Tandis que les budgets, après une baisse significative durant les premières années, sont aujourd’hui maintenus à leur niveau d’avant crise grâce à la signature des nouveaux Accords Concorde 2013/20 créant une situation artificielle du niveau économique de la discipline. Ce cycle se terminera en 2028, avant une relance du système.

En 2008, Fernando Alonso touchait un salaire 30 millions d’euros chez Renault. En 2015, il touche 35 millions chez McLaren-Honda. Côté budget des équipes, l’équipe Toyota avait un budget de 500 millions de dollars en 2008, soit l’équivalent de 335 millions d’euros de l’époque. Aujourd’hui Mercedes, Red Bull et Mercedes AMG ont des budgets de 450 millions d’euros.

En dollars 2015, le salaire 2008 de Fernando Alonso serait aujourd’hui l’équivalent de 47 millions de dollars 2015.  Le salaire 2015 du double champion du monde espagnol est de 42 millions de dollars 2015. Côté budget, Toyota avait l’équivalent de 535 millions de dollars 2015, le budget de Red Bull Racing est de 548 millions de dollars 2015.

Rendez-vous en 2029 pour une nouvelle ère économique de la Formule 1…

Publié dans Economie, Note du Mardi | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Note du Mardi : la Formule 1 sortira de la crise en 2029 !

Note du Mardi : Première F1 contre Deuxième F1

Note du mardiLes problèmes de la Formule 1 sont largement analysés. Mais uniquement sur la forme et pas réellement sur le fond. Pour réformer le fond, il faut le comprendre. Le fond du problème de la Formule 1 ne réside pas tellement dans la domination de Mercedes AMG F1, dans son règlement etc…mais dans la cohabitation de deux idéologies. La première sera nommée Première F1 et la seconde sera nommée Deuxième F1.

La Première F1 est née dès 1968.  Son concept réside sur le principe très simple de l’économie de marché. Une équipe puissante gagne. Les plus faibles quittaient la scène.

La Deuxième F1 est née en 1998. Son concept réside sur le principe de la dépendance d’une marque et dans les parachutes économiques.

La théorie de l’évolution du marché

Cette évolution de la Deuxième F1 trouve ses racines dans le projet d’introduction en Bourse de la discipline à la fin du siècle dernier. Les économistes, conseils de Bernie Ecclestone, estimaient que la discipline serait plus intéressante si des noms de constructeurs automobiles soient associés à la discipline. Il est vrai qu’une victoire de Benetton est moins glamour qu’une victoire Renault pour les analystes économiques.

Première F1 pour l’idée vs Deuxième F1 pour le principe

La crise de 2008 a bouleversée le modèle initial. Mais ce dernier a évolué. Les constructeurs ont laissé place à des hommes d’affaires ou une marque de boisson énergisante. Les nouveaux Accords Concordes (plus important droit TV) renforcent l’idée du parachute.  A l’heure d’une possible (ré)introduction en Bourse d’ici 18 mois, la perte d’une équipe a plus d’impact qu’auparavant. Pire, perdre Caterham sera plus douloureux que la chute de Prost GP pour exemple. La différence tenant du fait que la première est une marque automobile de voiture, tandis que la seconde n’avait qu’un nom d’un quadruple champion du monde de Formule 1. L’histoire est la même, mais leur fin non (pour l’instant).

En 2014, la Seconde F1 est la norme économique, tandis que la Première F1 n’est qu’une idéologie ancrée dans les esprits. Un argument pour consolider l’idée de la Seconde F1.  A partir de là, une nouvelle voie est donc possible.

Publié dans Entrepreneurs, F1 Leaders, Note du Mardi, Politique | Tagué , , , , | Commentaires fermés sur Note du Mardi : Première F1 contre Deuxième F1

F1 2013 – 241 millions d’euros de dividendes

2014 pourrait être l’ultime tentative d’introduction en bourse de la Formule 1 à Singapour. Le CVC Capital Partners l’envisage sérieusement comme porte de sortie. Deux ans après le référentiel initial. En attendant, la Formule 1 distribue de juteuses dividendes à ses actionnaires.

Pour 2013, Sky News indique que c’est un total de 241 millions d’euros qui ont été distribué avec la répartition suivante :

  • CVC Capital : 96 millions d’euros
  • Lehman Brothers : 36.9 millions d’euros
  • Waddell Reed/Norges Bank/Blackrock : 50.4 millions d’euros
  • Bernie Ecclestone : 12.8 millions d’euros
  • Bambino Trust : 20.5 millions d’euros
  • Autres fonds : 24.4 millions d’euros

Aujourd’hui la Formule 1 a une valeur de 9,2 milliards d’euros et environ 30% sera disponible sur les marchés de Singapour pour la prochaine IPO.

