Archives de la catégorie : Business News F1

L’actualité Business de la Formule 1

Sponsoring : du Matra Racing à Lotus Renault GP

Matra RacingL’histoire de Lotus Renault GP Ltd (voir ici) permet de faire un parallèle avec l’histoire du sport en général et surtout raconté un fait similaire qui s’est déroulé en France entre 1987 et 1990 dans le monde du football. Un phénomène unique qui n’a plus jamais eu d’équivalent depuis. Le Matra Racing.

Après avoir investi en monoplace entre 1965 et 1974, puis en endurance, Jean-Luc Lagardère souhaite de nouvelles perspectives de victoires pour la société Matra dont il est devenu le grand patron. Au début des années 80, on parle alors d’Empire Matra et en 1982, Lagardère décide de s’intéresser au football. N’ayant aucun lien avec le milieu il va avaler la structure du Racing Club de Paris qu’il baptise Racing Paris 1 en 1983. L’histoire sportive n’ayant pas vraiment t’intérêt il faut noter qu’en 1987 l’équipe change de nom.

Malgré l’existence depuis 1920 d’un règlement interdisant qu’un club de football arbore un nom d’une marque commerciale, le club se transforme en Matra Racing en 1987. Aucun organe ne viendra jamais contester cette nomination ouvertement commerciale. Lagardère est puissant, il injecte beaucoup d’argent (ce sera le début d’une inflation galopante dans le foot français ou le salaire moyen est passé de 23.000 à 80.000 fr par année. Un épisode qui ne sera plus jamais visible dans le monde du football.

L’affaire Lotus Renault GP rappelle un peu l’histoire du Matra Racing dans son principe de dénomination commerciale pour une organisation sportive.

Publié dans Analyses, Business News F1 | Tagué , , , , | Commentaires fermés sur Sponsoring : du Matra Racing à Lotus Renault GP

F1 – Renault, Lotus Group et un nouveau type de sponsoring ?

Lotus Renault GPDepuis le début de la semaine, une rumeur (bien informé) indique que Lotus Cars a racheté en décembre 2010 50% des parts de Renault F1 Team à Genii Capital. Une annonce qui est fausse.

Nous avons appris que Genii Capital dispose toujours de 100% de l’équipe et réfute cette rumeur de vendre ses parts dans l’équipe F1. D’ailleurs il suffit de se rendre dans le registre de Compagny Houses pour découvrir que le team d’Enstone est la propriété de Gravity Racing International Ltd, elle-même filiale de Genii Capital, et que cette société est propriétaire de la totalité des parts de Lotus Renault GP.

Dès le début de l’annonce de l’alliance entre Renault 1 Team et Lotus Group l’idée d’un rachat de part dans le capital a été abordé. D’abord pour les 25% que détenaient encore le constructeur français Renault dans son équipe, puis ensuite sur un total de 50%, devant expliquer pourquoi l’équipe s’appelle Lotus Renault GP. Les faits sont différents, le constructeur anglais est le sponsor principal de l’équipe.

Dans le registre de Compagnie Houses, la société Lotus Renault GP Ltd et l’héritière d’une société crée en 1984 et nommé Inremco 60, devenu en juillet 1985,  Benetton Formula Limited, puis en 2001 Renault F1 Ltd et enfin Renault F1 Team Ltd en février 2002. Le nom Lotus Renault GP Ltd date du 16 décembre 2010. Voilà l’explication de la déduction.

Lotus apparait dans le nom de la société, donc il est actionnaire de l’équipe. C’est en fait une astuce pour que l’on nomme le nom de Lotus dans l’équipe de manière officielle et non pas comme un sponsor. En effet, qui écrit à propos de l’équipe Ferrari : l’équipe Marlboro Scuderia Ferrari ? ou encore de McLaren, l’équipe Votafone McLaren-Mercedes Racing ? Le sponsor n’est jamais cité dans les écrits (hors communiqués de presse). Le réflexe est donc là. Une manière pour Lotus Group de rentabiliser son investissement identitaire de manière astucieuse avec Genii Capital.

Mais cela n’exclut en rien les droits des Accords Concordes de l’équipe Renault F1 Team. Etant donné que la filiation est directe avec l’histoire et que le changement de nom de l’équipe ne remet pas en cause les propriétaires (Gravity Racing International Ltd dispose de 100% des parts contre 75% auparavant).