Publié dans Economie, Entrepreneurs | Tagué , , , | 2 commentaires

Bernie Ecclestone – House of Cards

Bernie EcclestoneC’était en Février dernier, le consortium médiatique composé de Liberty Media et Discovery Communications visait une participation dans la Formule 1. Jusqu’à 49% du capital de Delta Topco, la holding de tête de l’empire. Rapidement CVC Capital Partners a démenti tous pourparlers. Mais rien n’est jamais innocent.

Les affaires entourant Bernie Ecclestone depuis plusieurs mois perturbent l’argentier de la Formule 1 (corruption, problème à rebours de l’introduction en bourse etc..).L’homme vit mal la situation. Il estime qu’il est probablement temps de céder la place , rester un employé au lieu d’être un actionnaire (il dispose de 5,3%) et être la cause du déficit d’image de son entreprise. « Il faut 10 ans pour construire un empire et seulement quelques jours pour qu’il s’effondre. » Cette citation de Napoléon est toujours d’actualité.

En coulisse les discussions avec le consortium Liberty-Discovery, sur une prise de participation en Formule 1, envahissent les médias avant de retomber quelques jours plus tard. John Malone, le patron de Liberty Media, n’est pas un personnage de publicité gratuite. Les hommes de médias bâtissent leur réputation sur des actes et non des déclarations d’intentions. Ce qui nous permet de dire que l’ombre derrière ce projet de participation américain est Bernie Ecclestone. L’accord entre les deux parties pourrait permettre à l’argentier de la F1 de rester aux commandes de son entreprise, sans en être actionnaire.

Nous entendons que la participation de Bernie Ecclestone représente une valeur de 486 millions d’euros et que le deal avec Liberty-Discovery permettra à l’argentier de toucher une redevance annuelles autour de 3 millions d’euros pour une mission de conseil sur la gestion de l’entreprise, tout en gardant le contrôle exécutif de ses parts (c’est-à-dire d’agir comme si il était encore le patron). Sachant qu’Ecclestone dispose d’un accord d’actionnariat avec CVC Capital qui devait expirer quelques années après l’introduction en Bourse de la Formule 1. L’accord devenant avec le temps caduque, les cartes ce redistribuent.

Publié dans Economie, F1 Leaders | Tagué , , , | 1 commentaire

Crise Norvégienne autour de la Formule 1

Le fond souverain de Norvège (850 milliards de dollars de réserve) va réviser son investissement minoritaire dans la société Delta Topco. Ce vendredi des politiciens et la presse locale se posent des questions sur l’investissement consenti en Mai 2012. En effet, le fond ne peut acheter une participation dans une société non cotée, sauf si la société prévoit une offre publique de lancement. Sauf que le projet d’IPO de la Formule 1 a été annulé.

Mai 2012, le CVC Capital Partners indique, par communiqué de presse, que le fond Waddel & Reed associé à Norges Bank et Blackrock Investment avaient acquis un total de 21% du capital de la holding de tête de la Formule 1, pour la modique somme de 1,6 milliards de dollars. Un investissement en amont d’une introduction de la discipline en bourse de Singapour lors du premier semestre 2013, au plus tard. Sauf que cela n’a pas été le cas et que l’on ne parle plus vraiment d’une introduction en bourse. Ainsi la Norvège demande légitimement des comptes.

Reuters cite le président de la Commission des finances du parlement norvégien, Hans Olav Syversen, précisant qu’une audition parlementaire aura lieu dans les prochaines semaines concernant le caractère précis de l’acquisition et surtout son maintien deux ans plus tard.

Sous le fond de cette petite crise politico-économique dans les fjords, se cache en réalité une réforme autour du fond souverain et son mode d’acquisition, vente, qui ne concerneront plus les entreprises côtés, mais celle à fort potentiel de croissance. Les parlementaires doivent annoncer les résultats de la réforme en Avril 2014.

Publié dans BusinessNewsF1, Economie | Tagué , | 1 commentaire

Droits fédératifs et cotation en bourse pour les pilotes F1

Une start-up américaine, Fantex Brokerage Services souhaiterait investir dans la valeur marchande des athlètes de haut niveau. Le joueur de football américain, Arian Foster sera le premier à se lancer et faire profiter ses fans d’actions en Bourse liées à ses performances et ses revenus.

Fantex Brokerage Services souhaite lever 10,5 millions de dollars (7,6 millions d’euros environ), auprès d’investisseurs, uniquement pour soutenir la carrière de Foster et le côter en bourse. Dans les accords entre les parties, la start-up recevra 20% des revenus du sportif pour rémunérer les actionnaires. En échange il empochera 10 millions de la vente. Les 500.000 dollars restant sont la commission qu’empoche Fantex.