Intéressant aussi les chiffres annoncés ici et là. Dans un premier temps le chiffre de 17 millions d’euros annuels a été annoncé (pour un total de 119 millions d’euros sur la période jusqu’en 2017), puis un autre chiffre de 30 millions d’euros nous a été confirmé par la suite. Une différence de 13 millions d’euros qui pourraient expliquer ce Naming d’équipe tout à fait novateur.

Publié dans Analyses, Business News F1 | Tagué , | Commentaires fermés sur F1 – Renault, Lotus Group et un nouveau type de sponsoring ?

Rebondissement dans l'affaire BayernLB

bayernlpGerhard Gribkowsky, l’homme qui était soupçonné de fraude à grande échelle (voir ici) pour avoir détourné de l’argent via des sociétés écrans et une fondation en Autriche a été arrêté cet après midi.

L’affaire BayerLB était devenue depuis Lundi une affaire d’Etat au point que le gouvernement Merkel avait demandé des comptes très rapidement dans cette affaire. Gribkowsky avait déclaré à la presse allemande dans le passé, que ses  connexions avec Ecclestone n’étaient que pure spéculation et sa fortune provenait de l’argent de sa famille. Il a été congédié de son poste à la BayernLB, en 2008 suite à un rachat raté d’une banque autrichienne. Il est vrai que les relations entre la banque allemand et l’argentier de la Formule 1 ont toujours été tendu depuis la chute de l’empire Kirch et le rachat par le CVC Partners des droits commerciaux de la F1.

Notons toutefois, que la BayernLB, a déclaré mercredi qu’elle n’avait aucune raison de croire que la vente de la Formule 1 n’ait pas été effectuée correctement.

Publié dans Business News F1 | Tagué | Commentaires fermés sur Rebondissement dans l'affaire BayernLB

Renault victime d'espionnage industriel…

renault_logo_technocentre1Le constructeur Renault a été victime d’espionnage industrielle. Trois cadres du constructeur au losange, dont un membre du comité de direction a été mis à pied pour avoir transmis des informations importantes mettant en cause les intérêts du groupe.

Après enquête interne, les informations sensibles avaient pour contenu les véhicules électriques précise une source proche du dossier ce matin. Renault a axé sa futur stratégie sur le 100% électrique, un pari qui n’est pas suivi par la majorité de ses concurrents et partenaires (voir ici pour en savoir plus).

Selon une porte-parole du groupe Renault, interrogée par l’AFP, l’affaire remonte à fin août 2010. Il semble aussi  que l’enquête interne est toujours en activité et le constructeur semble inquiet, selon La Tribune, des conséquences de cette affaire.

L’industrie automobile et l’espionnage industriel, un univers qui cohabite depuis bien longtemps. Mais c’est la première fois, depuis l’affaire McLaren-Ferrari en 2007, qu’une affaire de ce type touche l’industrie automobile. Dû moins médiatiquement (il y a eu une affaire d’un employé de GM en 2010). En 2007, un employé de Renault avait été mis en examen pour espionnage industriel.

Lire aussi l’article sur la France, grande spécialiste de l’espionnage industriel en cliquant ici

Publié dans Actualités, Business News F1 | Tagué , | Commentaires fermés sur Renault victime d'espionnage industriel…

F1 – La Russie soutien officiellement Petrov

Vitaly PetrovLa nouvelle version du site de Renault F1 Team, www.lotusrenaultgp.com est visible, mais son contenu ne sera disponible que le 31 Janvier, date de la présentation de la prochaine R31. Cependant, en marge du contrat de deux années signé avec Vitaly Petrov, l’équipe d’Enstone peut toujours compter sur le soutien financier de la Russie.

Ce mardi, après que le pilote russe, son agent et plusieurs chefs d’entreprises russes dans le secteur de la haute technologie se soient réunis sous l’initiative du premier ministre Vladimir Poutine, un nouvel accord financier a été trouvé pour soutenir Petrov dans son aventure F1.

Le manager de Petrov, Oksana Kosachenko, le responsable de L’Etat de Rostekhnologii, Sergueï Tchemezov, et Leonid Mikhelson, chef de cabinet privé de gaz Novatek, ont inscrit les détails de l’accord de sponsoring estimé autour de 8 à 10 millions d’euros.