En Formule 1, depuis 10 ans, ce concept a été entrevu à plusieurs reprises. Justin Wilson en 2003 a été le premier à introduire l’idée, sans aller plus loin dans la logique. Mais souvenez-vous que fin 2007, Anthony Hamilton avait lancé l’idée de côter en bourse son fils Lewis à hauteur de 100 millions de dollars… C’était en pleine folie Hamilton et le projet n’a pas été plus loin qu’un article dans The Times, mais l’idée était là. Car en réalité il y a plus ambitieux derrière tout cela.

Fantex Brokerage Services est l’avatar d’une vieille idée autour des droits fédératifs des sportifs les plus « backable » de la planète. Le principe des droits fédératifs est simple : Une société acquière 50% environ d’un sportif, le reste appartient à l’équipe qui l’embauche (ou au sportif lui même). En cas de revenus, transferts etc…, l’argent est répartie entre les parties. Le concept est très connu dans le football sud-américain depuis 15 ans. La légende raconte qu’il existe un projet de créer une super société gérant les droits fédératifs des 10 meilleurs joueurs de football du monde. Une idée de Roman Abramovich, propriétaire du FC Chelsea.

Imaginons donc qu’un pays comme le Qatar, très actif dans le domaine sportif, souhaite lancer un projet similaire et réuni des milliardaires du sport. L’impact serait énorme. Fantex ouvre donc une brèche qu’il sera intéressant d’observer à l’avenir. Toutefois, l’impact en Formule 1 sera-t-il visible ?

En réalité oui. Les pilotes disposent aujourd’hui deux types d’agents : l’agent d’image (type Flavio Briatore) et l’agent classique (Steve Robertson). Mais, tout ceci reste artisanal en respectant le souhait de Bernie Ecclestone, le premier des agents de la discipline. Mais, de plus en plus de pilotes pourraient ajouter une nouvelle corde. Surtout ceux liés à une marque (il y en a beaucoup, Sébastian Vettel en tête), qui n’ont pas besoin d’un intermédiaire pour la gestion de leur carrière. Depuis 3 ans, le métier d’agent évolue en Formule 1. La prochaine évolution sera probablement d’accepter le concept de la start up Fantex. Ou alors le principe des droits fédératifs en Formule 1.

Publié dans Economie, Note du Mardi | Tagué , , | Commentaires fermés sur Droits fédératifs et cotation en bourse pour les pilotes F1

La Formule 1 retarde de deux mois son introduction en bourse

La Formule One Group a décidé de retarder son introduction en bourse de Singapour, d’une hauteur de 2,3 milliards d’euros (3 milliards de dollars), à plus tard, en raison de la faiblesse du marché mondial selon le Wall Street Journal, citant une source anonyme.

Hier l’agence Bloomberg a contacté Bernie Ecclestone et ce dernier a indiqué : « Mon sentiment est que c’est probablement une meilleure idée de tout préparer, puis d’aller d l’avant avec un préavis de deux mois lorsque les marchés seront plus stable. Je suis absolument convaincu que nous pourrons le faire cette année. »

Les documents déposés à Singapour indiquaient que l’introduction en bourse était programmée pour le 5 Juin 2012. Une nouvelle évaluation sera donc pour la rentrée en Septembre 2012.

La Formule 1 n’est pas la seule société à retarder son introduction. Le joallier de luxe Graff Diamonds a abandonné son IPO de 1 milliard de dollars à Hong Kong, car la bourse de cette région a plongée de 85% depuis le début de l’année. Ne parlons pas de Facebook qui vire au fiasco bancaire, malgré les belles déclarations d’intentions de tout les parties. Au total depuis 10 jours, cinq sociétés ont retardé, voir annulé leurs projets sur les marchés dans la région Asie et 12 à Wall Street.

La raison de ses reports est une crise de confiance. La crise de la dette en Europe inquiète, ainsi que le ralentissement économique en Chine. Un analyste de Goldman Sachs, a indiqué qu’il n’était pas très optimiste pour le deuxième trimestre 2012, concernant l’économie mondiale. Sachant que la banque est partie prenante de l’introduction en bourse de la Formule 1, le conseil a été écouté.