Poutine a indiqué aux médias russes : «Le nombre d’amateurs de sport automobile en Russie augmente de jour en jour, Petrov, qui est très célèbre parmi les fans de Formule 1 ici, a récemment signé un nouveau contrat de deux ans avec son équipe. Il a vraiment besoin de soutien. De soutien financier surtout. »

Publié dans Actualités, Business News F1 | Tagué , , | Commentaires fermés sur F1 – La Russie soutien officiellement Petrov

F1 – Une sombre affaire pour la banque BayernLB

bayernlp

Une affaire de pot de vin ? En tout cas l’affaire trouble le milieu économique allemand en ce début d’année. Le parquet de Munich enquête actuellement sur un virement de 37,5 millions d’euros en provenance d’un paradis fiscale auprès d’un administrateur de la banque BayernLB, Gerhard Gribkowsky.

Retour en 2005, la banque d’état allemande dispose,  avec deux autres banques (Lehmann Brother et JP Morgan) de l’héritage de l’empire Kirch en faillite. 75% du capital de la SLEC sous le nom d’une société commune baptisée : Speed Investments. Ses parts ont été vendus fin 2005 au fond d’investissement anglais CVC Capital.

L’affaire qui occupe Munich depuis la fin de l’année 2010, que relate Süddeutsche Zeitung,  est ce mystérieux virement de 37,5 millions d’euros via un transfert des Iles Maurice et Iles Vierges avec en toile de fond une fondation basée à Salzbourg nommée Fondation Sunshine.

Une fondation hébergée à la même adresse que trois autres sociétés détenue par un certain Gerarld Toffi, dont le site autrichien Kurier.at précise qu’il est sous surveillance en Autriche pour de sombres affaires financières.

Une affaire financière sous couvert de paradis fiscaux et de l’argent qui pourrait provenir d’une commission (ou rétro commission) au profit de la famille de Gerhard Gribkowsky. La porte parole de la banque allemande n’a pas souhaité préciser les informations et l’instruction est en cours aujourd’hui. Affaire à suivre…

Publié dans Business News F1 | Tagué , , | Commentaires fermés sur F1 – Une sombre affaire pour la banque BayernLB

Marketing F1 – de la logique du C2B au B2B

Selon Adam Parr, nouveau patron de l’équipe Williams F1, Pastor Maldonado n’est pas un pilote payant dans le sens propre du terme. Une évolution de langage dans le marketing sportif qui passe simplement du B2C au C2B sur la forme, mais pas vraiment sur le fond.

Auparavant un pilote payant était un client d’une équipe, via des sociétés qui voulait communiquer vers le grand public. Un dérivé du C2B (Consumer to Business), qui a fonctionné durant des décennies. Mais depuis deux ans, un nouveau phénomène marketing apparait : le B2B.

Le Business to Business met en relation les entreprises dans le cadre d’une architecture Clients/Fournisseurs (pour faire simple). Un système devant permettre aux entreprises clientes d’utiliser la plate forme F1 pour une promotion de ses produits. Au-delà de la simple publicité.
B2BvsC2B

Pastor Maldonado, comme Vitaly Petrov, mais aussi Fernando Alonso sont dans cette logique indirecte du pilote payant. Une subtilité car le pilote est réellement soutenu par le pétrolier vénézuélien PDVSA à hauteur de 10 à 15 millions d’euros annuels. Adam Parr argumente d’ailleurs de cette manière à propos de l’argent : « L’argent n’est pas pertinent. Le sponsor de Fernando Alonso (Santander) est le plus gros de la F1. »

Publié dans Business News F1 | Tagué , , , , , | Commentaires fermés sur Marketing F1 – de la logique du C2B au B2B

HRT : Les 5 plus grosses sociétés espagnoles

Hispania Racing Team annonce qu’un grand accord financier avec une des 5 plus grandes sociétés espagnoles est en phase de finalisation. Estimant que le nouveau consultant marketing de l’équipe se nomme Joan Villalonga et qu’il a été patron de Telefonica, le lien est évident. Ce grand sponsor devrait apporter,  selon les estimations, 15 millions d’euros annuels.

Ci-dessous les 10 plus grandes sociétés cotées à l’indice Ibex35 avec leurs valeurs en milliards d’euros. Telefonica est la plus grosse société ibérique devant Banco Santander. Dans les 5 plus grandes sociétés : 1 société de télécom, 2 banques, un sidérurgiste et un fabricant de textile (Inditex = la marque Zara).

ibex35

Notons enfin que José Ramon Carabante a précisé qu’il vendait aussi jusqu’à 25% de son équipe en plus d’un partenariat de sponsoring. Alors le sponsor sera-t-il la deuxième banque du pays (BBVA) ou alors le premier opérateur télécom de la péninsule (Telefonica) ?

Publié dans Business News F1 | Tagué , | Commentaires fermés sur HRT : Les 5 plus grosses sociétés espagnoles

Les ambitions de Marussia

marussia-muska-par-igor-krasnovL’an prochain l’équipe Virgin Racing deviendra Marussia Virgin Racing. L’accord a déjà été largement commenté sur ce blog, mais beaucoup estime qu’il est étonnant de voir un si jeune constructeur (fondé en 2007), se lancer en Formule 1. Avec quel fonds ?

Jusqu’à présent Marussia n’a rien produit dans ses usines. Ses voitures B1 (série limité de 2999 exemplaires) et B2 ne seront fabriqués qu’en 2011 dans des usines russes, allemandes et belges. Ses modèles sont dérivés de la Pagani Zonda. Le constructeur italien ayant vendu les dessins de ses châssis à Marussia. Il est entendu qu’en 2011, lors du Salon de Frankfort, le constructeur présente 7 modèles (nouveau coupé sportif, un SUV, une berline et une petite voiture urbaine sont déjà annoncés). Donc l’argent ne provient pas de la production.

Si le nom du fondateur Nikolai Fomenko, ex roi de la pop de l’époque soviétique et présentateur tv est connu. Il y a un deuxième homme, Andrei Cheglakov, plus discret qui a constitué un empire de l’électronique grand public à l’époque de l’Union Soviétique en utilisant une faille du brevet de la console Nitendo NES au début des années 90 pour produire une console équivalente en URSS. Nitendo a reconnu son erreur de ne pas avoir déposé son brevet dans le pays et a conclu un accord avec Cheglakov. Sa fortune est estimée à plus de 500 millions d’euros.

L’objectif est que d’ici 5 années, Marussia puisse, de par sa production, continuer d’investir dans le sport automobile de manière autonome. Les projections estiment que le constructeur vise 20 à 30.000 voitures par années d’ici 2015.

Publié dans Business News F1 | Tagué | Commentaires fermés sur Les ambitions de Marussia

QPR : Ecclestone évince Briatore

Bernie Ecclestone devient le propriétaire de l’équipe de football des Qeens Park Rangers en rachetant les parts de son ami Flavio Briatore, portant ainsi sa participation à 62% dans le capital du club.

Le problème majeur dans le club était les relations entre Flavio Briatore et Neil Warnock, le gestionnaire du club. L’homme d’affaire italien s’impliquait trop dans le club et il y avait des craintes des autres actionnaires à ce sujet. Ecclestone a agi immédiatement la nuit dernière. « J’ai maintenant environ 62% du club et je suis ici principalement pour appuyer ce que Neil à fait. » lance Bernie Ecclestone au Daily Star.

Depuis le mois d’octobre les manœuvres autour de l’actionnariat du club se sont fait sentir. Il est entendu que Briatore cherchait à vendre ses parts à Vijay Mallya (voir ici), mais il y a un mois, une rumeur sérieuse à Londres indiquait qu’Ecclestone (avec l’association probable de Briatore, mais c’est désormais faux), souhaitait prendre jusqu’à 70% du capital du club afin d’en prendre le contrôle, afin de contrer une offensive de Mittal (20% du capital), qui était très hostile envers l’italien.

Le montant de la transaction n’est pas connu, mais pourrait tourner autour de 20/25 millions d’euros. En 2007, l’italien avait mis sur la table 5 millions d’euros environ pour 20% du capital du club.

Aujourd’hui, le club semble dirigé par Bernie Ecclestone (62%) et le clan Mittal (38%).

Publié dans Actualités, Business News F1 | Tagué , | Commentaires fermés sur QPR : Ecclestone évince Briatore