Publié dans BusinessNewsF1 | Tagué , | Commentaires fermés sur La Formule 1 retarde de deux mois son introduction en bourse

Bourse – CVC Capital vise les fonds d’investissements plutôt que les souverains

L’introduction en bourse à Singapour de la Formule 1 agite le petit monde du business. Alors que CVC Capital a déjà débuté sa prévente d’action la semaine dernière pour 1,25 milliards de dollars : Waddell & Reed a investi 850 millions d’euros, la Norges Bank et BlackRock a acheté pour 240 millions d’euros et 160 millions d’euros pour Black Rock , un détail surprend : l’absence de fond souverain.

Selon Skynews, CVC Capital Partners courtise activement des sociétés d’investissements privés en priorité. Elton Park Capital Management, Fidelity Investments, Newton Investment Management, Och—Ziff Capital Management, Sorros Fund Management et le fond Tiger. Une sorte de Who’s who du monde de l’investissement. Toutefois, hormis la Norges Bank Investiment Management, annoncée la semaine dernière, il n’y a pas de fond souverain. Pourtant, il y a eu des discussions avec Temasek Holding, le fond de Singapour, mais ces derniers ont préféré être administrateur indépendant au lieu d’être actionnaire.

Ce que recherche CVC se sont des actionnaires ayant un sens de la gestion d’investissement. Ce qui signifie que la stratégie rentière des fonds souverains n’est pas dans la stratégie du CVC qui visiblement souhaite une volatilité des actions de la F1.

Une stratégie opposée à celle de Bernie Ecclestone pour l’établissement du chiffre d’affaire de la Formule 1. Un paradoxe intéressant. En effet, les circuits du calendrier sont principalement financés par les Etats, via les fonds souverains, mais ses derniers ne sont pas jugés assez sérieux pour devenir actionnaire de la Formule 1.

Notons que tout l’intérêt d’une introduction en bourse publique est que c’est justement public. Rien n’empêchera un fond souverain d’investir massivement pour prendre une participation à terme.

Publié dans Economie | Tagué , | Commentaires fermés sur Bourse – CVC Capital vise les fonds d’investissements plutôt que les souverains

La guerre secrète FIA – Ecclestone sur les Accords Concordes 2013 – 2020

La Fédération Internationale de l’Automobile (FIA) a nommé récemment la banque d’affaire Lazard comme conseiller sur le dossier de l’introduction en bourse de la Formule 1 à Singapour. L’objectif, trouver un moyen d’obtenir plus d’argent.

Cette information est importante car elle résulte de la longue bataille entre Jean Todt et Bernie Ecclestone dans les coulisses de la Formule 1. Depuis l’avènement du français à la tête de la FIA fin 2009, l’argentier de la Formule 1 n’a cessé de provoquer et passer outre les pouvoirs de la Fédération. L’exemple du moteur V6 1600cm3 en Juin dernier est le plus spectaculaire de cette lutte. Le Conseil Mondial de la F1 a validé par deux fois le projet du 4cyl initié par Todt. Toutefois, la Commissions F1 a pris la décision de miser sur un V6. Une humiliation.

Aujourd’hui, c’est au tour de Jean Todt de revenir dans la course avec cet accord avec Lazard. L’objectif est de remiser l’accord signé en 2001 pour obtenir, pour une durée de 100 ans, les droits de la Formule 1 pour la modique somme de 360 millions d’euros environ. Entre 1995 et 2009, la FIA touchait environ 7 millions d’euros annuellement de la Formula One Management. Mais, depuis 2010 et l’introduction de l’accord 2001, la FIA ne s’y retrouve plus. L’argent des droits de 100 ans a été remis à l’Institut FIA, tandis qu’il existe un accord parallèle valable jusqu’en 2016, permettant à la Fédération de toucher environ 6,5 millions d’euros par année. Ce qui représente 75% du budget du régulateur.

Sur la demande de la FIA, une augmentation significative aurait été demandée au fond CVC Capital, qui aurait refusé le compromis de la Fédération. Un des derniers ressorts pour Jean Todt est de menacer de ne pas signer les prochains Accords Concordes 2013 – 2020. Ce qui explique l’ombre du programme GP1, piloté par Flavio Briatore avec le consentement de Bernie Ecclestone.

Selon SkyNews, l’affrontement entre la FIA et Bernie Ecclestone – CVC Capital en marge de l’introduction en bourse de la Formule 1 à Singapour ajoute une dimension très importante dans l’histoire de la discipline. Peut-être même le plus important.

A force de luttes secrètes entre les deux hommes depuis 2010 sur le sujet du financement de la FIA, il y aura une des deux parties qui sera sacrifiée. Les équipes de Paris souhaitent intervenir maintenant pour profiter de la mise en place de l’introduction en bourse de la Formule 1 pour obtenir gain de cause.

Publié dans Exclusifs | Tagué , , , | 1 commentaire